FORUM RÉAGIR

DATES

DOCUMENTS

PROPOSITIONS

VOUS AVEZ LA PAROLE !

© Olivier Boissinot

Si vous désirez faire connaître votre opinion , communiquer une information , faire une proposition , donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Envoyez toujours vos Réponses et Commentaires par l'intermédiaire du Forum . Si vous écrivez directement à l'internaute,merci de copier le Forum à hcf@noos.fr

Ecrivez votre texte dans l'email, apres avoir cliqué sur le lien ci-dessous, (A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)

Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans le forum ci-dessous.

Page : 1 sur 30 (du 10/12/2016 au 25/04/2017)
25/04/2017 LINDA HOPKINS NOUS A QUITTES594

Une Reine des Revues Musicales Noires vient de nous quitter !

La chanteuse de Blues et de Gospel Linda Hopkins, native de La Nouvelle-Orléans, s'est éteinte le 10 avril 2017, à Milwaukee (Wisconsin) USA. Elle avait 92 ans.

 cliquez sur le visuel pour l'agrandir : Ruth Brown et Linda Hopkins (à droite)

Deux rencontres avaient marqué sa jeunesse et furent décisives : 

- Tout d'abord, Mahalia Jackson, grâce à qui elle va commencer à chanter au sein de petits groupes de Gospel.

- Puis, en 1935/1936, la toute jeune Linda Hopkins découvre Bessie Smith, peu de temps avant la mort de cette dernière (septembre 1937). Pour elle, c'est une révélation !

Plus tard, au milieu des années 70, elle écrira avec le compositeur Will Holt, un One Woman Show : Me and Bessie,  en référence à l'œuvre de celle que l'on surnomma l'Impératrice du Blues. Une remarquable évocation, qui sera à l'affiche à New York durant deux ans et qui sera joué près de 500 fois.

Après cet incontestable succès qui faisait suite au spectacle Inner City, lequel lui avait valu un Tony Award , Linda Hopkins va orienter sa carrière vers les revues musicales où elle excellera par son dynamisme et sa voix puissante, chaude et légèrement éraillée.

 

A partir des années 80, Linda Hopkins va se produire à plusieurs reprises en France :

- Premier séjour à Paris, en 1985, où sera créée au Châtelet la revue Black and Blue. Linda y tient l'un des trois principaux rôles avec les chanteuses Ruth Brown et Sandra Reaves-Phillips. La troupe comprend une quinzaine de danseurs, un orchestre de douze musiciens, les célèbres danseurs à claquettes The Hoofers et une révélation : Savion Glover, douze ans et un talent fou.

- Onze ans plus tard, Black and Blue est à nouveau au Châtelet, du 29 novembre 1996 au 5 janvier 1997. Linda est alors entourée de Maxine Weldon et de Theara J.Ward. Les Hoofers, avec Bunny Briggs sont également présents.

- En 2001, Linda Hopkins est de retour à Paris, cette fois au Théâtre Mogador - 18 janvier au 4 mars - pour une revue conçue par Mel Howard et intitulée Wild Women Blues. Les deux autres " femmes sauvages " (libres) sont Maxine Weldon et Mortonette Jenkins. Gros succès auprès du public, dans une salle de 1600 places.

- Les trois Wild Women, toujours très complices, reviendront en 2005, au Casino de Paris (6/12 au 01/01) pour un  Hommage à Ray Charles , mais aussi un Hommage aux grandes voix féminines noires : Bessie, Billie, Dinah et Ella. 

Linda Hopkins, star du spectacle, ravira le public toujours nombreux et enthousiaste qui lui réservera chaque soir, lors du final, une longue standing ovation.

D'inoubliables moments pour les amateurs de Jazz, de Blues et de Gospel.

Michel LALANNE    

DiscographieMe and Bessie, Columbia (1976) - Black and Blue, Trema (1985) - Wild Women Blues  AIS Prod.(1999).

 

01/04/2017 JAZZASCONA 2017 -THE NEW ORLEANS EXPERIENCE - PRÉPROGRAMME593

La prochaine édition de JazzAscona 2017 - toujours élaborée pour sa partie artistique par Nicolas Gillet - proposera un vaste programme qui devrait séduire les amateurs de Jazz classique.

La part belle reviendra aux musiciens de la Nouvelle-Orléans et, parmi les premiers groupes annoncés, nous avons relevé la présence des formations suivantes :

- The New Orleans Jazz Vipers du trombone Craig Klein ( vainqueurs du Prix du Public 2016 et favori des journalistes),

- The Soul Brass Band avec  Derrick Freeman (dr) et le trompettiste Kevin Louis (Photo),

- The New-Orleans Swamp Donkeys Jass Band, un groupe de jeunes talents dirigé par le trompettiste James Williams,

- The Palm Court Cafe Jazz All Stars (Lars Erdegran, Jason Marsalis et la chanteuse Topsy Chapman),

- Le pianiste Jon Cleary et son trio,

- Glen David Andrews & Together,

- The Ella and Louis Tribute Band avec la chanteuse Eileina Dennis et l'excellent trompettiste Leon Kid Chocolate  Brown (plus le grand Gerald French à la batterie).

 

Cette 33ème édition de Jazzascona  accueillera aussi plusieurs musiciens bien connus des festivaliers : les australiens de SwingRocket avec Bradford Child (ts), The Jazz Five, les chanteuses Emma Pask (avec son trio) et Dana Gillespie accompagnée par le pianiste Joachim Palden. Sans oublier La Section Rythmique avec George Washingmachine et la chanteuse australienne Hetty Kate.

La délégation française sera représentée par le Louis Prima Forever (en octet), Opé Smith (Soul music), la jeune guitariste et chanteuse Nina Attal.

