FORUM RÉAGIR

DATES

DOCUMENTS

PROPOSITIONS

VOUS AVEZ LA PAROLE !

© Olivier Boissinot

Si vous désirez faire connaître votre opinion , communiquer une information , faire une proposition , donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Envoyez toujours vos Réponses et Commentaires par l'intermédiaire du Forum . Si vous écrivez directement à l'internaute,merci de copier le Forum à hcf@noos.fr

Ecrivez votre texte dans l'email, apres avoir cliqué sur le lien ci-dessous, (A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)

Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans le forum ci-dessous.

Page : 19 sur 31 (du 10/04/2012 au 04/07/2012)
04/07/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (10) - SAMEDI, 30 JUIN 2012 260


Carling Family :C'est qui ? C'est quoi ? C'est ? neuf musiciens, dont sept ont pour patronyme Carling auxquels s'ajoutent deux invités Matthias Uneback (b) et Henrik Johnson (tb). Cet orchestre suédois, qui a vu le jour dans les années 80, propose un répertoire inspiré de la musique des années 20 et 30 -puisé dans les styles Chicago, Dixieland et New Orleans - et cherche à ressembler aux vaudevilles de l'époque (danses variées, numéros de jonglages). À ceci, il faut ajouter un sujet visuel, les permutations très fréquentes de postes, puisque chacun des principaux solistes joue de 2, 3, voire de 4 instruments différents.
La direction d'ensemble est assurée aujourd'hui par Gunhild Carling, une jeune femme dynamique, excellente joueuse de trombone, qui est dans le circuit professionnel depuis une quinzaine d'années.
Pour leur dernier et généreux concert à Ascona - 20 thèmes - nous avons apprécié leurs interprétations sur Swing That music, I cover the waterfront, After you've gone, Basin Street blues, Ain't misbehavin, Drum Boogie, qui, outre le leader, ont mis en valeur : Hans Carling (le père) à la trompette, le saxo Max Carling (le frère) et le trombone Henrik Johnson.
Musique gaie et entreprenante - majorité sur tempos rapides - joie des exécutants, plus quelques gags. Et, à la fin, descente dans le public. Un très gros succès populaire, amplement justifié !

- Photo : Jacques Besse -
De gauche à droite : Bria Skonberg (tp), Nicki Parrott (b, voc),Gunhild Carling (tb)
Les 3 blondes du Jazz (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Tournée des podiums le long du lac, , pour écouter une ultime fois :
- Bria Skonberg (tp), Nicki Parrott (b, voc) avec Paolo Alderighi (p) et une participation sur deux morceaux de Gunhild Carling ;
- Jon Faddis et les jeunes gens de l'Université de Stanford, avec un solo du maître sur Tin Tin Deo dans le suraigu.
- Niki Haris, magnifique, dynamique et émouvante ? sous les yeux de Nicolas Gillet.

Davina and the Vagabonds :Concert de clôture. Davina Sowers attaque au piano Ain't that a shame . Mais, une fois encore, on n'entend pas le piano à Torre. Ce sera réglé, deux morceaux plus tard. Davina et ses vagabonds nous emmènent au bout de la nuit de la Nouvelle Orléans, sur la musique de Fats Domino et du Professor Longhair.
Une découverte, que cet orchestre de très jeunes musiciens du Minnesota, avec de bons solistes : Davina Sowers, elle-même, (voc, p),et aussi le trompette Daniel Eikmeier et le bassiste-chanteur Michael Carvale.

À l'année prochaine, et longue vie à JazzAscona.

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

02/07/2012 - LES REPORTERS DU HOT CLUB DE FRANCE A JAZZASCONA 2012 259
La semaine dernière à Ascona, me promenant entre deux sets, j'ai enfin pu découvrir la tanière secrète des trois envoyés spéciaux du HCF, chargés de la couverture du Festival JazzAscona 2012.

- Photo : Bernard Jouan -
De gauche à droite : Jacques Besse, Michel Lalanne, Christian Sabouret - (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Ils traquent jour et nuit, quasiment au péril de leurs vies, le moindre chorus, la plus infime note bleue. Ils ne veulent rien manquer.
Avides de scoops, ils s'infiltrent sous chaque chapiteau. Leurs oreilles de connaisseurs, grandes ouvertes, avalent tout solo immédiatement analysé, apprécié, commenté et classifié. Pour notre très grande satisfaction.
Un travail de pro qui se devait d'être salué.

Bernard JOUAN - Président du Jazz Hot Club Bassin Arcachon (JHCBA)

Note du Site : Jacques Besse et Michel Lalanne communiquaient, chaque jour, leurs impressions et coups de cœur . Ceux-ci sont publiés, en exclusivité, sur cette page Forum-Réagir du site internet du Hot Club de France (lire leurs 9 messages, ci-dessous) .
Christian Sabouret, lui, prépare un compte-rendu détaillé de JazzAscona 2012. Il sera publié dans un prochain numéro du
Bulletin du HCF.

