LIVRES SUR LE JAZZ PAR THÈMES

LIVRES PAR TITRES

REVUES

PHOTOS

 

Quel ouvrage choisir pour en savoir plus sur un musicien ou un sujet particulier dans le domaine du jazz authentique ?

Certains de ces ouvrages sont épuisés mais encore trouvables chez des bouquinistes ou auprès d'amateurs.

Utilisez le FORUM-PROPOSITIONS pour vos offres comme pour vos recherches.

Choisissez une catégorie :

Albums - Photos Blues Danse Discographies
Filmographies Histoire Index - Dictionnaires Hugues Panassié
NOUVEAUX SUR LE SITE
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 217

ALL OF ME

The Complete Discography of Louis Armstrong

de  Jos WILLEMS

Scarecrow Press, 2006. ISBN 0-8108-5730-8. (28 x 21,5 cm). 447 pages.

Broché. En anglais.

Jos Willems livre ici l'œuvre d'une vie : une monumentale discographie, la plus complète à ce jour, de Louis Armstrong. Non seulement se trouvent répertoriés les enregistrements déjà connus, mais s'y ajoutent aussi nombre de sessions privées, de concerts, d'émissions de radio et de télévision. Pour chaque enregistrement, outre les précisions habituelles (date, lieu, personnel, édition originale), l'auteur donne la liste des 78 t., microsillons, CD et Vidéos où figure l'interprétation (elle est impressionnante pour les « tubes » de Louis, comme Hello Dolly ou What a Wonderful World !). De plus, la plupart des séances sont accompagnées de notes informatives qui renseignent, par exemple, sur les personnels, les différentes prises d'un même morceau ou les circonstances de l'enregistrement. Index des oeuvres et des noms cités et bibliographie complètent, comme il se doit, l'ouvrage. Enfin, une quinzaine de pages présentent, sous forme de tableau synoptique, les différents personnels des orchestres (1935-1947) et du All Stars (1947-1971) qui ont accompagné Louis durant la majeure partie de sa carrière.

Une telle discographie est en tout point remarquable, tant par la richesse que par la précision des informations qu'elle contient. C'est aussi le travail d'un amateur passionné, comme le souligne George Avakian dans la préface : « Aucune personnalité dans le jazz n'a jamais suscité à un si haut degré que Louis Armstrong cette intangible et pourtant palpable qualité d'amour. Jos Willems le lui rend bien dans All of Me qui, autant que de persévérance et de patience, est une oeuvre de dévotion et d'hommage ».

                                                                                                                                              Alain CARBUCCIA

 

 

 

 

 

 215
LOUIS ARMSTRONG, The Life, Music and Screen Career

de Scott Allen NOLLEN

McFarland,(2004) ISBN : 0-7864-1857-5. 231 pages

photos noir et blanc. Relié (26 x 18 cm). En anglais.

Un énième livre sur Louis Armstrong, se plaindront les aigris. Certes la démarche de Scott Allen Nollen n'est pas originale, puisqu'il a choisi la voie strictement chronologique, sans chercher à dégager les principales lignes de force de la vie et de la carrière de Louis. Mais il faut mettre au crédit de l'auteur son souci d'analyse lorsqu'il commente certains recueils parmi les plus célèbres (Satch plays Fats, Louis and the Good Book, A Musical Autobiography, par exemple) ou lorsqu'il détaille la filmographie (rien cependant sur L'Aventure du Jazz, mais Nollen a-t-il seulement vu le film de Louis Panassié ?).

Discographie sélective, filmographie, bibliographie et index complètent cette biographie qui rend un hommage appuyé au génie du trompettiste, oeuvre d'un  véritable « fan de Louis Armstrong », comme l'auteur se définit lui-même dans sa préface. (chronique détaillée, dans Bulletin du HCF 553, mai 2006).

 

Alain Carbuccia

                                                                                                                      .

 

 214
LOUIS ARMSTRONG

The offstage story of Satchmo

de

Michael COGSWELL

Collectors Press (USA), 2003. ISBN 1-888054-81-6.

(27 x 23,5 cm). 192 pages,

photos noir et blanc et couleur. Relié avec jaquette. En anglais.

Dans sa maison de Corona (Queens), devenue Musée de la Ville de New York, Louis Armstrong avait entassé une masse impressionnante d'archives personnelles, que Michael Cogswell a, pendant quatre ans, patiemment dépouillées et ées. C'est le résultat de ce travail gigantesque qui nous est présenté dans un magnifique album où chaque document (il y en a près de trois cents) est reproduit avec soin et précisément commenté. Parmi ces documents, pour la plupart inédits, les plus surprenants sont sans conteste les collages confectionnés par Armstrong pour illustrer les boîtiers des bandes magnétiques qu'il collectionnait.

