FORUM RÉAGIR
 
VOUS AVEZ LA PAROLE !

Si vous désirez faire connaître votre opinion, communiquer une information, faire une proposition, donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Merci de nous tenir informés de vos réponses, des réactions, des résultats et des commentaires à hcf@noos.fr

Send Comments mail@yourwebsite.com Tuesday, May 09, 2017

Ecrivez votre texte dans l'email, après avoir cliqué sur le lien ci-dessous,
(A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)
Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans l'un des forums du site.
<<
précédente
 page 34/36 (du 28/01/2010au 30/03/2010 
suivante
>>
<<
<
page 34/36
>
>>
30/03/2010 - SACKVILLLE - DECES DE JOHN NORRIS 51
Nous apprenons la mort subite de John Norris, des suites d'une crise cardiaque,à l'âge de 76 ans. Avec Bill Smith, il fut en 1968 le cofondateur de Sackville Recordings à Toronto (Canada).
Sous la direction de John Norris furent édités sous le label Sackville , en microsillons puis en CD, d'excellents musiciens de jazz authentique, parmi les meilleurs, comme : Dick Hyman, Jay Mac Shann, Junior Mance, Sammy Price, Red Richards, Ralph Sutton, Jay McShann? ainsi que des concerts , enregistrés le plus souvent en Europe, avec : Benny Carter, Henri Chaix, Doc Cheatham, Buck Clayton, Bill Coleman, Albert Nicholas, Rex Stewart, Ben Webster, Teddy Wilson?
Nous espérons que la disparition de son fondateur et animateur n'affectera pas l'avenir de Sackville Recordings.

Edmond RAVIER - Membre du HCF Paris.

26/03/2010 - POUR ÉCOUTER SWING FM DIRECTEMENT PAR LE WEB 50
Afin de permettre à un plus grand nombre d'auditeurs de se connecter sur son programme, Swing FM - la radio du Hot Club de Limoges - a dû changer d'opérateur pour son streaming .
Du coup, certains auditeurs qui se conectaient directement par le web pour écouter notre programme, sans passer par notre site, ont perdu le contact.
En allant sur lesite de Swing FM, ils peuvent récupérer le nouveau lien qui leur permettra de se connecter à nouveau.

Claude Alain CHRISTOPHE - Secrétaire de SWING FM.

25/03/2010 - TÉLÉCHARGEMENTS MUSICAUX 49
L'article paru dans le Bulletin du HCF de février 2010, sous le titre Le triomphe du numérique virtuel, mentionne le site Deezer d'écoute intégrale gratuite d'enregistrements.
Je vous signale que le site Here is Old Time Jazz on line propose, gratuitement, en mp3, à l'écoute intégrale et au téléchargement, des milliers d'enregistrements de jazz tombés dans le domaine public (Loi Lang) : depuis ceux de l'O.D.J.B. jusqu'à ceux réalisés dans les années cinquante.
Ce site s'enrichit, chaque jour, de nouveaux titres (lastest acquisitions).