29/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (9) - Vendredi, 29 JUIN 2012 258


Stanford University Jazz Orchestra, directed by Frederick Berry and featuring Jon Faddis.
Vedette incontestée de l'édition 2011, Jon Faddis n'a pas eu droit cette année à la grande scène et doit se contenter de sites plus modestes. Ingratitude humaine ! Pourtant le trompettiste n'a rien perdu de ses qualités : Inventivité, technique époustouflante et sens inné de la scène.
Il est entouré par l'orchestre de l'Université de Stanford, futurs cadres dirigeants de la société américaine capables de tout lire. Ils sont aussi, par moments, intéressants improvisateurs tels : les ténors Ben Blankenmeister et Scott Takahashi, Alec Eckstein à l'alto, Sophie Miller au saxo baryton ou le pianiste Jakob Wittenberg.
Le répertoire est un hommage aux grands trompettistes. Nous avons retenu Carmelos by the freeway et Missing You pour le big band . Puis avec le maître : Portrait of Louis Armstrong, Jordu de Duke Jordan. Et, final dans le suraigu, avec sept trompettes pour un Manteca impressionnant.
Jubilatoire !

Sherrita Duran Gospel Ensemble
L'église du Collégio Papio est toujours remplie pour le traditionnel concert de gospel. Hélas! Comme les années passées, la technique n'est pas à la hauteur des artistes. Nous ne commenterons donc pas ce concert où les échos sonores, divers et divergents, ne nous ont pas permis d'apprécier la qualité du groupe.
Sherrita nous a toutefois semblé avoir plus de qualités comme chanteuse lyrique classique que comme chanteuse soul.

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

28/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (8) - Jeudi, 28 JUIN 2012 257
LE CLAN DES AUSTRALIENS

Arrivée multiple cette année de musiciens Australiens, plusieurs nous sont déjà connus et d'autres furent des découvertes heureuses.
Pour certains, la meilleure formation est, à ce jour, celle constituée autour de Nicki Parrott contrebassiste - née à Newcastle, Australie, émigrée à NewYork - qui comprend : David Blenkhorn guitare (émigré en Gironde), George Washingmachine violon et vocal, et un petit nouveau : Nick Hempton, ténor et alto. L'une de nos frustrations de 2011 avait été le faible temps passé sur scène par George Washingmachine. Cette fois, il a eu droit à toute la place qu'il mérite : présent tout au long du festival.
Ce sont les compères favoris de Warren Vaché, que nous savons être difficile dans le choix de ses partenaires.

- Photo : Jacques Besse -
Warren Vache (cnt), heureux en si bonne compagnie - Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

The Australians : Septet qui joue un répertoire mainstream ,avec fougue, sous la direction du batteur Antony Howe - déjà rencontré à Ascona - et dont le soliste principal est le trombone Dan Barrett. Petit transfuge, classé citoyen australien d'honneur, le très bon pianiste hollandais Harry Kanters, résident en Suisse, est un habitué d'Ascona.
Et enfin, le sympathique Sébastien Girardot (émigré à Paris), qui assure tous les soirs la partie de basse aux jams sessions de l'hôtel Tamaro.

QUELQUES AUTRES DÉCOUVERTES :

La chanteuse romaine Sylvia Manco, venue avec ses musiciens habituels : Nous citerons l'excellent saxo ténor Luca Velotti, au swing solide et plein de punch et Humberto Amesquita (originaire du Pérou) qui nous a donné quelques solos saignants au trombone. Sylvia chante les standards américains, en s'accompagnant au piano dans un style original inspiré de Teddy Wilson, ce qui surprend lorsqu'elle interprète les airs de Fats Waller : I'm gonna sit right down?. Hors des sentiers battus un hommage à Ray Charles sur One mint julep ? chanté !

Charly Antolini and the jazz ladies :Charly Antolini,le toujours jeune batteur Suisse (75 ans !) s'est entouré d'un quatuor de dames. À coté de Lindy Huppersberg - déjà vue à Ascona avec Patrick Artero et Mathias Seuffert - trois découvertes :
-La jeune pianiste coréenne Gee Hye Lee, à qui on peut prédire un bel avenir,
-La saxophoniste Stéphanie Lottermoser (de Munich), dont nous avons apprécié son long solo sur Girl Talk et,
-La chanteuse Nina Michelle (Canada) à la belle voix rauque.
Un Stéphanie et Nina a fini le set par une surprenante imitation des Andrew Sisters sur Bei mir bist du schön.
Un petit groupe qui dégage une joie de vivre communicative.

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

27/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (7) - MERCREDI, 27 JUIN 2012 Irma Thomas 256
Soul Queen of New Orleans
L'une des légendes vivantes de la soul et du rythm and blues est venue recevoir l'Ascona Jazz Award 2012 et a donné un concert - annoncé unique en Europe - accompagnée de son orchestre habituel, composé de musiciens d'expérience .
Elle a chanté ses succés de toujours : You can have my husband but don't mess with my man, Ruler of my heart, It's raining, Time is on my side, plus des classiques de la soul music, tels Please, please, please.
Les méfaits de l'électronique ont fait qu'elle a, à un moment du concert, repris la liste des morceaux depuis le début! Heureusement, comme la balance de la deuxième partie était bien meilleure que celle de la première, nous n'en avons pas trop souffert.

Lillian Boutté Gumbo Zaïre, featuring Pee Wee Ellis
Autre reine de la soirée, Lillian Boutté from New Orleans (sic) avec, pour partenaire principal, le saxophoniste ténor Pee Wee Ellis, connu pour sa longue participation dans l'orchestre de James Brown. Ce petit bout de femme a, comme de coutume, enthousiasmé un public certes conquis d'avance mais qui retrouve sa chanteuse préférée, en Suisse, tous les mois de juin.
Un répertoire typiquement louisianais où alternent grands standards du genre Do you know what it means?, et thèmes puisés dans le melting-pot musical louisianais. Ils furent rejoints par les musiciens d'Irma Thomas et par le pianiste Davis Rogan, pour une jam-session d'enfer sur Bare footing. Exceptionnel moment.

