somjazzauthenn

FORUM RÉAGIR

 

VOUS AVEZ LA PAROLE !

Si vous désirez faire connaître votre opinion, communiquer une information, faire une proposition, donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Merci de nous tenir informés de vos réponses, des réactions, des résultats et des commentaires à hcf@noos.fr
Ecrivez votre texte dans l'email, après avoir cliqué sur le lien ci-dessous,
(A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)
Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans l'un des forums du site.
<<
précédente
 page 40/42 (du 19/12/2009au 19/02/2010 
suivante
>>
<<
<
page 40/42
>
>>
19/02/2010 - DUKE ORCHESTRA (Jeudi 18 février 2010) 42
Je suis encore abasourdi du concert d'hier soir à la Maison du Duke! Le Hot Club de France a vraiment fait le meilleur choix pour son Grand Prix 2009 : Duke is really alive ! La Far East Suite fut remarquablement interprétée. Comme à l'époque de Pleyel ou de Chaillot, il faudrait citer tous les musiciens ?
La belle Aurélie Tropez (cl), qui va bientôt êre maman, était remplacée par le clarinettiste Antonin Tri Hoang, jeune phénomène que j'avais déjà entendu lors de l'hommage à Duke des élèves du CNSMDP sous la houlette de François Théberge. Il est également un bon pianiste et avait relevé à la feuille les voix de Jubilee Stomp. Hier, c'était lui Mynah, l'oiseau peu farouche dont Billy Strayhorn avait relevé le chant. Cet Antonin Tri Hoang est un oiseau rare, Foi de clarinettiste !

Jimmy DOMANGE - Musicien (cl,ss) , Membre du HCF Paris.

Note du Site : La Maison du Duke est actuellement en résidence à
L'Entrepot.

15/02/2010 - JAZZASCONA 2010 41
La première mouture du programme 2010 du festival de jazz d'Ascona vient d'être publiée sur son site internet. Actuellement, ce sont surtout les cuivres et les chanteuses qui semblent préparer nos meilleurs moments ; la programmation (déjà 48 orchestres annoncés) comprend notamment :
- Waren Vache (à la tête d'un All-stars de musiciens habitués de l'éditeur Arbors),
- Wendell Brunious, Charlie Miller , John Erik Kelso et nos Français Patrick Artero, Francois Biensan et Gerard Sifert, entre autres, pour les trompettes .
- Wyclife Gordon avec la chanteuse Nikki Haris et John et Bill Aldred au trombone,
- China Moses (avec son orchestre français), Nikki Haris, Catherine Russel, Lila Ammons (avec Axel Zwingerberger) ?
On retrouvera aussi à Ascona : Rossano Sportello (p), Mathias Seufert (sax), Shannon Powell (à la tête d'un All-stars de la Nouvelle Orléans), Herlin Riley, le Paris Washboard , Michel Pastre, David Blankhorn, Guillaume Nouaux, Simon Boyer avec Drew Davies, et même Jean Francois Bonnel ?
Et, en hommage à Django Reinhardt, le trio de Bireli Lagrene.

A suivre ? et à venir écouter à Ascona du 24 juin au 4 juillet 2010.

Jacques BESSE - Membre du HCF- Paris

13/02/2010 - CULLY JAZZ 40
Connaissez-vous Cully Jazz, ce petit festival suisse où de temps à autre il y a quelque chose de swinguant à glaner ?
Cette année, il y aura deux concerts de Hank Jones le 10 avril 2010 et Dorado Schmitt Family le 11 avril 2010 .
Cully se trouve dans l'agglomération de Lausanne.

Ralph BALLMER

12/02/2010 - LE TROMPETTISTE ROGER GUERIN 39
Il avait joué avec les plus grands, il était un des rares musiciens français à avoir joué au festival de Newport... avant d'accompagner Claude Nougaro avec Maurice Vander et autres amis...Il avait pris sa retraite à côté de La Selle-en-Hermois puis avait opté pour le soleil des Saintes-Marie de la Mer...On l'avait entendu à la tête de son big band à Pannes, et il n'hésitait pas à apporter son cornet et à faire le beuf avec Louis Mazetier, Patrick Saussois quand il venait à nos concerts...Il vient de mourir à 84 ans, mais les anciens spectateurs du du Hot Club du Gâtinais se souviennent...