Enfin, se déroulera tout au long de cinq soirs, un Ascona Special Lillian Boutté, en soutien à la grande chanteuse obligée, par son état de santé, de se retirer chez elle à La Nouvelle-Orleans. Un sextet dirigé par le saxophoniste Thomas L'Etienne et Tanya Boutté (nièce de Lillian) sera présent du 27/06 au 1/07. Il donnera, jeudi 29 juin, un concert de Gospel à la Chiesa Papo, lieu bien connu des habitués du Festival.

D'ici fin Mai, d'autres artistes s'ajouteront à cette première liste.

Michel LALANNE & Jacques BESSE   

- JazzAscona se déroulera du jeudi 22 Juin au samedi 1er juillet 2017

 

- Cliquez sur le visuel pour l'agrandir (photo M.Lalanne 2016)

30/03/2017 19e FESTIVAL INTERNATIONAL DE BOOGIE WOOGIE DE LA ROQUEBROU 2017592

Le Mot du Directeur Artistique :

 

Cette 19ème édition s'annonce particulièrement brillante, par la variété des plateaux proposés. En effet, notre cité médiévale - devenant chaque année, ne l'oublions pas, la capitale mondiale du Boogie Woogie - se doit de respecter les traditions qui ont fait son succès : artistes internationaux, formules musicales diverses allant du piano solo aux grandes formations, danseurs de compétitions, chanteurs de blues, mais aussi jazz Nouvelle-Orléans dans le village.

Avec les excellents Ben Levin (États-Unis) et Nirek Mokar (Inde), la jeunesse sera au rendez-vous et, à n'en pas douter, la belle et talentueuse star suisse Ladyva en éblouira plus d'un… Ce beau monde pourrait bien malmener les somptueux pianos à queue du festival IN, sans pour autant épargner les pianos droits du festival OFF ! (cliquez sur le visuel pour l'agrandir)

De nombreux pays seront à l'honneur avec, entre autres, la chanteuse de blues Lydie Arbogast (Brésil) ou le batteur Chief Udoh Essiet (Nigéria). Bien sûr, la manifestation ne serait pas complète sans les master-classes de piano et de danse, assurées par nos professeurs chevronnés.

Par ailleurs, à coup sûr, notre vedette nationale Jean-Jacques Milteau et ses complices américains, enflammeront notre magnifique salle qui, cette année, fait peau neuve et s'agrandit. Quant au puissant Daryl Davis, autre vedette, américaine celle-là, il va vous montrer ce que "parler boogie" veut dire !

Comment pourrait-on encore ignorer ce festival incontournable, né dans une si belle région que le monde entier nous envie ? Votre fidélité prouve que nous sommes sur la bonne voie, celle du swing, de la convivialité et de la fête qui se terminera en apothéose par le grand bal swing du dimanche, mais aussi avec les fantastiques Gospel All Stars venus tout droit des États-Unis.

Jean-Paul AMOUROUX   Directeur artistique du festival

Le 19e Festival International de Boogie Woogie de La Roquebrou aura lieu du Jeudi 10  au Dimanche 13 Août 2017

21/03/2017 LA NUIT DU BOOGIE À LA FERTÉ SAINT AUBIN (F.45)591

Le Boogie Woogie est la musique des jeunes de 14 (Nirek Mokar) à 74 ans (dans le public) !

 

Vendredi 10 Mars 2017, le Lyons Club d’Orleans secondé artistiquement par l’association du Blues O’swing - a superbement organisé une longue soirée consacrée au Boogie Woogie.

La salle était pleine (500 personnes) et les danseurs, remontés du caveau de la Huchette, étaient venus nombreux et enthousiastes. La grande piste de danse - sur le coté pour ne pas gêner les auditeurs/spectateurs - fut souvent pleine !

La programmation, autour des 4 pianistes - Jean-Paul Amouroux, Jean-Pierre Bertrand, Julien Bruneteau et Nirek Mokar - était très bien faite et organisée pour ne pas lasser le public.

De fait, la vedette était souvent tenue par les autres musiciens. Comment ne pas citer d’abord la sublime Nicolle Rochelle, au sommet de son art (merci à Philippe Jeansolin de l’avoir convaincue de venir). Elle fut accompagnée en première partie par Nirek Mokar sur Boogie Woogie Country Girl et par Jean-Paul Amouroux sur Johny B Good. Puis, longuement, en duo avec Julien Bruneteau, dans une belle prestation classique du duo Nikki & Jules.

Nico Duportal (guitare) et Thibaut Chopin (basse) sont aussi de bons chanteurs de blues et de rock’n roll. Avec Simon Boyer, ils ont fourni une pulsation swingante pendant toute la soirée. Dans ce contexte, Claude Braud est le parfait saxophoniste et il nous a envoyé quelques torrides soli.

Nos quatre pianistes ont aussi fait le job, tous plus brièvement en vedette que d’habitude. Avec toutefois quelques superbes duos de pianistes assez prenants (en particulier les deux J.P. mais, hélas, sur un seul morceau). 

Que dire d’eux ? 

- Conseiller à Nirek d’écouter plus Albert Ammons et Otis Spann que Jerry Lee Lewis 

- Que Julien est certainement le meilleur pianiste de blues en Europe.

- Que Jean-Pierre Bertrand a improvisé pour nos hôtes un swingant Lyons Boogie  et Jean-Paul Amouroux nous a honoré d’un brillant HCF Boogie (composition de Memphis Slim).

 

Une excellente soirée !

 

Jacques BESSE   - Membre du Hot Club de France

Photo : Nirek Mokar et Nicolle Rochelle (cliquez sur le visuel pour l'agrandir)

20/03/2017 BULLETIN DU HCF 2016 - MEILLEURS CD DVD ET LIVRES590

MEILLEURS CD, DVD & LIVRES

Chroniqués en 2016

dans le

Bulletin du HCF

 

 

Au cours de l’année 2016, le Bulletin du HCF a chroniqué 94 CD, DVD et livres. 