Ceux Qui Marchent Debout
La fanfare française Ceux Qui Marchent Debout joue dans un style résolument funk, dont l'esthétique est un peu en dehors des canons de ce site. Inspirée par la musique des rues de la Nouvelle-Orléans, ils ont été, eux aussi, rejoints par les musiciens d'Irma Thomas qui ont joué une heure avec eux. On avait du mal à imaginer qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés. Le trompettiste Percy Lee Williams, le saxophoniste Emile Hall, le pianiste Warner Joseph Williams(dans des conditions difficiles) et le batteur Larry Campbell nous ont montré, dans ce contexte ouvert, qu'ils avaient des capacités allant au-delà de l'accompagnement, très professionnel, d'une grande vedette.

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

26/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (6) - MARDI, 26 JUIN 2012 - NICKI ET NIKI 255


Nicki Parrott Choice
Le choix de Nicki est de retrouver sur scène ses amis australiens, aujourd'hui il s'agit du violoniste George Washingmachine et du guitariste Dave Blenkhorn - partenaires de ses jeunes années à Sidney - auquels s'ajoute le pianiste italien Paolo Alderighi. Nous avons déjà parlé de Nicki Parrott et, donc attardons nous sur ses accompagnateurs :
- Photo : Jacques Besse -
Nicki Parrott(b) et Georges Washingmachine (viol,voc) (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

- Paolo, fraîchement débarqué à Ascona, connu comme spécialiste de stride, nous a surpris par l'évolution de son jeu vers un certain dépouillement, proche de Teddy Wilson.
- George, notre crooner de service, est toujours aussi agréable à écouter au violon, tant en soliste qu'en accompagnateur. Son joli jeu est dans la tradition d'Eddie South et Stéphane Grapelly.
- David véritable métronome a évoqué Charly Christian sur Seven come eleven.
Le set s'est terminé avec la présence sur les deux derniers thèmes de Nicolas Montier, qui s'est déchaîné au ténor. Hélas, il n'est programmé qu'à la guitare pendant ce festival.

Niki Haris Quartet featuring Wycliffe Gordon
Niki a été retardée par les connections aériennes entre les Etats-Unis et Ascona ! Elle n'a donc pu chanter qu'au cours du second set. Mais, quel professionnalisme, quel punch ! Elle nous a enchantés, une fois de plus, sur des balades : Gee baby, This can't be love ou le très romantique Oops ! Son final déchaîné sur le Down hearted blues, nous fait regretter, une fois de plus, qu'elle ne chante pas plus souvent le blues.
Le quartet, qui nous a irrités pendant le premier set, en attendant Niki Harris - quasiment en dehors de l'esthétique attendue à Ascona - a fourni un superbe accompagnement à la chanteuse. Nous avons alors été heureux de retrouver le pianiste Aaron Diehl, Wycliffe Gordon et Herlin Riley, dans des rôles qu'ils avaient si bien tenus, il y a deux ans ici même.
Une anecdote : L'amour de Herlin pour Ascona, qui fait en ce moment la navette tous les jours entre Paris,où il enregistre un disque avec Ahmad Jamal, et Ascona où, le soir, il nous éblouit sur la scène.

Butterscotch
Antoinette Clinton, dite Butterscotch, est une jeune artiste qui s'est fait comme spécialité d'accompagner son jeu au piano, ou à la guitare,avec ses cordes vocales qui jouent une partie de batterie et de basse (technique dite de beatboxing). Le résultat est extrêmement surprenant, le travail à accomplir étant considérable.
Nous avons retenu sa version de My funny Valentine au piano. Qu'en pensez-vous ?

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

26/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (5) - LUNDI, 25 JUIN 2012 - NEW ORLEANS DAY 254
DES VÉTÉRANS ET UNE BELLE RELÈVE

Nous choisissons de consacrer cette journée à une revue des quatre orchestres de la Nouvelle Orléans présents à Ascona.

ReGeneration of New Orleans Brass Band : Des vétérans d'Ascona, de moins de 30 ans, animent les rues et les entractes, avec fougue et talent - Grande décontraction et grand professionnalisme - avec, à leur tête, le puissant trompette Stephen Lands et le brillant tromboniste Michael Watson.

Mark Brooks Quartet with the New Orleans Ladies : Nous avons déjà dit le plus grand bien de Germaine Bazzle, la véritable Sophisticated Lady d'Ascona (en particulier dans sa version de? Sophisticated Lady). Le ténor Brent Rose nous a agréablement surpris en solo sur Girl Talk et en accompagnant, avec goût, les deux chanteuses. Remercions le leader d'avoir su organiser un groupe intéressant, où Mark impose sa vision personnelle des parties vocales (les siennes et celles des chanteuses). Une grande diversité dans le choix du répertoire et des moyens d'expression (jazz, blues, scat, imitation des instruments...). Anaïs StJohn, une des découvertes nous semble plus à l'aise sur les standards de jazz (Nigth and Day ou All of me) que sur le blues. C'est aussi une spectaculaire danseuse !