Jean-Marc BERLIÈRE - Président du Hot Club du Gatinais.

05/02/2010 - AVEC ART TATUM ET LOUIS MAZETIER 38
J'ai lu avec énormément d'intérêt les observations de Gérard de Boissieu, ou plutôt son ressenti de ce sensationnel après-midi du 30 janvier 2010. Ses impressions rendent parfaitement compte du caractère exceptionnel de la présentation et du concert qui a suivi, tout à fait dans la même ambiance.
Mis à part le pianiste américain Dick Hyman, aucun autre musicien que Louis Mazetier n'aurait pu atteindre à ce degré de qualité, de vérité.
Ce succès nous a amené à envisager, avec Louis Mazetier, de renouveler, dans quelques mois, cette expérience avec un autre pianiste d'exception, Willie "The Lion" Smith.

François ABON- Président du HCF-Paris

03/02/2010 - CHEZ PAPA, AVEC ART TATUM ET LOUIS MAZETIER 37
Samedi 30janvier 2010 - au cœur du Hot Club de France, via le HCF-Paris - nous avons pris un pot avec Art Tatum que nous a présenté Louis Mazetier. Bien sûr nous connaissions Arthur Tatum, mais pas de cette façon, pas de cette manière à la fois si vivante et réfléchie.
Nous avons compris toutes les qualités de cette musique, faite de rigueur et qui s'enchaîne de manière à la fois logique et imprévisible. Nous avons apprécié l'image, développée par Louis Mazetier, d'un sauteur de lianes en lianes et qui toujours retrouve la bonne prise, alors que la chute semblait certaine?Mais non ! Il retombe toujours sur ses pieds.
Notre orateur avait construit un exposé parfaitement rationnel qui nous a permis de comprendre comment la musique classique et la pulsion stride ont, dès le départ, donné à Art ce mélange de grande rigueur et de formidable envol de successions rythmiques. Construit, rigoureux, logique et plein de fantaisie, pourrait-on écrire sur la copie ?
A titre personnel, cette rencontre m'a permis de trouver une réponse à une question fondamentale que je me suis toujours posée à propos du jazz : celui-ci s'écrit-il sur une partition ? Art Tatum a appris la musique classique en braille et ne voyant pratiquement pas, ne pouvait bien entendu utiliser un document écrit. J'ai compris cette construction à base de standards qui sont autant de repères à partir desquels tout peut se faire.
Art Tatum avait placé la barre très haut?Toscanini, Horowitz l'admiraient (et réciproquement). Notre orateur évoque une équation que je résume, en la trahissant certainement un peu : Classique + Piano stride + Blues + merveilleuse aisance de mains au piano+ grand intérêt pour la maîtrise du son + utilisation de la pédale droite = le prodige d'Art Tatum.
Faut-il rester seul ? En 1943, notre musicien découvre les avantages du trio, en s'inspirant de la composition de celui de Nat King Cole (piano,basse, guitare). Conséquence inattendue : sa main droite dégagée lui permet d'improviser, encore plus librement, en phrases merveilleusement développées.
Dans un souci d'équilibre notre orateur tint à nous montrer les points faibles de notre héros. Reprenons les habitudes de correcteur : ne sait pas faire simple, ne sait pas accompagner?introduit trop longuement, se répète, copie chez les autres... je passe le mauvais goût qui lui est parfois reproché, pour finalement tout résumer en citant Louis Mazetier : Tatum parle le tatumien?alors peu importe le reste. Le torrent de la qualité emporte les critiques très loin vers l'aval? Tatum est éternel ! En mettant la barre très haut, il a traumatisé des générations de pianistes, et après lui, le jazz ne se joue plus tout à fait de la même façon.
Quelques travaux pratiques ont illustré et suivi la brillante présentation de notre orateur : extraits de films ou de disques. Mais surtout, Louis Mazetier s'est mis au piano pour nous faire une démonstration de ce qui peut arriver sous influence de Tatum : 45 minutes époustouflantes de brio. Développement de merveilleuses phrases, à la fois construites et libres, ne perdant jamais la liane évoquée plus haut.