La liste ci-dessous recense l’ensemble de ceux que nous vous recommandons tout particulièrement. Ils sont classés par ordre alphabétique, le numéro du Bulletin du HCF, dans lequel le document est chroniqué étant signalé, entre parenthèses, en fin de ignes (B ...)

 

CD

Paolo ALDERIGHI - Stephanie STRICK – Sentimental Journey, ATCD 002  (B 653) 

ALL SO SWING – Only Songs, Autoproduit  (B 650)

 

Doc BAGBY – Smooth Organ, Groove Organ, Jasmine JASCD 275 (B 655)

Count BASIE & Lester YOUNG – Classic 1936-1947, Mosaic # 263  B 657

Jean-Pierre BERTRAND et Frank MUSCHALLE – Piano Brotherhood, Black & Blue B.B. 801.2 (B 650)

BLUES DE PARIS – Live in Clamart, Le Baron 75005/1 (B 655)

Earl BOSTIC – Collection 1939-1959, Acrobat ADDCD 3131 (B 648)

Teresa BREWER – With Count Basie and Thad Jones - Duke Ellington with Teresa Brewer Double CD Ace Records CDBOPD 032 (B 648)   

Don BYAS –New York-Paris 1938-1955, Frémeaux & Associés FA 5622 (B 649)

 

Ray CHARLES – Live at New York 1960, Frémeaux & Associés FA 5643 (B 653)

CLAUDE BOLLING BIG BAND – “From C.B. to C.B.”, Frémeaux FA 8523  (B 655)

 

Vic DICKENSON – Five Classic Albums Plus, Avid Jazz AMSC 1073 (B 652)

Floyd DIXON – Hey Bartender !, Jasmine JASMCD 3065 (B 652)

 

Duke ELLINGTON – Treasury Shows Vol. 20, D.E.T.S. 903 9020 (B 648) 

Duke ELLINGTON – “Rotterdam 1969”, Storyville 101 8440 (B 650)

Duke ELLINGTON – “Second Sacred Concert Live”, Squatty Roo SR 0228 (B 650)

Duke ELLINGTON – “Live at Cologne 1969”, Delta Music WDR N 77 029 (B 654)

Duke ELLINGTON – “Treasury Shows Vol. 21”, D.E.T.S. 903 9021 (B 656)

 

Ella FITZGERALD – “Live in Cologne 1974”, Delta Music Jazz Line N 77 027 (B 655)

 

Cecil GANT – “The Collection 1944-51”, Acrobat ADDCD 3128 (B 649)

Erroll GARNER – “The Complete Concert by the Sea”, Columbia/Legacy 88875120642 (BB 654)

Erroll GARNER – “Ready Take One”, Octave Music 8985363312 (B 657)

GEORGES V – “Joue Brassens”, Black & Blue B.B. 805 2  (B 652)      

Dexter GORDON – “The Early Years 1941-52”, Acrobat ADDCD 3139 (B 654)

GUILLAUME NOUAUX TRIO  – “Here Comes the Band”, Autoprod. GN 2016 (B 651)

 

Scott HAMILTON & Harry ALLEN – “Live !”, GAC Records  (B 652)

HARLEM ON PARADE 77 – Black & Blue B.B. 992.2 (B 657)

Earl HINES – “Piano Genius at Work”, Storyville 108 8615 (B 654)

John Lee HOOKER – “Singles Collection 1949-62”, Acrobat ACQCD 7103 (B 656)

 

INTERNATIONAL JAZZ GROUP – “André Persiany in New York”, Fresh Sound FSR CD 887                                                                               

 

JAZZ AT THE PHILHARMONIC 1958-1960 – Frémeaux & Associés FA 5632 (B 654)             

Stanley JORDAN – “Live in New York”, Blue Note 7243 4 97810 2 3  (B 653)

 

Smiley LEWIS – “Collection 1947-1961”, Acrobat ADDCD 3157 (B 652)

Bernd LHOTZKY – “Black Butterfly”, Autoproduit EOSP 4507 2 (B 652)

 

Big MAYBELLE – “The Complete 1947-1961”, Acrobat ADDCD 3161 (B 655)

MEMPHIS SLIM – “Four Classic Albums Plus”, Avid Jazz AMSCD 1148 (B 648)

Mezz MEZZROW – “The Collection 1928-55”, Acrobat FADCD2057 (B 654)

Roy MILTON – “The Greatest Hits 1946-1961”, Jasmine JASMCD 3063 (B 652)

Nirek MOKAR – “Plays Boogie Woogie”, Boogie Land BL 2002 (B 652)

Wes MONTGOMERY – “One Night in Indy”, Resonance HCD-2018 (B 653)

 

Kenny NEAL – “I’ll Be Home for Christmas”, Cleopatra Blues CLO 0105 (B 650)

NEW ORLEANS ROOTS OF SOUL 1941-1962 – Frémeaux & Ass. FA 5633  (B 655)

Albert NICHOLAS & Herb HALL – GHB Records BCD-64 (B 649)

 

Kid ORY – “The Collection 1922-28”, Acrobat FADCD 2060 (B 657)

 

Carl PERKINS – “Introducing…”, PHONO 87233 (B 653)

Lucky PETERSON – “Long Nights”, JSP Records JSP 3001 (B 652)

Sammy PRICE – “Midnight Boogie”, Black & Blue B.B. 990.2 (B 656)

 

Jimmy REED – “The Complete Singles”, Acrobat ADDCD 3135 (B 651)

Buddy RICH – “The Complete Buddy Rich 1946-1955 - Enlightenment EN 5CD9052 (B 650)                                                                              

François RILHAC – “It’s Only a Paper Moon”, Black & Blue B.B. 812 02 (B 653)

Nicole ROCHELLE & SWISS YERBA BUENA ORCHESTRA – “Le Blues de Billie Holiday”, autoproduit(B 654)                           