Norbert Süsemihl, A night on Frenchmen street : Norbert , dont c'était le retour en Suisse, est resté fidèle au style des années 20 et 30, dans lequel il excelle vraiment. Pour illustrer cette période, il s'entoure du solide batteur Thomas Altmann et de quatre très jeunes et talentueux musiciens :
- Le bon bassiste Kerry Lewis, l'habitué d'Ascona,
- Le prometteur clarinettiste et saxophoniste Gregory Agid,
-La pianiste Shaye Cohn. Bon sang ne saurait mentir, Shaye Cohn est la petite fille du grand Al Cohn et la fille du guitariste Joe Cohn .

- Photo : Jacques Besse -
La pianiste Shaye Cohn (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Elle est à la fois une spécialiste de Jelly Roll Morton et pratique, avec dextérité, le stride (Down in Honky Tonk town).
-La controversée chanteuse Erika Lewis - une petite blonde, un peu raide et mal fagotée - , avec toutefois une voix qui sort de l'ordinaire et de bonnes inflexions, dans le style du blues d'autrefois. Nous l'avons beaucoup aimée, mais certains de nos amis pas du tout.
Un surprenant mais attachant gumbo!

Message personnel : Shaye, joue nous un peu de cornet sur scène, comme à la jam de l'hôtel Tamaro!

Tommy Sancton's New Orleans Legacy Band: Un orchestre de sept musiciens qui a opté volontairement pour un répertoire des plus traditionnels. Pour cette tournée, le clarinettiste Tommy Sancton a choisi le trompettiste Clive Wilson, le très exubérant trombone Ronnel Johnson, Walter Harris - Encore un très bon batteur de NO que nous ne connaissions pas ! - et les vétérans Lars Edegran au piano et Richard Moten à la basse.
Une mention spéciale pour la chanteuse Denise Gordon qui ammène une petite touche antillaise, indispensable au melting-pot néo-orléanais.

Une fois de plus, que de nouvelles têtes et que de vitalité dans cette cité, pourtant lourdement frappée, qu'est New Orleans.

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

25/06/2012 LA DANSE ET LE JAZZ A CHATEL-GUYON, JAZZ AUX SOURCES 2012 253

Le Jazz ? Quand il est là, Monsieur Tout-le monde a envie de prendre Madame Tout-le-monde par la main, et de l'entraîner sur la piste de danse!
À Châtel-Guyon, au bien nommé Festival Jazz Aux Sources, Monsieur et Madame Tout-le-monde s'en donnaient à cœur joie . Pas seulement sur la piste de danse du podium, mais aussi dans les bars et restaurants, sur les trottoirs, sur la route et sur le bas-côté du kiosque.Même pendant la très grosse pluie d'orage qui s'est invitée pendant le set de Pink Turtle sur le podium, les danseurs n'ont pas déserté la piste de danse. Encore plus étonnant: pendant cette pluie battante, des spectateurs sont restés assis, stoïques, sur les gradins, sous des parapluies ! L'orage ? Même pas peur!

Parmi les danseurs professionnels, j'ai surtout été séduit par Le petit 36 de la claquettiste Odile Dodard : un nom à retenir.

Pour accompagner les danseurs, j'ai particulièrement aimé : Le Hot Berries Quartet de Jérôme Etcheberry - Le Nicolas Dary / Michel Pastre Quintet featuring Duffy Jackson - Guy Bonne Quintet. Et, les musiciens de Pink Turtle sur tous les fronts. Rebaptisés Les Gigolos, pour accompagner la chanteuse Liliane Bouté ou scindés en deux combos délectables : Le trio avec Pierre-Louis Cas (st), Jean-Marc Montaut (p), Stéphane Roger (dr) et le quartet avec Michel Bonnet (tp), Patrick Bacqueville (tb), Laurent Vanhee (b), Christophe Davot (gu).

La danse ? Une des sources du jazz, évidemment !

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France

25/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (4) - DIMANCHE, 24 JUIN 2012 - WYCLIFFE GORDON 252
HOMMAGE À LOUIS ARMSTRONG .

Wycliffe Gordon quartet, Hello Pops : Début fracassant de Wycliffe Gordon à Ascona, à la tête d'un quartet composé de Ehud Asherie au piano, Yasushi Nakamura à la basse et maître Herlin Riley à la batterie.

- Photo : Jacques Besse -
Wycliffe Gordon tout en puissance(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

- Wycliffe attaque à la trompette sur Indiana et fait passer un frisson dans le public! La suite avec Sunny side (vocal et trombone) nous ramène à des schémas plus connus chez les amateurs de Wycliffe. Un bouleversant Hello Pops! - composition personnelle de Wycliffe * - suivi de Black and Blue, toujours à la trompette et au chant. Et là, nous sommes entrés vraiment dans l'hommage !
- Herlin Riley, sur la scène du Chiesa (sous l'église d'Ascona), nous donne toujours de grandes émotions. Le meilleur batteur actuel accompagneavec flamme et swing, et là encore, Wycliffe Gordon a un partenaire à sa mesure. Il fut le dynamiteur de Swing that music avec dès l'intro un renversant solo où sa batterie chante. Wycliffe, de son côté, se saisit d'une trompette à coulisse! : Un instrument qui permet à l'artiste de faire la fusion de la trompette et des glissandos du trombone.
- Ehud Asherie, très à l'aise dans ce nouveau rôle, tira son épingle du jeu, en prenant sur chaque thème, un long solo, remarqué par le public et apprécié par son leader. Il est en vedette sur un rag - titre non encore identifié - accompagné seulement par Herlin Riley.
- Nous découvrons le jeune bassiste, Yasushi Nakamura, new-yorkais d'adoption, qui accompagna solidement le tromboniste et pris quelques bons solos ... À réécouter.
Le concert s'acheve avec un You rascal you, pris sur tempo très rapide avec vocaux divers de Wycliffe Gordon - avec clin d'œil à Cab Calloway - et duo explosif entre Wycliffe et Herlin. Le choc!