Mais l'ouvrage n'est pas qu'un beau livre d'images : « Michael Cogswell, loin de limiter son travail – en soi considérable – au choix de l'iconographie, à son organisation et au strict commentaire des documents sélectionnés, les replace dans le contexte d'une vie, les met en perspective et en propose des analyses personnelles. » (Bulletin du HCF 533, juin 2004). Au final, un livre remarquable pour parfaire notre connaissance d'un musicien de génie.

A.C.

 211

LOUIS  ARMSTRONG:  An Extravagant Life
par Laurence Bergreen

en anglais - Broadway Books 1997 - broché - 210 x 140 -
564 pages y compris discographie (20 pages), bibliographie et index.
ISBN 0-7679-0156-8

Cet imposant et important ouvrage est non seulement une biographie très détaillée et objective de Louis Armstrong, mais aussi une
recherche de tout ce que Satchmo a apporté à la musique et à ses contemporains. C'est une analyse précise de la vie et du déroulement
de l'oeuvre de Louis, la construction d'un destin hors normes.

L'auteur reste cependant objectif lorsqu'il nous conte, avec amour,
les faiblesses de l'homme. A la fin de l'ouvrage nous ressentons une immense admiration pour cet homme généreux et toujours sincère
qui fut universellement reconnu, même par ceux dont l'expression fut parfois à l'opposé de ce qu'ils souhaitaienbt pour le jazz.  


Bernard Brosse.

 209

                        LOUIS ARMSTRONG ON THE SCREEN

 de Dr Klaus Stratemann

Jazz Média (DK), 1996. -  (21 x 15 cm) -  670 pages.

photos noir et blanc hors texte. Relié. En anglais.

ISBN 0.688.03771.2

 Sur le même principe que son monumental Duke Ellington day by day and film by film, Klaus Stratemann s'est attaché à répertorier toutes les apparitions de Louis Armstrong à l'écran, non seulement dans les films (courts et longs métrages) et les documentaires, mais aussi dans les nombreuses émissions télévisées. De A Rhapsody in Black and Blue (1932) à Hello Dolly (1969), de Pennies from Heaven (1937) à L'Aventure du Jazz (1970), chaque oeuvre est décrite avec un luxe impressionnant de détails (générique complet, programme musical, disques et vidéos, anecdotes de tournage, panorama critique, etc.). On apprend même qu'il existerait chez un collectionneur américain un document filmé (que, bien sûr, personne n'a vu !) du King Oliver Creole Jazz Band avec Louis, tourné en février 1924.

Plus de 270 photos, souvent jamais vues ailleurs, et des index précis achèvent de faire de ce livre « un ouvrage capital qui va ravir les amateurs de jazz férus de cinéma (vice-versa) et les admirateurs de Louis Armstrong. Ce qui, finalement, doit faire beaucoup de monde. » (Bulletin HCF 458, mai 1997)

A.C.

 208

Michel BOUJUT – POUR ARMSTRONG

Préface de Frank Ténot – En français - Editions Filipacchi - relié (21x27.5 cm) – 128 pages

Nombreuses illustrations photographiques N&B (plusieurs à chaque page).La première partie de 43 pages, intitulée ‘Une vie, essai de chronologie biographique' reprend année par année depuis 1900 jusqu'à 1974, les évènements majeurs de la vie de Louis Armstrong. Richement documentée par de nombreuses photos N&B. 1974 n'est pas l'année du décès d'Armstrong (il est décédé le 6 juillet 1971), mais l'inauguration en juillet à Nice d'un buste de Louis Armstrong dans les jardins de Cimiez en présence de personnalités, suivie d'une ‘Grande Parade du Jazz' à laquelle participent de très nombreux musiciens français et américains venus lui rendre hommage.La deuxième partie ‘Témoignages' tout aussi richement garnie de photos sur 60 pages, donne une foule de témoignages de musiciens, journalistes, écrivains, artistes divers.Vient ensuite une discographie par Daniel Nevers sur 21 pages, un index des auteurs cités, une bibliographie de livres et revues, une filmographie du musicien et acteur.Plus qu'une biographie, c'est surtout un album de photos, étant donnée la quantité d'illustrations.