Catherine RUSSELL – “Harlem on My Mind”, Jazz Village JV579004 (B 655)

 

SAVORY COLLECTION – Vol. 01 “Coleman Hawkins & Friends

– Vol. 02, “Count Basie Orchestra - jazzmuseuminharlem.org (B 657)

Philippe SOUPLET –“Kaleidostride”, CD Autoproduit, psouplet@wanadoo.fr (B 652)

Otis SPANN – “Live the Life / Chicago Blues”, FLOATD6255 (B 653)

SPIRIT OF CHICAGO ORCHESTRA – “Singin’ in the Rain”,  Klarthe  Records KRJ 008 (B 651)                                                     

SUPER SWING PROJECT – “Can’t Believe”, CEM JAZZ CEMJ-01 (B 648)         

 

TENOR BATTLE – Ahead AH 828.2 (B 651)

THREE BLIND MICE – Autoproduit, www.malomazurie.com (B 656)

Allen TOUSSAINT – “The Wild New Orleans Piano and Productions 1958-62”,   Jasmine JASMCD 3074 (B 656)                                                                                        

TRUMPETS FARM BLUES – Frog DGF 82 (B 654) 

Big Joe TURNER – “Two Classic Albums Plus”, Avid Jazz AMSC 1142 (B 648)

 

Little WALTER –  “The Complete Singles 1952-60”, Acrobat ADDCD   3165 (B 656)

 

DVD

Jacques GASSER – “Mémoire de Blues de Jacques Morgantini”, Jazz Hot Club de Pau (B 649)

Dr. JOHN – “Live at Montreux”, Eagle Vision EV 426233  (B 657)

 

LIVRES

ÉCOUTEZ-MOI ÇA, par Nat Shapiro et Nat Hentoff, Buchet/Chastel, 2015 (B 652)                

JAZZ POWER, par Emmanuel Parent, CNRS ÉDITIONS, 2015 (B 649)

JAZZ PUZZLES Vol. 2 Riverboat Jazz, par Dan Vernhettes, Jazz’Edit, 2015 (B 648)

L’ART DU BLUES, par Bill Dahl, Éditions Chronique, 2016 (B 656)

LE SWING POUR OBJECTIF, par Philippe Baudouin, Éditions du Midi, 2015 (B 650)

MUSIC IS MY MISTRESS, par Duke Ellington, Éditions Slatkine & Cie, 2016 (B 651)

 

Dominique BRIGAUD    Rédacteur en Chef du Bulletin du HCF

- S'abonner au Bulletin du HCF : OFFRE DECOUVERTE 

- Acheter des ANCIENS NUMEROS du Bulletin du HCF

 

Cette liste des Meilleurs CD, DVD et Livres a été publiée dans le Bulletin du HCF 658 (Février 2017) 

 

 

16/03/2017 LES PRIX DU HOT CLUB DE FRANCE 2016589

Un comité de spécialistes du Hot Club de France a décerné les Prix du Hot Club de France 2016 , sélectionnés sur l'ensemble des œuvres chroniquées dans le Bulletin du HCF (organe officiel musical du Hot Club de France), au cours de la période Février 2016 à Janvier 2017.

 

GRAND PRIX 2016 DU HOT CLUB DE FRANCE :

SAVORY COLLECTION Volumes 1 et 2,

Produits par National Jazz Muséum in Harlem

En Téléchargement (uniquement) 

Chroniqués dans le Bulletin du HCF N°657, Page 16.

 

PRIX SPECIAL DU JURY 2016 DU HOT CLUB DE FRANCE:

MEMOIRE DE BLUES 

de Jacques Morgantini et Jacques Gasser (réalisateur)

Produit par le Jazz Hot Club de Pau .

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°649, Page 26.

 

PRIX IN MEMORIAM 2016 DU HOT CLUB DE FRANCE  :

FRANÇOIS RILHAC  

ITS ONLY PAPERMOON

CD édité par Black and Blue sous référence BB 8112.2

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°653, Page 23 .

 

PRIX BLUES 2016 DU HOT CLUB DE FRANCE  :

LUCKY PETERSON 

LONG NIGHTS 

CD édité par JPS Records sous référence JPS 3001 (Distribution Socadisc)

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°652, Page 23.

 

PRIX PIANO 2016 DU HOT CLUB DE FRANCE :

PAOLO ALDERIGHI & STEPHANIE TRICK

SENTIMENTAL JOURNEY

CD Autoproduit ATCD 002

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°653, Page 15.

 

PRIX LIVRE 2016 DU HOT CLUB DE FRANCE :

MUSIC IS MY MISTRESS ( Edition Française)

de Duke Ellington  

Livre édité par les Editions Slatkine Paris 

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°651, Page 24.

 

Une synthèse de ces distinctions est présentée sur la page PRIX DU HOT CLUB DE FRANCE , avec visuels et chroniques (en cliquant sur les visuels).

 

-En raison de l'abondance des publications de qualité durant l'année 2016,

Le  jury a tenu à distinguer également les trois recueils suivants :

 

TENOR BATTLE  (Claude Braud - Pierre Louis Cas - Philippe Chaigne - Carl Schlosser) 

CD AHEAD AH 828.2 

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°651, Page 22

 

- BLUES DE PARIS - LIVE IN CLAMART

CD Le Baron 75005/1 - 

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°655, Page 16

 

- NICOLLE ROCHELLE & SWISS YERBA BUENA CREOLE RICE JAZZ BAND

LE BLUES DE BILLIE HOLIDAY

Autoproduit   (CD ou Téléchargement)

Chroniqué dans le Bulletin du HCF N° 654, p. 22

 

 

Nous vous recommandons de vous procurer tous ces CD, DVD, Livres et Téléchargements primés et distingués par le Hot Club de France pour l'année 2016, car ils représentent une sélection particulièrement intéressante .