* Il faudra penser à publier les paroles émouvantes de Hello Pops.

Bria Skonberg meets Warren Vaché :À la sortie de ce concert d'anthologie, nous sommes allés écouter le duo du professeur (Warren) et de l'élève (Bria) sous la haute direction de Nicki Parrott. Quels moments délicieux nous ont donné les deux solistes dont l'entente est évidente (voir chronique (3) de samedi 23 juin).

Davis Rogan est bien présent à Ascona - nous l'avons vu écouter Wycliffe Gordon - mais nous ne savons pas encore quand et où il se produira.
Les habitués de la Nouvelle Orléans nous ont dit le plus grand bien de ce pianiste. À suivre ?

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

24/06/2012 - MATTHIAS SEUFFERT EN VIDEOS 251
Depuis pas mal d'années, la clarinette est revenue à l'honneur dans le jazz. Parmi les clarinettes les plus enthousiasmantes que je connaisse figurent celles d'Evan Christopher, d'Aurélie Tropez et de Guy Bonne. Mais un clarinettiste, rarement cité, mérite d'être mis en évidence : Matthias Seuffert.


Le clarinettiste Matthias Seuffert (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Voici quelques vidéos sur lesquelles Matthias Seuffert, clarinettiste, m'apparaît particulièrement excellent :
- Perdido Street Blues par le Matthias Seuffert South Side Special, enregistré en 2009 au Whitley Bay International Jazz Festival. Un morceau dans lequel il reproduit le phrasé et le vibrato de Johnny Dodds de manière étonnante.
- Mojo Blues , au même festival, est un enregistrement à la clarinette qui atteint des sommets !
- Oh Peter , par Matthias Seuffert's Rhythmakers, enregistré au Whitley Bay Classic Jazz Party en 2011.

Matthias Seuffert est aussi saxophoniste alto et saxophoniste ténor. C'est avec ce dernier instrument qu'il a accompagné la chanteuse Cécile Mc Lorin, comme, par exemple, dans Anything Goes ,en tant que Matthias Steuffert Sextet, qui est en fait l'orchestre de Jean-François Bonnel.

On peut trouver quelques informations intéressantes le concernant sur son Site Internet, apparemment non mis à jour depuis 2005.

Matthias Seuffert, musicien (bien) inspiré, a manifestement beaucoup écouté les grands clarinettistes noirs. Swinguant et heureux de jouer, comme le montrent nombre de ses vidéos.

Ralph BALLMER

23/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (3) - SAMEDI, 23 JUIN 2012 - PAIRE DE DAMES GAGNANTES, PLUS UNE 250


Bria Skonberg and Nicki Parrott's Swing Band : La soirée du troisième jour justifiait, à merveille, l'ellingtonienne devise de ce festival: Sophisticated Lady.

- Photo : Jacques Besse -
Bria Skonberg en action (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

La trompettiste canadienne Bria Skonberg et la contrebassiste Nicki Parrott étaient les leaders d'un octet très international, puisque leurs partenaires étaient : le violoniste George Washingmachine (Australie), le pianiste Ehud Asherie (New York), le guitariste Dave Blenkhorn (Australie et Langon), le batteur Guillaume Nouaux (Arcachon) et deux autres souffleurs, le saxophoniste Nick Hempton (Australie) et la vedette du groupe - et du festival - Warren Vaché (NY).

Tous les regards convergent vers Warren Vaché, à Ascona comme partout ailleurs, dès qu'il embouche son cornet.D'humeur joyeuse, voire facétieuse, il nous offrit une prestation de haut niveau avec de longs solos ciselés - quelle magnifique sonorité ! - , un duo vocal avec Nicki Parrott, et plusieurs chases avec son élève, Bria Skonberg.

Le programme a été conçu par Nicki, qui dirigea sa troupe avec autorité et précision. Nous avons particulièrement remarqué : le solo piano d'Ehud sur High Society entièrement en stride - les interventions à la trompette bouchée de Bria - les vocaux des deux chanteuses et George Washingmachine sur Blue moon-Blue love - Nick Hempton à l'alto sur Indiana - David en duo avec Warren sur une délicieuse balade (non- identifiée !). La section rythmique (Ehud, Nicki, David et Guillaume) fut au-dessus de tout éloge.Osmose réussie où chaque intervention était marquée du sceau de la haute qualité de chacun des membres du groupe. Standing ovation, bis, re-standing ovation et finalement triomphe. Un seul vaincu : l'orage qui a frappé pendant la première partie du concert.

Tricia Evy quintet:Tricia Evy, charmante guadeloupéenne, nous a fait déguster un cocktail très international, mariant standards du jazz, sambas brésiliennes, chansons françaises jazzées, musiques créoles. Elle a une belle voix, de la présence et un évident désir d'improviser (nombreux passages en scat).
Nous avons pu l'écouter hier à deux reprises :
- la première, avec son trio et le jeune et prometteur saxophoniste Olivier Defays
- la seconde, invitée par le groupe The Australians , comprenant le très bon pianiste Harry Kanters. Dans un contexte plus étoffé et uniquement jazz, Tricia nous a encore plus séduits.
Tricia Evy, une heureuse découverte pour nous.