Jean ROUSSEAU - Membre du HCF Paris

25/03/2010 - UN STAGE CHEZ JACQUES MORGANTINI A GAN 48
On se dit d'abord : « Un stage chez Jacques Morgantini ? Mais voilà 40 ans que j'écoute du jazz ! J'ai déjà une bonne discothèque et la lecture de mon Bulletin du HCF mensuel m'aide à y voir clair, même si je suis loin de tout connaître, certes ».
Puis finalement pourquoi pas ? Ce sera l'occasion de voir en chair et en os ce JacquesMorgantini, signant d'enthousiasmants textes de pochette de disques, quelques ancienneschroniques d'enregistrements sortis aux USA dans le Bulletin du HCF, et clamant sonenthousiasme pour Herschel Evans en mettant tous ses solos bout à bout sur une bandemagnétique.
Et me voilà à Gan !
Là les choses deviennent sérieuses, ou plutôt pas du tout, car Jacques a un humour corrosifet une autodérision hors du commun.
Il faut dire que globalement, l'amateur ordinaire que je suis, a baigné dans une approche dujazz que je qualifierais d'harmoniste, c'est-à-dire que le jazz, ce sont d'abord les feux d'artifice d'Armstrong, les subtilités de Benny Carter et d'Hawkins, les harmonies de Duke ? qui priment, à placer au-dessus de tout.
Jacques remet les choses à leur vrai place : il nous fait percevoir tout le jazz qu'il y a aussidans une inflexion, une pulsation, un riff lazy à souhait ? En un mot, un shake de SidneyDeparis ou d'Hot Lips Page ( qu'il « réhabilite » à juste titre ), les breaks de guitare de T.Bone Walker, le chant véhément de Sonny Parker, le feeling de Magic Slim, la pulsation de Fred Bellow, et de bien d'autres encore que l'on croyait connaître, contiennent tout le génie du peuple noir américain du XX° siècle.
Car Jacques sait de quoi il parle. Bien que le jazz n'ait jamais été son métier, il a fréquentéintimement les plus grands jazzmen en Europe et aux Etats-Unis, il a supervisébénévolement de nombreuses séances d'enregistrement, découvert avec son épouse degrands bluesmen ?
Il faut aussi dire l'ambiance extraordinaire créée par Jacques. C'est une atmosphère joyeuseet amicale où les contrepèteries sont les bienvenues. Et tout cela se passe dans la maisondu Maître, par groupe d'environ six personnes, qui deviennent vite des amis.
En revenant de chez Jacques Morgantini, on n'écoute pas le jazz autrement, on l'entendmieux ?

Claude BISSERIEX

Note du site : Les prochains stages de perfectionnement à l'écoute du Jazz de
Jacques Morgantini, à Gan (F.64), auront lieu en avril et mai 2010.

24/03/2010 - DECES DE ROBERT R. MACLEOD 47
J'apprends, avec beaucoup de tristesse, la disparition fin 2009 de Robert R. Macleod , physicien, mais aussi musicologue et historien britannique, qui contribua largement à la connaissance du Blues. Il était né en 1927 et avait donc 82 ans.
L'oeuvre capitale de Bob Macleod fut la transcription, directement par l'écoute des interprètes, d'environ 10.000 textes de blues :
- Dans une première série, deux volumes des 81 L.P. de Yazoo.
- Puis, en collaboration avec Johnny Parth, 10 volumes des Document Blues (5001 à 5398) et d'un volume Blues Document (6001 à 6050).
- Par la suite, il réédita les Yazoo avec quelques corrections et ajouts.
L'ensemble de son oeuvre a été édité par Pat Publications - à Edimbourg (Ecosse) - avec la collaboration précieuse de son épouse Patricia, disparue un peu avant lui.
J'ai bien connu Bob, au travers de notre correspondance dans le cadre de ses recherches et de demandes de précisions. Je craignais le pire, n'ayant pas eu de ses nouvelles fin 2009, ce qui n'était pas dans ses habitudes.C'était un homme ouvert et généreux, pratiquement inconnu en dehors du monde anglophone.

Bernard BROSSE - Membre du HCF Paris.

23/03/2010 - TELECHARGEMENTS MUSICAUX 46
J'ai lu avec intérêt l'article de Pierre Robin, concernant les nouveaux modes d'enregistrement du son et plus particulièrement du MP3, publié dans Le Bulletin du HCF n° 588 sous le titre Le triomphe du numérique virtuel.
Je voudrais faire part ici de mon expérience personnelle :
Après quelques réticences, j'achète désormais 80% de mes disques via le téléchargement sur internet et plus particulièrement sur le site iTunes.
Comme la compression audio se fait en rognant sur l'intégralité du signal, je craignais une perte de qualité sonore. Après avoir gravé mes téléchargements sur CD audio classique et les avoir joués sur une chaîne HIFI - que je crois être de qualité - je me suis rendu compte qu'il n'en était rien; et ce, pas seulement pour les repiquages faits, à l'époque, à partir d'anciens 78 tours, mais aussi pour les albums stéréos excellemment enregistrés des années 60 et 70. J'ai eu l'occasion de comparer certains téléchargements avec le CD original, et je dois avouer n'avoir pas perçu de réelle différence ! Quand on sait que la compression audio enlève des fréquences que l'oreille ne peut physiologiquement entendre, cela semble logique. Il faut aussi dire qu'il y plusieurs niveaux dans la compression, et celle d'iTunes est correcte.L'inconvénient majeur du MP3 téléchargé est l'absence de notice sur les enregistrements. Mais pour le Jazz, les discographies sont là pour nous aider, lorsqu'il sagit d'enregistrements anciens, ce qui est souvent le cas.
Je crée donc des CD audios, ce qui me permets d'avoir un support matériel à partir duquel je peux prendre des notes et écouter dans d'excellentes conditions.