Alain Hautrive.
 207

Hugues Panassié - LOUIS ARMSTRONG L'homme , le style, l'œuvre

Collections " Les Maîtres du Jazz " Editions du Belvedère 1947 -
Broché (22x16 cm) –108 pages -Discographie (15 pages) – 10 photos hors texte. (en français)

Ce livre est dédié à Milton ‘Mezz' Mezzrow (un Blanc qui s'est fait Noir, dixit Panassié), le meilleur ami de Louis Armstrong.
- Première partie : l'homme. Sur 17 pages Panassié raconte brièvement l'histoire de Louis Armstrong, en commençant par l'an neuf 1913, fête dans Perdido Street à la Nouvelle Orléans, où le jeune Armstrong âgé de 13 ans, pour épater ses copains, va chercher le pistolet de la maison familiale et tire plusieurs coups en l'air. La suite, tout le monde la connaît. Panassié survole ainsi la vie d'Armstrong jusqu'en 1939.
-Deuxième partie : le style. Sur 10 pages, passage en revue de divers trompettes – tous noirs américains – en les comparant à Armstrong. Quelques passages techniques, incluant la célèbre voix rauque de Louis.
-Troisième partie : l'œuvre,sur 52 pages, complète cette étude du musicien. Depuis les tout premiers enregistrements de Louis en 1923 avec King Oliver (Southern Stomp) sur Paramount, jusqu'en 1946 qui voit le retour de Louis chez Victor. Suit sur 26 pages la Discographie de Louis Armstrong, par Charles Delaunay, qui fut longtemps la référence.

Alain Hautrive.
 206

Hugues Panassié – LOUIS ARMSTRONG

en français – Nouvelles Editions Latines 1969 – broché ( 19x14cm) – 220 pages – 15 photos hors texte



Étude biographique et critique sur la vie et l'oeuvre de Louis Armstrong. L'édition originale de 1947 avait l'avantage d'une belle typographie et de splendides photographies hors-texte; elle était en outre complétée d'une discographie (par Charles Delaunay). Celle de 1969 est évidemment plus complète, couvrant la quasi totalité de la vie et de l'oeuvre de Louis Armstrong, mort en 1971. Mais on y perd la qualité de l'édition et la commodité de la discographie. Avec "Louis" de Max Jones et John Chilton, c'est l'oeuvre de référence sur Louis Armstrong.

Dominique Brigaud

 201

<b><text size="5">Louis ARMSTRONG – MY LIFE IN NEW-ORLEANS

The Riotous Story of the one and only Satchmo

en anglais The New American Library (Signet Book ) 1955 –broché (x) – 191 pages

Ceci est la réédition en format de poche de l'édition originale éditée par PRENTICE HALL Inc. Contée par lui-même, dans une langue d'une vivacité et d'une spontanéité qui lui donne un attrait supplémentaire, la vie tumultueuse de cet enfant pauvre parvenu par son génie au sommet de la gloire internationale est un témoignage de la sincérité et de la simplicité de cet homme. Louis ARMSTRONG rend ainsi hommage à tous ceux qui, au cours de sa carrière, lui ont tendu la main. Comme le titre l'indique, Satchmo nous conte sa vie jusqu'à son arrivée à Chicago grâce à King OLIVER, celui qu'il appelle affectueusement "Papa JOE ».
Bernard Brosse
Nota: il existe de multiples éditions de cet ouvrage.

 200

SATCHMO

Les carnets de collage de Louis Armstrong

par Steven BROWER

Éditions de La Martinière, 2009 (27 x 25 cm). 258 pages

Relié. En français.  ISBN 978-2-7324-3919-8.

Tout au long de sa carrière, Louis Armstrong a entassé une masse impressionnante d'archives personnelles, conservant notamment nombre d'enregistrements et de concerts sur des bandes magnétiques dont il ornait les boîtiers avec des collages constitués de photos et de textes découpés puis assemblés selon sa fantaisie. Ce sont ces compositions étonnantes (dont quelques-unes figuraient déjà dans l'ouvrage de Michael Cogswell, Louis Armstrong, the offstage story of Satchmo, paru en 2003) qui sont réunies dans cet album luxueux. Reproduits en pleine page, ces collages nous révèlent, au-delà d'un simple passe-temps, le véritable talent de graphiste de Louis Armstrong.

On relèvera cependant quelques erreurs dans les légendes qui accompagnent la plupart des documents :

- (page 47) La photo de Louis le représente dans le film Going Places (et non dans Pennies from Heaven). La seconde moitié de la photo se trouve page 173 !

- (page 68) Si l'acteur Steve Cochran joue bien dans le film A Song is Born (en français Si bémol et fa dièse), ce n'est pas lui qui se trouve sur la photo.

- (page 103) Mezz Mezzrow est bien sûr clarinettiste et non trompettiste !