Michel LALANNE et Jacques BESSE - depuis l'hôtel Garni Sport d'Ascona.
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

22/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (2) - VENDREDI 22 JUIN 2012 - JOURNÉE ABC (Aurélie, Bazzle, Champian) 249


Jérome Etcheberry and the Swingberries : Aurélie Tropez (cl), Jérome Etcheberry (tp), Nicolas Montier (gu) et Jacques Schneck (p), ont repris avec bonheur le concept de John Kirby, d'adapter en swing le répertoire classique - Le lac des cygnes, La marche de Radevski, Casse-noisette - L'orchestre mené par les deux souffleurs nous enthousiasma par la qualité de ses arrangements et par le haut niveau de ses solos. Jérôme et Aurélie sont des solistes de grande classe, Jacques Schneck assure et Nicolas nous surprend toujours à la guitare. Ne les ratez pas quand ils passent dans votre région !

Mark Brooks quartet and the New Orleans Ladies : Retour à Ascona de Mark Brooks à la tête d'un quartet de bonne qualité. Ils accompagnent deux chanteuses de la Nouvelle Orléans.
- La première, Anaïs St John, fut trop desservie par la sono brouillonne du Torre pour pouvoir être appréciée (nous y reviendrons).
- La seconde, Germaine Bazzle - jeune et dynamique octogénaire - souleva l'enthousiasme du public dès le début de son premier morceau et dynamita l'orchestre qui jusque-là ronronnait gentiment. Ses nombreux solos scat qui ne sont pas sans rappeler ceux de la grande Ella, nous ont ravis. Courts passages mais très grands moments d'un jazz rare de nos jours.

Champian Fulton Trio , featuring Fukushi Taïnaka et special guest Nick Hempton :Peut-être avons-nous, avec la jeune Champian Fulton, la principale révélation de cet Ascona 2012 ? Cette jeune femme de 27 ans, qui possède déjà un palmarès intéressant, sait tout jouer.

- Photo : Jacques Besse -
La sémillante Champian Fulton (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Elle l'a démontré hier soir. Un style original, à base de block chords, surprend puis séduit; voix bien posée, diction parfaite et répertoire alternant grands classiques et thèmes un peu oubliés.
La rythmique assure : le jeune français Mathieux Allamane, solide bassiste, et le japonais Fukushi Taïnaka (dr), musicien très expérimenté et resté fidèle à la tradition swing. Son invité, comme la veille, était le saxophoniste australien Nick Hempton. Dans un style parfois un peu plus moderne (plus classique au ténor qu'à l'alto), il nous a intéressés sur Blue and Sentimental, Pennies from Heaven ou Day in, Day out.

Michel LALANNE et Jacques BESSE
En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

21/06/2012 - EN DIRECT DE JAZZASCONA (1)- ALEXIA GARDNER 248

Bonjour, nous sommes bien arrivés à Ascona et nous avons déjà pu apprécier les premières vedettes du Festival : la pluie, Alexia Gardner, Till Brönner et Nick Hempton.
Nous ne reviendrons pas sur la pluie, qui a, hélas, découragé une partie importante du public venu pour l'ouverture. Mais les cieux sont soudainement devenus cléments au moment où Alexia Gardner a débuté son set près de l'église?.

Alexia Gardner et son off-beat trio que nous n'avions pas pu écouter l'an passé, avait gagné le prix du meilleur orchestre suisse et, donc, le droit de revenir cette année. Cette chanteuse anglaise, établie dans la région de Bâle, a une voix puissante, un excellent jeu de scène et une réelle volonté de faire partager son enthousiasme au public.

- Photo : Jacques Besse -
Un Clin d'Oeil d'Alexia Gardner (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Son répertoire est constitué essentiellement de standard jazz, souvent aujourd'hui oubliés (Blue Moon). Elle revisite aussi avec beaucoup de goût, le répertoire des Beatles (Day by day) et même de Michael Jackson (Killin'). Elle est accompagnée par une rythmique attentive, dirigée par le très bon pianiste Marcel Schefer - auteur de nombreux solos pleins de musicalité - et avec le renfort de Claudio Bergamin (trompette et bugle) qui, à l'évidence, a pas mal écouté Clark Terry.

Comme nous avons depuis toujours décidé de ne jamais dire de mal des musiciens, nous ne parlerons pas de la prestation du trompettiste Till Brönner.
Par contre, en fin de soirée, une heureuse découverte : le saxophoniste australien Nick Hempton (ténor et alto). Il était l'invité du trio de la pianiste et chanteuse Champian Fulton. Nous en reparlerons plus tard, car nous avons bien l'intention de les revoir à plusieurs reprises.

Michel LALANNE et Jacques BESSE- En exclusivité pour le Site internet du Hot Club de France.

10/06/2012 - AU FESTIVAL D'ASCONA 2011 247
Samedi 12 Mai 2012, dans le cadre d'un Cercle d'étudesdu HCF Paris (réunion mensuelle privée), Christian Sabouret - Président du Bordeaux Hot Club - et Jacques Bessse - Membre du HCF Paris - ont présenté, aux membres du HCF Paris, des extraits vidéos et audios de concerts du Festival JazzAcona 2011, où 46 orchestres internationaux étaient programmés.