Claude BISSERIEX

17/03/2010 - STAGE « CONNAISSANCE DU JAZZ » A PARIS 45
Amateur chevronné, grand connaisseur de la musique noire, Jacques Morgantini a captivé un groupe d'amateurs de la région parisienne, samedi 13 mars 2010, avec sa présentation du style Kansas City et des grands noms qui ont marqué l'histoire du jazz : Count Basie, Hot Lips Page, Hershel Evans, Buck Clayton, Buddy Tate, Jay Mac Shann, et bien d'autres.
De nombreux enregistrements rafraîchirent la mémoire des participants, dont des prises de son remarquables réalisées, par le conférencier lui-même, dans d'excellentes conditions techniques (et psychologiques , faut-il le dire, les musiciens s'étant sentis particulièrement en confiance). La présentation fut étendue ensuite aux grands solistes pour lesquels le blues est une expression naturellement profonde, enracinée dans la vie de tous les jours : Arnett Cobb, Buddy Tate, Lips Page, Tiny Grimes, Pete Johnson, Wild Bill Davis ... Avec le blues, nous sommes au coeur du jazz, c'est une vérité éternelle où l'esbroufe et le clinquant n'ont pas part.
Émaillée de nombreuses anecdotes et de plaisanteries délassantes, cette journée studieuse et amicale a rappelé que divertissement et connaissance vont de pair, pour autant que la carrure du responsable soit suffisante. Et Jacques Morgantini est bien là !

Daniel JANISSIER - Membre du Hot Club de France

Notes du site :
-Ce stage avait lieu dans le cadre d'une réunion privée, organisée par le HCF-Paris à l'intention de ses membres.
- Jacques Morgantini organise régulièrement des stages de « Connaisance du Jazz » (initiation et perfectionnements) dans sa discothèque personnelle, à Gan (F.64 - Pyrénées Atlantique), banlieue de Pau.

17/03/2010 - IRAKLI - BULLETIN DE SANTE 44
Notre ami, le trompettisteIrakli de Davrichewy, a eu, il y a quelques semaines, un accident de santé mineur : à la suite de deux saignements de nez, survenus au cours de son sommeil, il a perdu une importante quantité de sang .Ceci l'a affaibli.
J'ai eu l'occasion de rencontrer Irakli. Il va bien, est en convalescence et récupère parfaitement. Bien sûr, il a dû annuler sa présence dans plusieurs concerts et conférences, mais il devrait être de retour rapidement sur scène.
Irakli a toujours accès à sa boite mailet, si vous le souhaitez, je pense que des messages de sympathie lui feraient certainement plaisir et soutiendraient son moral pour un retour encore plus rapide.
Pour ma part, je souhaite à notre ami Irakli un prompt rétablissement.

Pierre ROBIN - Membre du Hot Club de France.