- (page 124) Le violoniste aux côtés de Louis n'est pas Stéphane Grappelli.

- (page 136) Louis est en compagnie de Madeleine Gautier, la traductrice de Ma Nouvelle Orléans.

- (page 165) Le « trompettiste anonyme » joue en réalité du trombone !

- (page 173) Seconde moitié de la photo de la page 47. Allen Jenkins joue dans Going Places et non dans A Song is Born.

- (page 220) En 1968, Armstrong rend visite à Paul VI et non à Pie XII (décédé en 1958) !

- (page 244) Il s'agit de Mezz Mezzrow et non de Joe Glaser.

 199

Louis ARMSTRONG – MA VIE (tome 1)  MA NOUVELLE ORLEANS

Traduit en français par Madeleine Gautier – Ed René Julliard 1952 – broché (x) –236 page

Madeleine Gauthier connaissait bien personnellement Louis Armstrong qu'elle avait rencontré plusieurs fois tant en Europe qu'à la Nouvelle-Orléans, en compagnie d'Hugues Panassié, elle était donc la mieux placée pour traduire la pensée de l'auteur dans ses moindres nuances. p.s.r.

Dans son inimitable et avec ses propres mots pour son amour de la vie, Armstrong décrit les circonstances des débuts de sa vie que nous avons souvent perçues comme sordides et dépravées, et sa vue personnelle de la musique. Depuis la Brick House, un des plus sauvages honky-tonk où il a jamais joué, jusqu'à son départ pour Chicago pour rejoindre son idole de jeunesse King Oliver, c'est un document fascinant d'un musicien de génie. Contrairement à la croyance générale, sa vie à la Nouvelle-Orléans était remplie d'évènements heureux, car aucune autre ville au monde n'aurait - à cette époque - permis à un jeune garçon de découvrir et apprendre la musique qu'il a tant aimée. Tout ça parce que ça se passait à la Nouvelle-Orléans et qu'il était Louis Armstrong.
Alain Hautrive

 198

 

Hans Westerberg – BOY FROM NEW-ORLEANS

LOUIS " SATCHMO " ARMSTRONG – On Records,Films, Radio and Télévision

INDEX des Titres et des Artistes. en anglais – Jazzmedia, DK 1981 - broché (21x15cm) – 22pages ISBN :87-88043-05-3

Ce document est l'index du document principal intitulé "BOY From NEW-ORLEANS"
Louis "Satchmo" Armstrong on records, films, radio and television.On y trouve, triés par ordres alphabétique et chronologique:

-d'une part tous les titres des prestations de Louis Armstrong,

-d'autre part tous les musiciens qui ont joué avec Louis Armstrong et bien sur, dans quel enregistrement on peut les écouter.

L'ensemble, livre plus index, représente une base de données documentaire extrèmement utile pour tous les admirateurs de Satchmo.

Bernard Brosse

 197

Hans Westerberg – BOY FROM NEW-ORLEANS

LOUIS " SATCHMO " ARMSTRONG – On Records,Films, Radio and Télévision
en anglais – Jazzmedia, DK 1981 - broché (21x15cm) -–220 pages - 8 photos hors-texte ISBN : 87-88043-03-7

Cet ouvrage énumère chronologiquement tous les disques d'Editeurs publiés jusqu'à la disparition de ce grand musicien. Il recense aussi toutes les autres contributions artistiques du grand Satchmo, comme l'indique le titre de l'ouvrage.

Les concerts n'ont pu être totalement énumérés mais en principe, tous ceux dont il existe des enregistrements LIVE régulièrement effectués y sont mentionnés.
Bernard Brosse

N.B.= les listes de disques énumérés sont maintenant largement dépassées par l'abondance des rééditions postérieures à cet ouvrage, mais cela n'enlève rien à leur pertinence.

 196

Louis ARMSTRONG – LOUIS ARMSTRONG IN HIS OWN WORDS selected writings (selection d'écrits)

en anglais –Oxford University Press – relié (24x16cm) – 255 pages avec 28 photos hors texte (dont 2 lettres) – ISBN  0-19-511958-4

 195

Joshua Berrett – LOUIS ARMSTRONG COMPANION

Eight decades of Comentary

en anglais

Shimer's books n y 1999 – broché (23,5x15,5cm) – 299 pages avec 12 photos

 216

THE JAZZ LIFE OF CHOREOGRAPHER CHOLLY ATKINS 

 de Cholly ATKINS & Jacqui MALONE 
Columbia University Press, 2001.
ISBN 0-231-12364-7. (24 x 16 cm).260 pages.
52 photos noir et blanc hors texte. Relié. En anglais.