Videos (1ere partie ) par Christian Sabouret : Pepe Lienhardbigband - David Paquette - A Big Celebration of Mr Little Jazz - Drew Davies - Big Band Connection - Michel Pastre Big Band - Jazz Burlesque Creole Sweet Tease.

Audios, par Jacques Besse :Le trio David Crawford (p), Georges French (b), Herlin Riley (dr) accompagne Miss Bettie - Sugar and the Candymen avec Jacopo Delfini (gu électrique), Renato Podesta (gu solo), Alex Carreri (b), Roberto Lupo (dr)- Christian Willisohn accompagne tout seul Lillian Boutté - Dana Gillespie accompagnée par Joachim Palden au piano boogie, Maurizio Pugno (gu), Mauro Tolo (b) et Moreno Buttinar (dr) - Dado Moroni en trio avec Marco Panascia (b) et David Blenkhorn (gu) - Les Jive Aces .

Vidéos (2e partie) par Christian Sabouret : Dan Barrett - Silvan Zingg (p) - Wolverines Jazz Band - Swiss Yerba Buena Rice Creole Jazz -Jon Faddis Quintet .

Ces présentations avaient pour but :
-d'une part de faire découvrir ou mieux connaître ces orchestres et musiciens aux membres du HCF Paris et de succiter leurs commentaires, analyses et reflexions.
-D'autre part les inciter à se rendre du Juin au 1er Juillet 2012 à Ascona (Suisse) où aura lieu le Festival JazzAscona 2012. Nous savons déjà que plusieurs membres du HCF Paris y seront présents.
Rappelons que Chistian Sabouret avait fait une présentation similaire devant les membres du Bordeaux Hot Club.

Pierre ROBIN - Membre du HCF Paris

Note du site : On relira , avec intérêt, les commentaires quotidiens du Festival JazzAscona 2011, par Jacques Besse et Michel Lalanne, publiés sur cette même page, du 24 Juin au 3 Juillet 2011 .

04/06/2012 - CATHERINE RUSSELL A PARIS 246
Dans le cadre d'une tournée européenne, pour le lancement de son nouveau CD Strictly Romancin*, la chanteuse Catherine Russell - Prix 2008 du Hot Club de France - se produisait à Paris, au Sunside, mardi 22 mai 2012, avec Mark Shane (p), Matt Munisteri (gu) et Lee Hudson (b).

Nous sommes le 4 juin 2012 et il n'y a toujours pas, sur ce site, de compte-rendu de ce deuxième concert parisien de Catherine Russell ! Pourtant, je me suis laissé dire que nous étions 17 du Hot Club de France à nous être déplacés. Pourtant tous mes amis avaient les yeux qui brillaient ? Peut-être est-il difficile de trouver les mots, quand c'est trop bien, quand c'est trop beau !

Bon, je me lance ! Je trouve,chez Catherine Russell, une double perfection : chaque note trouve sa juste intonation, chaque note est rythmiquement à sa place exacte. Y compris dans les surprenants forte et fortissimo, sortis d'un corps si menu. Cette très grande aisance, musicale et swingante,fait qu'elle se passe du growl, comme Armstrong se passait, le plus souvent, d'une sourdine.
J'avais déjà entendu cette double perfection chez Ethel Waters et chez Ella Fitzgerald. Mais Catherine Russell est Catherine Russell, une chanteuse d'aujourd'hui, une chanteuse du XXIe siècle.

Photo : Pierre Ingrin
Cliquez sur la photo de Catherine Russell pour l'agrandir

Ses accompagnateurs méritent aussi des louanges. La pulsation, sans batterie, de la basse et de la guitare, sonne all american. Elle n'évoque pas une rythmique manouche. Cette pulsation est une merveille de swing.Les solos aventureux de Munisteri (gu), ses arrangements et les solos maîtrisés de Shane (p) apportent juste ce qu'il faut de diversité pour entourer la chanteuse et contribuer à notre plaisir d'auditeurs repus.

Répétons-le, Catherine Russell n'est pas le personnage d'un film de Woody Allen, Catherine Russell, c'est le jazz d'aujourd'hui, rare à ce niveau.
À ne manquer sous aucun prétexte.

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France

* Le CD Strictly Romancin (World Village 468 101 - Distribué par Le Chant du Monde/Harmonia Mundi) a été finement et chaleureusement chroniqué, par Christian Sabouret, dans le
Bulletin du HCF N° 609 de Mars 2012.

24/05/2012 - JACQUES TAILHEFER NOUS A QUITTES (1925 - 2012) 245
C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris - avec un certain retard - le décès de notre ami Jacques Tailhefer qui nous a quittés le 16 mars 2012, à l'âge de 87 ans.



Conquis par le jazz, ami d'Hugues Panassié, il fonda en 1946 le Hot Club de Nîmes qu'il dirigea jusqu'en 1956. Au cours de cette période, il fit venir à Nîmes de nombreux musiciens internationaux, dont Big Bill Broonzy et ? la pianiste Lil Hardin , y organisa des soirées réunissant les orchestres des Hot Clubs du Midi, des écoutes critiques de disques, comme en témoignent les informations parues à l'époque dans La Revue du Jazz.
Plus récemment, il publia, en 1997, dans La Revue du Rouergue, un important article biographique sur Hugues Panassié et son père Louis, intitulé : Des mines du Caucase au Jazz Hot... en passant par le château de Gironde.