Dominique BRIGAUD     - Coordinateur du Comité d'attribution des Prix du Hot Club de France

Ce Palmarès des Prix du Hot Club de France 2016 est publié dans le Bulletin du HCF 658 de Février 2017, pages 2 et 3.

15/03/2017 LE BATTEUR RICHARD PITE588

Dans un message du 14/07/2014 (de ce Forum-Reagir), j'avais signalé Richard Pite un batteur - et multi-instrumentiste - que j'estime être actuellement l'un des tout meilleurs batteurs européens. Je ne connais que très peu de batteurs qui soient capables de pulser, de pousser, de nourrir un orchestre - et qui plus est, un grand orchestre - comme Mister Pite. 

Voici une vidéo qui l'illustre parfaitement : Lors de la commémoration - en janvier 2013 - du 75e anniversaire du concert au Carnegie Hall du Benny Goodman's Famous de 1938, le jeu de batterie de Richard Pite sur le tom, dans Sing Sing Sing, est exemplaire et permet de bien apprécier ses qualités de batteur.

 

On pourra également visionner, avec intérêt, quelques autres vidéos de Richard Pite : Frolic Sam (2014) - One O'Clock Jump(2015) - Buggle Call Rag (2015) - Ain't The Gravy Good(2015) - Blue Lester (2015) - Royal Garden Blues (2012 ?) - These Foolish Things (2015)

 

Une biographie très complète - en anglais - de Richard Pite se trouve sur Wikipedia

Ralph BALLMER   

08/03/2017 DECES DE GEORGES MATHYS 587

On m'appelle “Pops-Dollar”. C'est ainsi que je me suis baptisé... Au nom du jazz bien sur ! Ma véritable identité est Georges E. Mathys. Je suis natif de Suisse française et je suis amateur de jazz depuis bien longtemps car j'écoutais cette musique avant la deuxième guerre mondiale !

Je ne suis pas célèbre, ni écrivain, ni polémiste, ni même critique, mais j'aime le jazz, j'écoute du jazz, chez moi, dans les concerts et dans les Festivals. J'ai eu beaucoup de contacts avec les musiciens, je les ai accompagnés, le temps de quelques tournées européennes et parfois aussi dans des studios, à l'occasion de séances d'enregistrements. J'ai aussi organisé de nombreux concerts durant de longues années, de 1950 à 1992, et je suis resté un amateur, un fervent amateur !

 

C'est ainsi que se définissait notre ami Georges Mathys, membre du Jazz Club d'Yverdon (Suisse), qui est décédé le 19 Février 2017, dans sa 99e année.

 

Le Hot Club de France présente, à sa famille et a ses nombreux amis, ses sincères condoléances.

François DESBROSSES   - Président du Hot Club de France

Photo : Georges Mathys et Oliver Jackson (dr) en 1987 - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

07/03/2017 JEAN-CHRISTOPHE AVERTY NOUS A QUITTES586

Jean-Christophe Averty - L'Homme de Télévision et de Radio, le passionné de Jazz des années 20 - est décédé Samedi 4 mars 2017, à l'age de 88 ans. 

 

J'ai la chance d'avoir eu l'amitié d'un homme sortant de l'ordinaire, le regretté Jean-Christophe Averty. Je ne vais pas donner ici les détails de sa vie et de son oeuvre prolifique. Tout cela se retrouve dans un livre Jean-Christophe Averty: une biographie, à paraître aux Editions de l'INA. Averty avait trouvé le livre de Madame Sylvie Pierre sur le pionnier de la télévision Jean d'Arcy si bien écrit, qu'il avait demandé à celle-ci - Maître de Conférence, spécialiste de l'audiovisuel à l'Université de Lorraine - d'écrire sa biographie.

Ce que je peux dire sur cet homme - avec qui j'ai souvent travaillé et que j'ai surtout côtoyé les 16 dernières années de sa vie - est que, sous son côté provocateur, son humour cinglant, ses colères plus ou moins sincères de comédien, c'était un homme bon, cultivé, curieux de tout, aidant discrètement certains de ses amis. Si j'avais été dans des ennuis graves, je savais que j'aurais pu compter sur son amitié. Et surtout, n'oublions pas qu'il adorait le Jazz des années 20 et ses jazzmen, aussi bien américains que français, ayant beaucoup filmé ces derniers pour la télévision. Le Jazz était l'une de ses priorités.

J'avais, je ne sais pourquoi, compris cet homme et, malgré son humour parfois excessivement osé, j'en riais ... et lui aussi avec moi ! C'est une grande perte, comme toujours, avec ces personnages qui se démarquent tant des gens que l'on côtoie tous les jours.

A l'enterrement de Claude Luter, son fils - Eric Luter - avait préparé des enregistrements de Claude et du Creole Jazz Band de King Oliver à faire diffuser. Bien sûr, comme d'habitude, on ne l'a pas laissé faire et la transmission fut plus ou moins ratée. Debout à côté de ma femme et de Jean-Christophe, j'ai entendu mon épouse râler de cette diffusion ratée. C'est alors que Jean-Christophe Averty s'est penché vers elle pour lui dire : "Ne vous inquiétez pas, à la mort d'Irakli je m'occuperai de tout". Je dus faire un effort, pour ne pas alors éclater de rire ...

Malheureusement, il est parti avant moi. Il est vrai qu'il avait 12 ans de plus. C'était un autre grand frère, en quelque sorte...

 

Les obsèques de Jean-Christophe Averty auront lieu Vendredi 10 Février 2017, 15h, à Paris 14e  en l'Eglise St Pierre de Montrouge, 82 Avenue du Général Leclerc (Métro Alésia).

 

IRAKLI de DAVRICHEWY   

- Photo : Jean-Pierre Brétéché (cliquez sur le visuel pour l'agrandir)

 

- Jean-Christophe Averty a recu le Prix Video du Hot Club de France pour le DVD Ray Charles - Live in France 1961, filmé sous sa direction.(DVD EREDV 904-Reelin'in the years production, à partir d'Archives de l'INA)

 

21/02/2017 SWING FROM PARIS - MANOUCHE585

Les formations manouches prolifèrent et ne se valent pas toutes, et de loin ! 