13/03/2010 - NICOLAS MONTIER QUARTET A BAYONNE - Joli concert proposé, vendredi 26 février 2010, par Dominique Burucoa au Théâtre de Bayonne(F.64) 43

Nicolas Montier et son quartet, avec Stan Laferrière (dr), Pierre Maingourd (b), Philippe Milanta (p), rejoignaient Nicolas Dary (ts,as) et Maître de cérémonie.Nicolas Dary avait complété la formation avec les Frères Grasso : l'ainé Luigi (as,ts), le cadet Pasquale (gu). D'une virtuosité affolante, ces deux jeunes extra-terrestres italiens ne cherchaient pas à épater la galerie, mais réussissaient à se mettre au niveau de leurs aînés.
D'excellents moments de plein swing, très appréciés par une salle comble. Bravo à tous ! Quand on voit Nicolas Montier sur une affiche, il faut toujours y courir, car on est sûr de ne pas se tromper.

Jimmy DOMANGE - Membre du HCF Paris.

19/02/2010 - DUKE ORCHESTRA (Jeudi 18 février 2010) 42
Je suis encore abasourdi du concert d'hier soir à la Maison du Duke! Le Hot Club de France a vraiment fait le meilleur choix pour son Grand Prix 2009 : Duke is really alive ! La Far East Suite fut remarquablement interprétée. Comme à l'époque de Pleyel ou de Chaillot, il faudrait citer tous les musiciens ?
La belle Aurélie Tropez (cl), qui va bientôt êre maman, était remplacée par le clarinettiste Antonin Tri Hoang, jeune phénomène que j'avais déjà entendu lors de l'hommage à Duke des élèves du CNSMDP sous la houlette de François Théberge. Il est également un bon pianiste et avait relevé à la feuille les voix de Jubilee Stomp. Hier, c'était lui Mynah, l'oiseau peu farouche dont Billy Strayhorn avait relevé le chant. Cet Antonin Tri Hoang est un oiseau rare, Foi de clarinettiste !

Jimmy DOMANGE - Musicien (cl,ss) , Membre du HCF Paris.

Note du Site : La Maison du Duke est actuellement en résidence à
L'Entrepot.

15/02/2010 - JAZZASCONA 2010 41
La première mouture du programme 2010 du festival de jazz d'Ascona vient d'être publiée sur son site internet. Actuellement, ce sont surtout les cuivres et les chanteuses qui semblent préparer nos meilleurs moments ; la programmation (déjà 48 orchestres annoncés) comprend notamment :
- Waren Vache (à la tête d'un All-stars de musiciens habitués de l'éditeur Arbors),
- Wendell Brunious, Charlie Miller , John Erik Kelso et nos Français Patrick Artero, Francois Biensan et Gerard Sifert, entre autres, pour les trompettes .
- Wyclife Gordon avec la chanteuse Nikki Haris et John et Bill Aldred au trombone,
- China Moses (avec son orchestre français), Nikki Haris, Catherine Russel, Lila Ammons (avec Axel Zwingerberger) ?
On retrouvera aussi à Ascona : Rossano Sportello (p), Mathias Seufert (sax), Shannon Powell (à la tête d'un All-stars de la Nouvelle Orléans), Herlin Riley, le Paris Washboard , Michel Pastre, David Blankhorn, Guillaume Nouaux, Simon Boyer avec Drew Davies, et même Jean Francois Bonnel ?
Et, en hommage à Django Reinhardt, le trio de Bireli Lagrene.

A suivre ? et à venir écouter à Ascona du 24 juin au 4 juillet 2010.

Jacques BESSE - Membre du HCF- Paris

13/02/2010 - CULLY JAZZ 40
Connaissez-vous Cully Jazz, ce petit festival suisse où de temps à autre il y a quelque chose de swinguant à glaner ?
Cette année, il y aura deux concerts de Hank Jones le 10 avril 2010 et Dorado Schmitt Family le 11 avril 2010 .
Cully se trouve dans l'agglomération de Lausanne.

Ralph BALLMER

12/02/2010 - LE TROMPETTISTE ROGER GUERIN 39
Il avait joué avec les plus grands, il était un des rares musiciens français à avoir joué au festival de Newport... avant d'accompagner Claude Nougaro avec Maurice Vander et autres amis...Il avait pris sa retraite à côté de La Selle-en-Hermois puis avait opté pour le soleil des Saintes-Marie de la Mer...On l'avait entendu à la tête de son big band à Pannes, et il n'hésitait pas à apporter son cornet et à faire le beuf avec Louis Mazetier, Patrick Saussois quand il venait à nos concerts...Il vient de mourir à 84 ans, mais les anciens spectateurs du du Hot Club du Gâtinais se souviennent...