Je n'ai bien connu Jacques Tailhefer qu'au début des années 2000. Il était déjà atteint d'une dégénérescence graduelle de la vision (macula), qu'il affrontait avec courage, mais qui l'avait coupé de ses lectures. C'était un homme cultivé, accueillant, chaleureux et très optimiste, malgré ses problèmes de santé. Il était toujours un grand connaisseur du jazz authentique et entretenait de nombreuses relations dans notre milieu.

Au nom du Hot Club de France, et en mon nom personnel, je présente à sa fille Catherine, à son fils Michel et à toute sa famille, nos sincères condoléances.

Pierre ROBIN - Membre du C.A. du Hot Club de France

Note du site : Des témoignages de ceux qui ont connu Jacques Tailhefer seraient les bienvenus.

07/05/2012 - KILLER DILLER (FILM) 244

Dans le Bulletin du HCF N° 608 de Février 2012 page 6, Jacques Canérot a publié un article intitulé Andy Kirk à l'écran.
Dans cet article, il se réfère au film Killer Diller(1948) de Josh Binnerey, dans lequel joue, entre autres , la Grande formation d'Andy Kirk - mais aussi le Nat King Cole trio.

Ce film peut être visionné ou téléchargé,en divers formats, sur le site Internet Archives.

Ralph BALLMER

06/05/2012 - LE DUKE ORCHESTRA DE LAURENT MIGNARD A ARCACHON 243
Jeudi 3 mai 2012, le théâtre Olympia d'Arcachon (F.33) affichait Complet ! Les oreilles de plus de mille spectateurs ont été charmées par le Duke Orchestra de Laurent Mignard.
Cet orchestre propose des arrangements d'ensemble bien réglés, une section rythmique efficace et cerise sur le gâteau une palette d'excellents solistes, quels que soient les pupitres.
Le programme comportait bien sûr de grands standards et également des morceaux du spectacle Ellington French Touch avec The Good Life,Goof, Paris Blues ... À signaler l'excellente interprétation de Sophisticated Lady au saxo-baryton par Olivier Defays, qui remplaçait ponctuellement le titulaire Philippe Chagne.

Dominique Brigaud eut bien raison d'écrire dans le dernier Bulletin du HCF de mars 2012 : Un spectacle de cette qualité mériterait une large diffusion . Tous les membres du Jazz Hot Club du Bassin d'Arcachon et du Bordeaux Hot Club, présents à l'Olympia, partagent certainement cet avis.

Bernard JOUAN - Président du JHCBA.

11/04/2012 - 14e FESTIVAL INTERNATIONAL DE BOOGIE WOOGIE DE LA ROQUEBROU DU 9 AU 12 AOÛT 2012 242
Le Festival International de Boogie Woogie de La Roquebrou est devenu un évènement incontournable de la région Auvergne. Mais il est plus que cela : grâce à la participation active de nos partenaires et à celle d'une soixantaine de bénévoles, il est dorénavant le numéro un dans le genre. Musiciens, mais aussi festivaliers viennent des quatre coins du monde pour célébrer cette fête musicale d'un très haut niveau.

À l'affiche cette année, entre autres, la chanteuse et danseuse américaine Nicolle Rochelle - qui incarna Josephine Baker dans la comédie musicale de Jérôme Savary au Casino de Paris - mais aussi le roi incontesté de la musique boogie woogie : le pianiste allemand Axel Zwingenberger qui enregistra avec Lionel Hampton, ou la jeune et talentueuse pianiste américaine Stephanie Trick (Prix du Hot Club de France), preuve que la relève est assurée. Les boogie woogie en petites et grandes formations seront également à l'honneur.

Avec ses soixante musiciens répartis dans le IN et le OFF, le 14e Festival International de Boogie Woogie de La Roquebrou n'a pas son pareil au monde : si mélomanes et danseurs viennent et reviennent chaque année dans ce village médiéval, c'est que la musique s'y poursuit jusqu'au bout de la nuit dans une atmosphère festive à souhait. Les époustouflants Champions du Monde de Danse Boogie Woogie rappellent aussi que dans le jazz authentique, musique et danse sont les deux facettes d'un même art.

Le soir, trois pianos sur scène, deux écrans géants pour ne perdre aucun détail, un espace pour les danseurs, une salle nouvellement aménagée pour la sécurité et le confort des festivaliers feront, à n'en pas douter, de cette manifestation la plus attendue et la plus réussie dans le genre.

Transporter chaque année La Nouvelle-Orléans à La Roquebrou, c'est un pari que nous avons toujours réussi. Cetévènement n'a été possible que grâce à votre fidélité.

Jean-Paul AMOUROUX - Directeur Artistique du Festival

10/04/2012 - L'HOMME OUBLIE DU JAZZ 241

Publié dans le Bulletin du HCF N° 608 de Février 2012, l'article L'homme oublié du jazz (Norman Granz), écrit par Jean Reldy, a été suscité - comme l'indique l'auteur - par la lecture d'un article de Terry Teachout paru dans le Wall Street Journal.

Cet article intitulé The Forgotten Man of Jazz peut être actuellement consulté sur Internet.

Ralph BALLMER

Page : 19 sur 31 (du 10/04/2012 au 04/07/2012)