En voici une, Swing From Paris, composée de jeunes musiciens, qui me semble valoir la peine d’être mise en avant. Ce groupe britanique n’usurpe pas son nom.

Deux vidéos : Ménilmontant et Swing 39 vous permettront de juger sur pièces.

 

Leur site sur YouTube présente d’autres vidéos. 

(Cliquez sur le visuel pour l'agrandir)

Ralph BALLMER   

12/02/2017 UN AWARD BLUES POUR JACQUES MORGANTINI584

 

Vendredi 3 Février 2017, lors de la cérémonie des Awards, Jacques Morgantini a été honoré, par la Blues Fondation de Memphis, pour l'ensemble de son oeuvre (voir message du 20/11/2016).

Pour la circonstance, n'ayant pu se rendre personnellement a Memphis pour y recevoir ce trophée, Jacques Morgantini s'est adressé a l'assistance via une vidéo-correspondance de 8 minutes. Sa verve de conteur émérite, son humour à la Groucho Marx et son caractère latin-lover, ont totalement séduit le public américain.

 

 

Jacques Morgantini Award (Ph Sylvie Bosc) - cliquez sur le visuel pour l'agrandir

 

Ce trophée Keeeping the Blues Alive a été remis entre les mains de Michaël Hawkeye Herman, universitaire du blues et musicien qui avait soumis le dossier à la Blues Fondation.

Il a été transmis a Fred Delforge représentant France Blues et de Robert Mauriès représentant le Cahors Blues Festival - présents à la cérémonie - qui le remettront à Jacques Morgantini.

 

Jacques GASSER   

- Jacques Morgantini est le président du Hot Club de Pau (affilié au Hot Club de France). Il organise régulièrement - dans sa discothèque de Gan - des stages pour une meilleure connaissance du Jazz et du Blues.

03/02/2017 A QUELQUES CONCERTS AUTOUR DE PARIS - JANVIER 2017583

Le mois de janvier est aussi le mois des découvertes. Je tenais à vous parler brièvement de quelques concerts auxquels j’ai assisté.

 

- Umlaut Big Band  -  Jazz en Ville -  Maison pour Tous G. Philippe de Villejuif  (19 Janvier)

Nom étrange pour un orchestre français (le umlaut est le signe qui en allemand transforme le ou en u). 14 musiciens recréent la musique des années 20 et 30. L’orchestre que je n’ai pas trouvé très bon dans une première partie consacrée aux premiers temps de Fletcher Henderson et à des orchestres européens obscurs des années 20, a été beaucoup plus swing dans une deuxième partie qui faisait la part belle aux orchestrations de Count Basie, Duke Ellington, Benny Carter . Un bon moment !

 

- Organ Blue Quartet au Tivoli de Montargis - Hot Club du Gatinais - (22 janvier)

Benoît Ribière, Francis Gonzales, Anthony Stelmaszak et Carl Schlosser jouent le blues à 2, à 3 et à 4. J’ai particulièrement apprécié l’évocation du duo Milt Buckner/Jo Jones (La belle Claudine) et été surpris par l’évocation de Jackie Davis, un organiste peu connu. La partie avec guitare et chant était plus classique ! Une super musique, mais - il faut toujours que je critique - le spectacle devrait être plus structuré. 

L’absence de Jean -Marc Berliére a permis à Jean Claude, son remplaçant, d’improviser un grand moment de théâtre comique !

 

- Marcia Ball au Duc des Lombards (28 janvier)

J’avais découvert Marcia dans le film de Clint Eastwood « Piano blues ».

Son jeu de piano est dans la tradition des pianistes de blues de La Nouvelle Orleans (Professor Longhair, James Booker). Son chant est aussi typé. Son orchestre est plus rockn’ roll que blues, mais ce sont les musiciens avec lesquels elle joue toute l’année et cela s’entend. Sa musique est un gumbo (du jazz, du blues, de la pop). Elle-même a des difficultés à la définir : elle dit qu’elle joue la musique de La Nouvelle Orleans. Mais, ce fut un bien agréable moment ! 

Le plus grand moment du concert : Louisiana 1929, évocation des inondations récurrentes dans le delta du Mississipi... en espérant que monsieur Trump tiendra ses promesses sur les grands travaux et améliorera les digues.

 

- 3 For Swing en Orléanais (30 janvier) - du BluesO' Swing

Messieurs Jacques Schneck, Christophe Davot et Enzo Mucci jouent la musique du Trio de Nat King Cole. A Saint-Jean-Le Blanc,  avec juste un micro pour le chant et un tout petit amplificateur pour la guitare : un pur moment de bonheur autour des orchestrations du trio original. 3 Grands Musiciens, en pleine forme, au service d’une bien belle musique. Ils ont été rejoints pour les 3 derniers morceaux par Claude Tissendier, qui passait par là avec sa clarinette ! Unforgettable - et cela l’était - Route 66 et My baby just care for me.

 

Jacques BESSE   Membre du Hot Club de France

02/02/2017 MUSIC IS MY MISTRESS - en français -PRIMÉ582

Publiée en février dernier aux Editions Slatkine & Cie - grâce en partie au soutien actif de La Maison du Duke,

 

Music Is My Mistress,

foisonnante autobiographie de Duke Ellington (en français)s’est vue attribuée le

PRIX DU LIVRE 2016 DE L’ACADEMIE DU JAZZ 

 

Rappelons que cette version française de 589 pages, qui aura vu le jour quarante-trois ans après la version américaine, bénéficie d’une riche préface de Claude Carrière et d’une traduction intégralement revue par Christian Bonnet.  A signaler également la présence d’un index qualifié de plus de deux mille entrées, qui faisait défaut dans l’édition originelle, ainsi qu’une liste des compositions ellingtoniennes considérablement enrichie. 