Nous sommes sortis de Chez Papa beaucoup plus riches qu'à l'arrivée, en connaissances de ce merveilleux jazz du XXème siècle et en formidables sensations musicales.

Gérard de BOISSIEU

02/02/2010 - LES PRIX DU HOT CLUB DE FRANCE 200936
//www.hot-club.asso.fr/./liens-cdprimes/prix.html"target="_blank">LES PRIX DU HOT CLUB DE FRANCE 2009: En janvier 2010, un comité de spécialistes a décerné les Prix du Hot Club de France 2009, sélectionnés sur l'ensemble des œuvres chroniquées dans le Bulletin du HCF (organe musical du Hot Club de France) pendant l'année 2009.

- GRAND PRIX 2009 :
LAURENT MIGNARD DUKE ORCHESTRA , DUKE ELLINGTON IS ALIVE
CD édité par Amoc, label Juste une Trace , sous référence AMOC 305369175646.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°584 Page 17.

- PRIX RÉÉDITION 2009 :
LIONEL HAMPTON BIG BAND, EUROPEAN CONCERTS 1953-1954 .
Double CD édité par Frémeaux et Associés sous référence FA 5240 .
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°581 Page 16.

- PRIX HOMMAGE 2009 :
PARIS SWING ORCHESTRA - ANDRE VILLEGER, SWINGIN' SIDNEY BECHET
CD édité par Black and Blue , sous référence 706.2.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°584 Page 18.

- PRIX BLUES 2009 :
ZORA YOUNG with Bobby Dirninger , THE FRENCH CONNECTION,
CD édité par Delmark sous référence DE 802 .
(distribution française Mosaïc Music sous référence 394 472 .
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N° 586 Page 18.

- PRIX GOSPEL 2009 :
GENERATION SINGLETON, I'M GOING UP YUNDER
CD édité par Ebony sous référence EGCD 2014.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°581 Page 15.

- PRIX VIDEO DE JAZZ 2009 :
SHIRLEY CAESAR, AFTER 40 YEARS...STILL SWEAPING THROUGH THE CITY
DVD édité par Shu Bel Records et distribué par Light Records sous référence 6930.
Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°579 Page 22.

- PRIX LIVRE DE JAZZ 2009 :
FRANKIE MANNING ET CYNTHIA R. MILLMAN,
FRANKIE MANNING - L'AMBASSADEUR DU LINDY HOP
Traduction française Christian Rolland, éditée par Ch. Rolland Editions (ISBN 978-2-9526753-5-2)Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°583 Page 24.

Nous vous recommandons de vous procurer ces documents primés par le Hot Club de France , pour les écouter, les visionner et les lire.

Dominique BRIGAUD - Coordinateur du Comité d'attribution des Prix du Hot Club de France.