A l'aube des années 60, face au déclin de la tap dance (la désaffection du public entraînant la raréfaction des engagements), le danseur Cholly Atkins accepte, pour vivre, d'enseigner aux nombreux groupes vocaux à la mode les rudiments d'une chorégraphie propre à mettre en valeur tout artiste qui se produit sur une scène : bénéficieront ainsi de son expérience des débutants comme Stevie Wonder, Aretha Franklin, Diana Ross et même Gregory Hines. Mais, avant cette période « creuse » pour son art, il a formé avec Charles « Honi » Coles l'un des duos les plus talentueux de la danse à claquettes. C'est ce parcours étonnant qui est ici retracé.

Au fil des 12 chapitres qui composent l'ouvrage sont évoqués bien des orchestres avec lesquels Atkins s'est produit : ceux par exemple d'Andy Kirk, de Cab Calloway ou de Count Basie (le plus apprécié de tous), sans oublier des musiciens prestigieux comme Louis Armstrong auquel est rendu un vibrant hommage. A la suite du danseur, nous pénétrons également dans les coulisses d'Hollywood et découvrons qu'on faisait appel à des danseurs noirs pour doubler sur la bande-son les évolutions des danseurs blancs apparaissant à l'écran ( "Ils exécutaient les mouvements, nous assurions le bruitage », page 33). Le livre, riche en anecdotes, analyse aussi les différents s de tap dance (à travers les personnalités de Bill Robinson, de John Bubbles, de Savion Glover et, bien sûr, du partenaire de toujours, « Honi » Coles) et les relations, fondamentales, entre danseurs et batteurs (pour Atkins, le meilleur fut Jo Jones).

Fruit des nombreuses heures d'entretien entre la journaliste spécialisée dans la danse Jacqui Malone et Cholly Atkins, le livre « adopte la forme d'un récit autobiographique. A vrai dire, l'artifice n'est nullement gênant tant la familiarité avec le danseur confère à cette parole factice l'illusion de l'authenticité » (Bulletin HCF 521, mars 2003). C'est dire combien la lecture de CLASS ACT est recommandée à tous ceux qui désirent approfondir leur connaissance et leur plaisir du jazz.

 

Alain CARBUCCIA

 26

LOUIS ARMSTRONG

de  

Hugues Panassié

19x14cm . 220 pages - 15 photos hors texte

Nouvelles Editions Latines (1969) - Collection Jazz-Panorama.  

Broché. En français

 

 

Étude biographique et critique sur la vie et l'oeuvre de Louis Armstrong. L'édition originale de 1947 avait l'avantage d'une belle typographie et de splendides photographies hors-texte; elle était en outre complétée d'une discographie (par Charles Delaunay). Celle de 1969 est évidemment plus complète, couvrant la quasi totalité de la vie et de l'oeuvre de Louis Armstrong, mort en 1971. Mais on y perd la qualité de l'édition et la commodité de la discographie. Avec "Louis" de Max Jones et John Chilton, c'est l'oeuvre de référence sur Louis Armstrong.

 

 9

 

LOUIS ARMSTRONG

L'homme , le style, l'œuvre

de

Hugues PANASSIE
22 x 16 cm . 108 pages.

10 illustrations en hors-texte.
Editions du Belvedère (1947) - Collections "Les Maîtres du Jazz"

Broché. En français

 

 

Ce livre est dédié à Milton ‘Mezz' Mezzrow (un Blanc qui s'est fait Noir, dixit Panassié), le meilleur ami de Louis Armstrong.
- Première partie : l'homme. Sur 17 pages Panassié raconte brièvement l'histoire de Louis Armstrong, en commençant par l'an neuf 1913, fête dans Perdido Street à la Nouvelle Orléans, où le jeune Armstrong âgé de 13 ans, pour épater ses copains, va chercher le pistolet de la maison familiale et tire plusieurs coups en l'air. La suite, tout le monde la connaît. Panassié survole ainsi la vie d'Armstrong jusqu'en 1939.
- Deuxième partie : le style. Sur 10 pages, passage en revue de divers trompettes – tous noirs américains – en les comparant à Armstrong. Quelques passages techniques, incluant la célèbre voix rauque de Louis.
- Troisième partie : l'œuvre, sur 52 pages, complète cette étude du musicien. Depuis les tout premiers enregistrements de Louis en 1923 avec King Oliver (Southern Stomp) sur Paramount, jusqu'en 1946 qui voit le retour de Louis chez Victor. Suit, sur 26 pages, la discographie de Louis Armstrong par Charles Delaunay, qui fut longtemps la référence.

 

 

Alain Hautrive.