Le niveau des ventes de ce long seller se situe aujourd’hui à environ 3500 et les Editions Slatkine et Cie ont d’ores et déjà prévu une réimpression de 2000 exemplaires.

Une lecture évidemment obligatoire pour tout amateur de jazz…

 

Christian BONNET    - Président de La Maison du Duke .

21/01/2017 APPEL À DONS POUR SOIGNER LA CHANTEUSE LILLIAN BOUTTE 581

Ce message fait suite à celui publié par Jacques Besse & Michel Lalanne, le 19 octobre, sur Forum-Propositions de ce site.

Il s’adresse notamment aux amateurs du Sud-Ouest, qui ont eu l’occasion d’écouter la chanteuse Lilian Boutté de New-Orleans, lors de plusieurs concerts de Bassin’ Jass.

Lors de ces concerts Lillian a fait preuve d’une grande générosité, transmettant beaucoup de joie et de bonté.

Cette belle personne aujourd’hui - aux Etats-Unis - victime d’un Alzheimer, a manifestement besoin d’aide financière .

Plusieurs musiciens français l'ayant accompagné et quelques-uns des spectateurs ayant assisté à ses concerts ont déjà répondu présent à cet appel de dons. Le JHCBA se joint à eux avec un modeste don.

Vous pouvez également participer . 

Bernard JOUAN   - Président du JHCBA (Jazz Hot Club du Bassin d'Arcachon) 

01/01/2017 MEILLEURS VOEUX POUR 2017580

François Desbrosses, 

président  du Hot Club de France,

Les membres du conseil d’administration,

Toute l’équipe de son site internet,

Vous souhaitent une agréable année 2017,

Pleine de Jazz Authentique,

Avec beaucoup de découvertes.

Keep Swingin

26/12/2016 PARUTION D' UN LIVRE : L'ART DU BLUES579

 

En Novembre 2016 est paru - aux Editions Chronique -  un superbe ouvrage intitulé :

 

L'Art du Blues - Le trésor en images de l'âge d'or de la musique noire.

 

Ecrit par l'américain Bill Dahl et traduit en français par Olivier Magnan, cet ouvrage grand format (222 pages), traite de tous les aspects du Blues et présente une iconographie remarquable (pubs, catalogues, pochettes et étiquettes de disques 78t albums - photos de musiciens et affiches de concerts ...), ainsi que des informations historiques d'un bon niveau.

(cliquez sur le visuel pour l'agrandir)

Bill Dahl est un journaliste freelance, spécialisé dans la musique, qui écrit régulièrement dans le Chicago Tribune, Living Blues et Goldmine. Il a rédigé, ou co-rédigé, beaucoup de livrets pour des albums musicaux et a été nominé aux "Grammy Awards" pour le livret accompagnant le coffret Ray Charles - Genius & Soul - The 50th aniversary (paru en 1997 chez Rhino Records).

Bernard JOUAN   - Membre du Hot Club de France

Ce livre L'Art du Blues sera chroniqué, par Alain Carbuccia, dans le Bulletin du HCF 656 (Décembre 2016)

19/12/2016 TORI ROBINSON, CHANTEUSE DE GOSPELS, NOUS A QUITTÉS578

ÉLOGE À TORI

 

13 juin 2013 : Tori appelle pour dire que l'on vient de lui découvrir un cancer de la mâchoire et qu’elle doit donc annuler sa participation à la tournée des Vintage Jazzmen en Suisse.

18 décembre 2016 : coup de téléphone annonçant sa disparition.

Entre-temps, la chirurgie, la chimio, la souffrance physique et morale...

 (cliquez sur la photo de Tori pour l'agrandir)

Tori était reparue aux Trois Maillets, en décembre 2014, pour une soirée de solidarité organisée par Joniece Jamison et quelques-uns de ses amis. Dans l’assistance, beaucoup pleuraient de la voir dans la quasi impossibilité de parler et de chanter, privée de ce qui lui était le plus cher. Tori croyait en une puissance supérieure qui lui avait accordé cette voix exceptionnelle. Chaque son qu’elle émettait était l’expression de ce remerciement. De sa foi, elle tirait sa puissance, sa conviction, son engagement. Mais, en écho au livre de Job, quelle est cette puissance qui peut reprendre de façon si injuste ce qu’elle a accordé ? Mystère de la vie…

Ceux, chanteuses, chanteurs, musiciennes et musiciens qui ont partagé avec Tori - pour ma part seize années - garderont le souvenir d’une grande dame, d’une profonde humanité, d’un talent hors du commun. Nous avons été privilégiés - blessed, un mot qui revenait souvent dans ses gospels - de partager avec elle, d’avoir été inspirés par son chant. Nous sommes tous tristes et tentons de nous consoler en pensant qu’elle ne souffre plus. 

Tori aimait chanter My Life Will Be Sweeter Some Day … Elle est maintenant aux Pearly Gates. Elle survivra dans notre souvenir, les photos et ses enregistrements *

Dan VERNHETTES   - Musicien - Leader - Historien

* Deux CD édités en France permettent d'apprécier encore Tori Robinson :

- Tori Robinson et Vintage Jazzmen, New-Orleans Gospel (2001), Frémeaux FA 455 (Bulletin du HCF 519)

- Swing Feeling et Tori (2004), Jazztrade SLCD 801 (Bulletin du HCF 544)

17/12/2016 LA SAVORY COLLECTION CHEZ NATIONAL JAZZ MUSEUM IN HARLEM577

En 1935, William Savory - brillant ingénieur-physicien, diplomé de Harward - qui travaillait à New York dans un service de radio-transcription, eut l'heureuse idée de profiter de sa situation pour enregistrer ses musiciens favoris (jazz), à son propre compte. L'opération durera jusqu'en 1941 avec pour résultat  975 disques, sous forme d'acétate ou de vinyles ... que ses héritiers retrouvèrent en 2004.