02/01/2010 - LA LOCOMOTORA NEGRA A LIMOGES (samedi 23 Janvier 2010) 35
Un grand merci à Jean-Marie Masse et au Hot Club de Limoges qu'il préside de nous avoir permis de (re)voir le big band La Locomotora Negra - orchestre catalan de Barcelonne - à Limoges. C'était là une occasion unique de retrouver cet excellent orchestre, qui ne se produit malheureusement quasiment jamais en France et qui avait fait tout spécialement le déplacement afin d'honorer le Hot Club de Limoges.
Ce big band de dix-sept musiciens n'est pas un nouveau venu sur la scène musicale puisqu'il se produit depuis plus de trente-cinq ans avec toujours le même succès. Il est composé de musiciens amateurs, pour la plupart d'entre eux. Depuis l'origine ce sont des musiciens des familles Gili, Trepat et Gonzalez qui en constituent l'ossature et qui représentent presque la moitié de l'orchestre. Ricard Gili en est le leader charismatique : Trompettiste de talent, dans la veine de Louis Armstrong, il mène ses musiciens avec autant de passion que de fougue juvénile.
Il faut citer quelques temps forts de ce concert :
-Deux de leurs compositions : un hommage appuyé à Duke Ellington avec un Hi! Duke fort bien arrangé ainsi qu'un fumant Three bones shuffle entièrement dévolu à la section de trombones.
- Jungle blues (?) chanté et mimé de façon cocasse par un trio vocal amené par Ricard Gili. -Une version orchestrale de Shipyard social function, tirée du répertoire de Lucky Millinder, parfaitement swinguée par l'ensemble des sections mélodiques.
-Frankie and Johnny, pris sur un tempo de boogie woogie, avec pour soliste le guitariste Albert Romani interprétant le thème à la manière de Tiny Grimes.
-After hours, un succès incontournable de l'orchestre Erskine Hawkins, fit la part belle au pianiste Tofol Trepat, très inspiré sur ce blues et bien soutenu par des riffs orchestraux sur la coda.
Un orchestre au swing généreux avec des sections mélodiques de haut niveau et un plaisir de jouer manifeste. Le public ravi leur a réservé un accueil enthousiaste et parfaitement mérité. Ce fut une soirée mémorable !

Christian SABOURET - Président du Bordeaux Hot Club et Vice-Président du Hot Club de France.

01/02/2010 - I'M LAZY, THAT'S ALL ! 34
« Le blues, le jazz, le swing...Bon sang, mais c'est bien sûr !»

Je ne goûte guère les tempos très rapides, car la mise en place lazy ne peut pas s'y épanouir. Il en va de même avec les tempos très lents.
Jouer lazy , c'est jouer détendu.
Un blues qui n'est pas lazy est un blues sans saveur.
Jouer lazy, c'est jouer en retard sur le temps.
Lisez les interviews de musiciens et vous constaterez que les locutions : Jouer en retard sur le temps, jouer en avance sur le temps, se retrouvent souvent dans leurs propos.

Et le swing, dans tout ça ! Le swing peut-il être présent quand le jeu est en retard sur le temps ? Oui ! ?et aussi présent quand le jeu est en avance sur le temps ? Non ! : I'm lazy, that's all !

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France.

29/01/2010 - CHU BERRY - PRECISION 33
Dans le Bulletin du H.C.F. N° 585 d'octobre / novembre 2009, page 31, figure une précision concernant des photos de Chu Berry publiées dans le N° 584 . Il y est écrit notamment : « Ces photos ont été prises à Pittsburg par Charles Teenie Harris, photographe au Pittsburg Courrier entre le 20 et le 26 février 1941, seules dates - à ma connaissance - où l'orchestre Calloway est venu à Pittsburg durant la période Chu Berry ».
Cette précision m'est attribuée indument. Elle m'a été communiquée par l'un de mes correspondants, Jean-François Pitet, probablement l'un des meilleurs spécialistes français, sinon le meilleur, de Cab Calloway, comme en témoigne son blog THE HI DE HO BLOG.

Jean ROUSSEAU - Membre du HCF Paris

Note du Site : Jean Rousseau est l'auteur d'un site consacré aux
Lieux de Jazz à Paris de 1900 à 1969. Ce site est référencé, depuis plusieurs années, sur la page Liens (catégorie Histoire)de ce site du Hot Club de France.

28/01/2010 - COLLECTION DU DOCTEUR CLAVIÉ 32
La Maison du Duke vient de faire l'acquisition de la collection du Docteur Clavié . Cette collection est composée de 300 bandes magnétiques représentant 650 heures de concerts de Duke Ellington (de 1945 à 1970).
Nos experts ont entrepris de trier, identifier, référencer, avant de procéder à leur numérisation. A suivre !

Laurent MIGNARD - La Maison du Duke

19/01/2010 - NOUVEAUX LIVRES JAZZ 31
Trois nouveaux ouvrages viennent d'etre placés sur la Page Livres de ce site. Ces nouveaux ouvrages sont indiqués sur la page Forum-Documents.