Jean-Marc BERLIÈRE - Président du Hot Club du Gatinais.

05/02/2010 - AVEC ART TATUM ET LOUIS MAZETIER 38
J'ai lu avec énormément d'intérêt les observations de Gérard de Boissieu, ou plutôt son ressenti de ce sensationnel après-midi du 30 janvier 2010. Ses impressions rendent parfaitement compte du caractère exceptionnel de la présentation et du concert qui a suivi, tout à fait dans la même ambiance.
Mis à part le pianiste américain Dick Hyman, aucun autre musicien que Louis Mazetier n'aurait pu atteindre à ce degré de qualité, de vérité.
Ce succès nous a amené à envisager, avec Louis Mazetier, de renouveler, dans quelques mois, cette expérience avec un autre pianiste d'exception, Willie "The Lion" Smith.

François ABON- Président du HCF-Paris

03/02/2010 - CHEZ PAPA, AVEC ART TATUM ET LOUIS MAZETIER 37
Samedi 30janvier 2010 - au cœur du Hot Club de France, via le HCF-Paris - nous avons pris un pot avec Art Tatum que nous a présenté Louis Mazetier. Bien sûr nous connaissions Arthur Tatum, mais pas de cette façon, pas de cette manière à la fois si vivante et réfléchie.
Nous avons compris toutes les qualités de cette musique, faite de rigueur et qui s'enchaîne de manière à la fois logique et imprévisible. Nous avons apprécié l'image, développée par Louis Mazetier, d'un sauteur de lianes en lianes et qui toujours retrouve la bonne prise, alors que la chute semblait certaine?Mais non ! Il retombe toujours sur ses pieds.
Notre orateur avait construit un exposé parfaitement rationnel qui nous a permis de comprendre comment la musique classique et la pulsion stride ont, dès le départ, donné à Art ce mélange de grande rigueur et de formidable envol de successions rythmiques. Construit, rigoureux, logique et plein de fantaisie, pourrait-on écrire sur la copie ?
A titre personnel, cette rencontre m'a permis de trouver une réponse à une question fondamentale que je me suis toujours posée à propos du jazz : celui-ci s'écrit-il sur une partition ? Art Tatum a appris la musique classique en braille et ne voyant pratiquement pas, ne pouvait bien entendu utiliser un document écrit. J'ai compris cette construction à base de standards qui sont autant de repères à partir desquels tout peut se faire.
Art Tatum avait placé la barre très haut?Toscanini, Horowitz l'admiraient (et réciproquement). Notre orateur évoque une équation que je résume, en la trahissant certainement un peu : Classique + Piano stride + Blues + merveilleuse aisance de mains au piano+ grand intérêt pour la maîtrise du son + utilisation de la pédale droite = le prodige d'Art Tatum.
Faut-il rester seul ? En 1943, notre musicien découvre les avantages du trio, en s'inspirant de la composition de celui de Nat King Cole (piano,basse, guitare). Conséquence inattendue : sa main droite dégagée lui permet d'improviser, encore plus librement, en phrases merveilleusement développées.
Dans un souci d'équilibre notre orateur tint à nous montrer les points faibles de notre héros. Reprenons les habitudes de correcteur : ne sait pas faire simple, ne sait pas accompagner?introduit trop longuement, se répète, copie chez les autres... je passe le mauvais goût qui lui est parfois reproché, pour finalement tout résumer en citant Louis Mazetier : Tatum parle le tatumien?alors peu importe le reste. Le torrent de la qualité emporte les critiques très loin vers l'aval? Tatum est éternel ! En mettant la barre très haut, il a traumatisé des générations de pianistes, et après lui, le jazz ne se joue plus tout à fait de la même façon.
Quelques travaux pratiques ont illustré et suivi la brillante présentation de notre orateur : extraits de films ou de disques. Mais surtout, Louis Mazetier s'est mis au piano pour nous faire une démonstration de ce qui peut arriver sous influence de Tatum : 45 minutes époustouflantes de brio. Développement de merveilleuses phrases, à la fois construites et libres, ne perdant jamais la liane évoquée plus haut.