En 2010 la NATIONAL JAZZ MUSEUM IN HARLEM (NJMH) fit l'acquisition de l'ensemble, le répertoria et en entreprit la transcription.

Dans le courant du mois d'octobre 2016, la NJMH annonça la mise à disposition du public de 18 morceaux de cette Savory collection.

A partir du site NJMH /Savory Collection, on peut ainsi écouter et télécharger – à prix modique – entre autres, un Body and Soul enregistré par Coleman Hawkins, neuf mois après sa célèbre version de 1939, mais avec deux minutes supplémentaires, d'une inspiration au moins aussi élevée . Et ce n'est pas fini !

 

D'après un article publié dans le Bulletin du HCF 655 de novembre 2007 par…

Dominique BRIGAUD    - Membre du Hot Club de France

- Une deuxième série, consacrée à des enregistrements publics de Count Basie fin des années 1930, vient d'être mise en téléchargement.

13/12/2016 CATHERINE RUSSELL NOMINEE POUR GRAMMY AWARDS 2017 :576

La chanteuse Catherine Russell vient d'être sélectionnée pour les 59e Grammy Awards 2017, dans la catégorie  Meilleur album de Jazz vocal pour son nouveau CD album : Harlem on my Mind. (cliquez sur le visuelpour l'agrandir)

Les nominés de ces Grammy Awards 2017 ont été révélés le 6 décembre dernier par les organisateurs. Ils seront attribués au cours d'une cérémonie qui aura lieu Dimanche 12 février 2017 à 20 h (heure locale) au Staples Center de Los Angeles, retransmise par CBS.

Catherine Russell a déjà reçu un Grammy Award en 2012,  pour sa participation à la bande sonore de la série HBO Boardwalk Empire. Mais, cette sélection pour Harlem on my Mind est, pour elle, la première en tant que leader d'un album complet.

CAT TEAM   - L'équipe de Catherine Russell

- Cet album de Catherine Russell : Harlem On My Mind ( CD Jazz Village JV 579004 - Harmonia Mundi  2016), a été chroniqué dans le Bulletin du HCF 655 de Novembre 2016.

- Rappelons que le Grand Prix du Hot Club de France 2012 fut attribué à Catherine Russell pour son album Strictly Romancin' (CD World Village/Harmonia Mundi 468101).

10/12/2016 AU CONCERT : VILLEGER JOUE BECHET - HCF PARIS575

Samedi 26 Février 2016, Concert du HCF-Paris : André Villéger joue Sidney Bechet, sur la Péniche Le Marcounet, Quai de l'Hôtel de ville à Paris. 

Les musiciens : André Villéger (ss,cl), Jacques Schneck(p), Gilles Chevaucherie (b), Michel Senamaud (dr).

 

Beaucoup connaissent André Villéger comme un excellent saxo-ténor. Ceux qui le connaissaient mieux savaient qu'il est aussi un formidable saxo-soprano. Ni les uns, ni les autres n'ont été déçus !

Après une présentation sobre, mais précise, par Michel Stochitch - Président du HCF-Paris - le chef attaque par Promenade aux Champs Elysées. D'emblée, même ceux - dont je suis - qui savent avec quelle flamme André peut s'exprimer à la Sidney, sont saisis par l'ampleur du son, la précision et la puissance de l'attaque, tout en assurant une justesse qui est particulièrement délicate sur cet instrument. Remarquable aussi, le fait qu'après avoir exposé le thème à la lettre, André improvise tout au long du morceau sans faire aucun cliché du maître. Toutes ses phrases auraient pu être jouées par Sidney, sauf que ce dernier ne les a pas jouées (ou en tout cas enregistrées) !

En peu de mots, André nous explique à quel point Sidney avait littéralement fait naître le saxo-soprano, bien que n'en étant pas l'inventeur.

La suite sera un véritable feu d'artifice de compositions de Bechet :

- D'abord Southern Sunset, belle composition, trop peu jouée, véritable petit concerto avec des variations harmoniques peu habituelles. 

- Puis, Buddy Bolden Stomp, morceau aux articulations difficiles pris sur un tempo d'enfer mais, en salle des machines, la rythmique assure

 sans faiblir. 

- Bechet for ever est une jolie ballade, composée par André, lui-même, seulement quelques jours avant (si j'ai bien compris). 

- Puis, nous aurons droit à Blame it on the Blues, que ce coquin de Sidney s'appropria sous le nom de Quincy Street Stomp.

- Blues in Thirds est le seul morceau qui sera joué - superbement -  à la clarinette. Jacques Schneck nous gratifiant des beaux chorus,

façon Earl Hines, qui servent d'introduction à ce blues aux harmonies très travaillées.

Nous aurons droit aussi à Blues in the Air, Passport to Paradise joué avec lyrisme mais sans emphase, et Suey au cours duquel Gilles Chevaucherie nous gratifia d'au moins 2 chorus entiers , ou plus... j'ai cessé de compter, tant ils étaient captivants ! 

Ce fut le final, mais le public ne les laissa pas partir comme çà ! Alors, en guise de rappel, on eut Strange Fruit, tragique poème mis en ballade, que Bechet n'a enregistré qu'une seule fois. Mais, on finira dans l'allégresse avec The Sheik au cours duquel Michel Sénamaud se lâcha : de la belle, de la très belle batterie ... à la Zutty. 

Compliments pour l'organisation impeccable de ce concert. La situation et l'aménagement de la péniche faisant que les 70 spectateurs se sentirent dans un cocon intime. Acoustique excellente ... pas de sono pour l'orchestre. 

 

Michel MARDIGUIAN   - Musicien - Leader de Clarinet Unlimited

Page : 1 sur 30 (du 10/12/2016 au 25/04/2017)