La Page Livres de ce site internet présente une sélection de près de 300 ouvrages, traitant du Jazz authentique, du blues et du gospel, recommandés par le Hot Club de France. Ces ouvrages sont classés selon 12 rubriques thémathiques et par ordre alphabétique d'artistes . Pour la plupart d'entre eux, une information technique sur l'ouvrage (éditeur, langue, format , ISBN ?) et une courte analyse peuvent être consultés en cliquant sur le visuel de couverture présenté.
Un Index des ouvrages figurant sur la Page Livres, complète cette information.

LE SITE

16/01/2010 - DÉCÈS D'ED THIGPEN 30
Le batteur de jazz américain Ed Thigpen, accompagnateur d'Oscar Peterson et d'Ella Fitzgerald, est décédé mercredi 13 janvier 2010 à l'âge de 79 ans, a indiqué sa famille vendredi 15 sur son site internet.
Réputé pour son jeu de balais et pour ses méthodes d'enseignement, Ed Thigpen était admiré dans le monde du jazz pour ses talents de musicien et d'enseignant.

(cliquez sur la photo d'Ed Thigpen pour l'agrandir)

Né en 1930, lui-même fils de batteur, Ed Thigpen a débuté dans les années 50. Il a fait partie du trio d'Oscar Peterson entre 1959 et 1965, avant d'accompagner Ella Fitzgerald en 1966, puis de 1968 à 1972.Il a également joué avec Johnny Mathis, Pat Boone, Andy Williams, Peggy Lee! , Oliver Nelson et Gerald Wilson. En 1972, il s'était installé à Copenhague où il travaillait en free lance et enseignait.
Ed Thigpen est l'auteur de plusieurs manuels d'enseignement de la batterie et le compositeur de la suite Denise.

Jean-Marc BERLIÈRE

12/01/2010 - BUREAU DU BORDEAUX HOT CLUB 29
A l'issu de l'Assemblée Générale du Bordeaux Hot Club, le Bureau sortant qui se représentait a été réélu . Sa composition est donc la suivante :

Christian SABOURET : Président - Chargé des relations avec les musiciens.
Michel LALANNE : Vice-Président - Chargé de la programmation et de l'édition de Jazz en Poche.
Alain de LOSTALOT : Trésorier
Yvette CHAMBERLIN : Secrétaire
Francis SEPEAU : Responsable logistique
Alain CREN: Conseiller à la programmation

Le Bordeaux Hot Club, fondé en 1934, est une association d'amateurs de Jazz authentique, affiliée au Hot Club de France .

Christian SABOURET - Président du Bordeaux Hot Club et Vice-Président du Hot Club de France.

11/01/2010 - TOUT TOMMY LADNIER EN MP3 28
10/01/2010 - BOOGIE MATT WEAVIL 27
Né Matthieu Fromont, Boogie Matt Weavil* - guitariste, harmoniciste, chanteur - révère depuis son enfance les grands du blues (de John Lee Hooker à Elmore James en passant par des musiciens plus « primitifs » comme Bukka White). Cela s'entend et il l'explique :
« La plupart des artistes de Blues authentiques, à quelques exceptions près, se sont maintenant éteints, ainsi va la vie. La qualité des nombreux enregistrements, qu'ils nous ont laissés, atteste de leur culture et de leur savoir-faire. La jeune génération américaine actuelle dédaigne cette culture et s'est éprise d'autres formes musicales, mais elle a sans doute oublié que la plupart ont pour racine commune le Blues. Je ne suis pas américain, je ne suis pas noir et l'anglais n'est pas ma langue maternelle, pourtant j'ai grandi et évolué avec le Blues et j'y suis toujours resté fidèle ; paradoxalement il me nourrit et m'abreuve autant qu'il m'asphyxie parfois. Je suis un musicien autodidacte et instinctif, mes lacunes techniques sont nombreuses. Peu m'importe, le Blues a continuellement guidé mes doigts et ma voix, et le temps fait le reste. Et même si je le souhaite parfois, je n'arrive pas à jouer autre chose...
Quand je suis sur scène, je prêche le Blues avec toute ma passion et ma verve, je vis alors dans l'instant présent, et cela me permet un moment d'oublier qu'à la fin du film, le héros meurt. Car c'est bien là selon moi la raison d'être de la musique, un moment éphémère que je partage avec les autres musiciens et, autant que possible, avec notre auditoire.»
Boogie Matt Weavil sera le 31 janvier 2010 à Paucourt, dans le cadre du concert Blues beyond the roots (voir Forum-Dates).