Nous sommes sortis de Chez Papa beaucoup plus riches qu'à l'arrivée, en connaissances de ce merveilleux jazz du XXème siècle et en formidables sensations musicales.

Gérard de BOISSIEU

02/02/2010 - LES PRIX DU HOT CLUB DE FRANCE 200936
//www.hot-club.asso.fr/./liens-cdprimes/prix.html"target="_blank">LES PRIX DU HOT CLUB DE FRANCE 2009: En janvier 2010, un comité de spécialistes a décerné les Prix du Hot Club de France 2009, sélectionnés sur l'ensemble des œuvres chroniquées dans le Bulletin du HCF (organe musical du Hot Club de France) pendant l'année 2009.

- GRAND PRIX 2009 :
LAURENT MIGNARD DUKE ORCHESTRA , DUKE ELLINGTON IS ALIVE
CD édité par Amoc, label Juste une Trace , sous référence AMOC 305369175646.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°584 Page 17.

- PRIX RÉÉDITION 2009 :
LIONEL HAMPTON BIG BAND, EUROPEAN CONCERTS 1953-1954 .
Double CD édité par Frémeaux et Associés sous référence FA 5240 .
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°581 Page 16.

- PRIX HOMMAGE 2009 :
PARIS SWING ORCHESTRA - ANDRE VILLEGER, SWINGIN' SIDNEY BECHET
CD édité par Black and Blue , sous référence 706.2.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°584 Page 18.

- PRIX BLUES 2009 :
ZORA YOUNG with Bobby Dirninger , THE FRENCH CONNECTION,
CD édité par Delmark sous référence DE 802 .
(distribution française Mosaïc Music sous référence 394 472 .
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N° 586 Page 18.

- PRIX GOSPEL 2009 :
GENERATION SINGLETON, I'M GOING UP YUNDER
CD édité par Ebony sous référence EGCD 2014.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°581 Page 15.

- PRIX VIDEO DE JAZZ 2009 :
SHIRLEY CAESAR, AFTER 40 YEARS...STILL SWEAPING THROUGH THE CITY
DVD édité par Shu Bel Records et distribué par Light Records sous référence 6930.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°579 Page 22.

- PRIX LIVRE DE JAZZ 2009 :
FRANKIE MANNING ET CYNTHIA R. MILLMAN,
FRANKIE MANNING - L'AMBASSADEUR DU LINDY HOP
Traduction française Christian Rolland, éditée par Ch. Rolland Editions (ISBN 978-2-9526753-5-2)Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°583 Page 24.

Nous vous recommandons de vous procurer ces documents primés par le Hot Club de France , pour les écouter, les visionner et les lire.

Dominique BRIGAUD - Coordinateur du Comité d'attribution des Prix du Hot Club de France.