Jean-Marc BERLIERE - Président du Hot Club du Gâtinais.

* En 1927, Charley Patton enregistra Mississippi Bo Weavil Blues, premier titre enregistré évoquant le Bo Weavil ou Boll Weevil : un charançon dévastateur qui se nourrit du coton que cultivaient les métayers sur les terres du Mississippi au début du XXème siècle. Insecte prolifique et résistant, le Boll Weevil est aussi, pour le peuple du blues, un symbole de pugnacité, de résistance à l'oppression et à la ségrégation.

08/01/2010 - PADDY SHERLOCK QUARTET AU PETIT JOURNAL SAINT MICHEL (mercredi 6 janvier 2010)26
Trop tard sans doute, j'avais envoyé un mail aux membres du HCF-Paris pour les encourager à venir écouter Paddy. Non parce que c'est un de mes amis et qu'il joue souvent dans les Fidgety Feet, mais parce que c'est un excellent jazzman - entertainer et que la formule qu'il présentait, ce mercredi au Petit Journal Saint Michel, était originale et attrayante.
Malheureusement il y eut très peu de monde ce soir là au Petit Journal Saint Michel où nous avons passé, avec quelques amis, une soirée épatante. Si, malgré cette faible assistance, Coco reprogrammait à nouveau le Paddy Sherlock Quartet, un conseil : venez l'écouter.
Quelques mots sur ce concert :
- Paddy a été égal à lui-même, encore plus jazz que dans les disques que, peut-être, vous connaissez de lui. Son entrain , son jeu de trombone très swing, son chant malicieux enthousiasmerent l'assistance.
- Jérôme Etcheberry, quel magnifique trompettiste! Il a tout : les idées, la technique, le feeling, la gentillesse. Je considère qu'aujourd'hui ,il faut voir en lui l'un des meilleurs en France, et même au-delà .
- Chris Cody, stupéfiant! Voilà un pianiste à découvrir. Je ne le connaissais pas ,mais Paddy m'en avait dit grand bien .Il se trompait car il aurait dû m'en dire un très grand bien. Chris, Australien vivant en France depuis plusieurs années, a parfaitement assimilé le piano-jazz inspiré des grands maitres que sont Earl Hines, Wynton Kelly, Ray Bryant. Excellent soliste, il sait aussi écouter ses collègues musiciens et leur apporter le soutien le plus solide qui soit. Comment se fait il qu'il ne soit pas plus connu ? A suivre?
- Marten Ingle, contrebassiste américain vivant en France depuis plusieurs années, habitué à jouer avec une chanteuse et plus branché musique pop que jazz. Mais, grâce à un grand métier, il fait parfaitement un boulot efficace dans une formation swing.
Le répertoire fut Classique ( Blue Sky , Night and Day , Blue Monk ) et compositions originales dont un second line que ne renieraient pas les meilleurs Neo-Orléanais.
Bref, une intéressante formule, de solides jazzmen, une soirée de haut niveau. C'est pourquoi je demande à la direction du prestigieux Petit Journal Saint Michel de renouveler l'expérience, et aux amateurs de jazz authentique de Paris de venir se régaler... en écoutantt le Paddy Sherlock Quartet.

Jean-Marie HUREL - Musicien et Leader - Membre du HCF Paris

25/12/2009 - LE BLUESMAN EDDIE C.CAMPBELL (Ivry-sur-Seine - 18 décembre 2009)25
Un petit cadeau de Noël avant l'heure, grâce à l'association Jazz-Ivry qui présentait,vendredi 18 décembre, le guitariste et chanteur de blues Eddie C.Campbell . Dès ses premières mesures, celui-ci conquit un public venu en nombre. Pas de doute, nous avions là du pur blues !
Né dans le Mississippi voici 70 ans, ce musicien s'installa très jeune à Chicago et , dès l'âge de 12 ans, eut l'occasion de monter sur scène avec Muddy Waters. Rappelons que, par la suite, il fut l' accompagnateur de Luther Alison, Magic Sam, Lowell Fulson, Percy Mayfield...
Dans les années 60, il devint directeur musical et accompagnateur de Jimmy Reed. Dans les années 70, il accompagna Koko Taylor avant de rejoindre le Chicago All Stars de Willie Dixon. Il a enregistré de nombreux albums sous son nom, le tout dernier pour Delmark :Tear this World up * .

(cliquez sur la photo d'Eddie C.Campbell à Jazz-Ivry - © Hot Club de France - pour l'agrandir)

Son jeu de guitare, inspiré des Grands du blues, cités ci-dessus, ainsi que d'Elmore James, est assez contrasté mais sans éclats violents ; tandis que sa voix, grave et chaleureuse, n'offre qu'assez peu de relief. En fait, si Eddie C.Campbell est parfaitement représentatif du blues authentique, il n'est toutefois pas un musicien du niveau de ces Grands du blues.
Cela n'empêcha pas de passer de bons moments à l'écouter, d'autant que ses accompagnateurs remplissaient fort convenablement leur rôle, n'apparaissant que très rarement en solo. Il s'agissait de trois Français : Jean-Pierre Duarte (gu), Ludovic Binet (claviers), Jean-Marc Despeignes (gu basse) et d'un anglais Marty Vickers (dr). Ce dernier marquait constamment le contretemps sur sa caisse claire et, comme une même figure mélodique était souvent reprise tout au long d'un morceau, il s'en dégageait un climat envoûtant, presque hypnotique dans nombre d'exécutions.

François ABON - Vice Président du HCF Paris

Note du site : *Tear this World up (Delmark DE 799) est en cours d'analyse, il sera chroniqué dans un prochain numéro du
Bulletin du HCF (organe musical du Hot Club de France).

20/12/2009 - CD CLASSICS - OFFRE EXCEPTIONNELLE 24
Dans le Bulletin du HCF N° 585 d'Octobre - Novembre 2009, une publicité de Body and Soul fait une offre exceptionnelle portant sur plus de 50 références de CD Classics, à prix très réduit.
J'ai reçu hier les 27 CDs Classics objets de ma toute récente commande. C'est l'évidente confirmation de la confiance que l'on peut mettre dans cette opération dont je suis très satisfait.

Michel MERCIER

19/12/2009 - AXEL ZWINGENBERGER, PIANO, À LA SALLE CORTOT (Paris,14 décembre 2009)23
Un grand et solide gaillard, à l'abondante chevelure, aux pommettes roses... et aux doigts d'acier - nous nous en apercevrons très vite - s'assoit devant le Steinway . Et, nous voilà partis pour plus de deux heures de musique revigorante, axée principalement sur le blues.
Tempos très allants, souvent vifs, le clavier ronfle sous une telle poigne mais sans lourdeur. Les boogie-woogies déchaînés emplissent la Salle Cortot avec une maestria peu commune, une imagination renouvelée et un swing indéniable. Grande variété des thèmes choisis : un Sheik of Araby aux basses solides, un Saint Louis Blues paisible et «low down» , traités avec un «feeling» constant.


(cliquez sur la photo d' Axel Zwingenberger à Cortot - © Jean Mercier - pour l'agrandir)

Un pianiste qui domine son instrument et ne fait pas regretter l'absence d'un batteur, cela n'est déjà pas si fréquent, et lorsque s'y ajoutent dynamisme et inspiration ?
Le seul petit regret, pour ma part et c'est une question de goût, le trop petit nombre d'interprétations en tempo lent ; certains blues avaient un climat et une saveur particulière qui en appelaient d'autres.
En conclusion, un récital roboratif et riche par un musicien de talent.

Daniel JANISSIER - Membre du Hot Club de France


HOT CLUB DE FRANCE 2019