02/01/2010 - LA LOCOMOTORA NEGRA A LIMOGES (samedi 23 Janvier 2010) 35
Un grand merci à Jean-Marie Masse et au Hot Club de Limoges qu'il préside de nous avoir permis de (re)voir le big band La Locomotora Negra - orchestre catalan de Barcelonne - à Limoges. C'était là une occasion unique de retrouver cet excellent orchestre, qui ne se produit malheureusement quasiment jamais en France et qui avait fait tout spécialement le déplacement afin d'honorer le Hot Club de Limoges.
Ce big band de dix-sept musiciens n'est pas un nouveau venu sur la scène musicale puisqu'il se produit depuis plus de trente-cinq ans avec toujours le même succès. Il est composé de musiciens amateurs, pour la plupart d'entre eux. Depuis l'origine ce sont des musiciens des familles Gili, Trepat et Gonzalez qui en constituent l'ossature et qui représentent presque la moitié de l'orchestre. Ricard Gili en est le leader charismatique : Trompettiste de talent, dans la veine de Louis Armstrong, il mène ses musiciens avec autant de passion que de fougue juvénile.
Il faut citer quelques temps forts de ce concert :
-Deux de leurs compositions : un hommage appuyé à Duke Ellington avec un Hi! Duke fort bien arrangé ainsi qu'un fumant Three bones shuffle entièrement dévolu à la section de trombones.
- Jungle blues (?) chanté et mimé de façon cocasse par un trio vocal amené par Ricard Gili. -Une version orchestrale de Shipyard social function, tirée du répertoire de Lucky Millinder, parfaitement swinguée par l'ensemble des sections mélodiques.
-Frankie and Johnny, pris sur un tempo de boogie woogie, avec pour soliste le guitariste Albert Romani interprétant le thème à la manière de Tiny Grimes.
-After hours, un succès incontournable de l'orchestre Erskine Hawkins, fit la part belle au pianiste Tofol Trepat, très inspiré sur ce blues et bien soutenu par des riffs orchestraux sur la coda.
Un orchestre au swing généreux avec des sections mélodiques de haut niveau et un plaisir de jouer manifeste. Le public ravi leur a réservé un accueil enthousiaste et parfaitement mérité. Ce fut une soirée mémorable !

Christian SABOURET - Président du Bordeaux Hot Club et Vice-Président du Hot Club de France.

01/02/2010 - I'M LAZY, THAT'S ALL ! 34
« Le blues, le jazz, le swing...Bon sang, mais c'est bien sûr !»

Je ne goûte guère les tempos très rapides, car la mise en place lazy ne peut pas s'y épanouir. Il en va de même avec les tempos très lents.
Jouer lazy , c'est jouer détendu.
Un blues qui n'est pas lazy est un blues sans saveur.
Jouer lazy, c'est jouer en retard sur le temps.
Lisez les interviews de musiciens et vous constaterez que les locutions : Jouer en retard sur le temps, jouer en avance sur le temps, se retrouvent souvent dans leurs propos.

Et le swing, dans tout ça ! Le swing peut-il être présent quand le jeu est en retard sur le temps ? Oui ! ?et aussi présent quand le jeu est en avance sur le temps ? Non ! : I'm lazy, that's all !

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France.

29/01/2010 - CHU BERRY - PRECISION 33
Dans le Bulletin du H.C.F. N° 585 d'octobre / novembre 2009, page 31, figure une précision concernant des photos de Chu Berry publiées dans le N° 584 . Il y est écrit notamment : « Ces photos ont été prises à Pittsburg par Charles Teenie Harris, photographe au Pittsburg Courrier entre le 20 et le 26 février 1941, seules dates - à ma connaissance - où l'orchestre Calloway est venu à Pittsburg durant la période Chu Berry ».
Cette précision m'est attribuée indument. Elle m'a été communiquée par l'un de mes correspondants, Jean-François Pitet, probablement l'un des meilleurs spécialistes français, sinon le meilleur, de Cab Calloway, comme en témoigne son blog THE HI DE HO BLOG.

Jean ROUSSEAU - Membre du HCF Paris

Note du Site : Jean Rousseau est l'auteur d'un site consacré aux
Lieux de Jazz à Paris de 1900 à 1969. Ce site est référencé, depuis plusieurs années, sur la page Liens (catégorie Histoire)de ce site du Hot Club de France.

28/01/2010 - COLLECTION DU DOCTEUR CLAVIÉ 32
La Maison du Duke vient de faire l'acquisition de la collection du Docteur Clavié . Cette collection est composée de 300 bandes magnétiques représentant 650 heures de concerts de Duke Ellington (de 1945 à 1970).
Nos experts ont entrepris de trier, identifier, référencer, avant de procéder à leur numérisation. A suivre !

Laurent MIGNARD - La Maison du Duke


 
HOT CLUB DE FRANCE 2017