FORUM RÉAGIR

 

VOUS AVEZ LA PAROLE !

Si vous désirez faire connaître votre opinion, communiquer une information, faire une proposition, donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Merci de nous tenir informés de vos réponses, des réactions, des résultats et des commentaires à hcf@noos.fr
Ecrivez votre texte dans l'email, après avoir cliqué sur le lien ci-dessous,
(A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)
Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans l'un des forums du site.
<<
précédente
 page 24/45 (du 18/08/2014au 05/02/2015 
suivante
>>
<<
<
page 24/45
>
>>
05/02/2015 - SOUTIEN A VERONIQUE LAFONT, EPOUSE DE FRANCOIS PENOT 427


Le saxo-tenor et clarinettiste François Penot, qui a joué avec le Claude Bolling Big Band, dans le Saxomania de Claude Tissendier mais aussi avec le Tuxedo Big Band et bien d'autres formations, vient de nous quitter.
C'était un garçon chaleureux, plein de talent et d'humour, qu'une redoutable maladie vient d'emporter.

Il vivait depuis longtemps dans la banlieue de Limoges, marié à la chanteuse et femme de spectacle Véronique Lafont. Comme bien des ménages d'artistes, ce couple vivait plus pour ses passions que pour l'argent, et la pauvre et très talentueuse Véronique se retrouve en difficulté.
Le couple s'était fait ici bien des amis.

Le Hot Club de Limoges :

- Cherche à organiser un concert de soutien. Beaucoup de jazzmen français ont déjà répondu présent.

- Parallèlement, il sollicite les amateurs de jazz qui le peuvent à garnir la cagnotte que nous avons ouverte pour venir en aide à Véronique. Les dons seront à faire sous forme de chèques à l'ordre du Hot Club de Limoges qui les lui reversera.
Prière d'adresser vos chèques au trésorier du Hot Club de Limoges :
Jacques Ribière, 14 rue du Vélodrome, 87100 Limoges.

Claude-Alain CHRISTOPHE - Vice-Président du Hot Club de Limoges

Les Obsèques de François Penot ont eu lieu jeudi 5 février 2015, à Limoges

13/01/2015 - UN CLUB MEZZROW À NEW YORK 426


A New York, au mois de septembre 2014 - à Greenwich Village, 163 West 10th Street - s'est ouvert un nouveau club de jazz qui s'appelle Le Mezzrow !

On connait des boites de jazz qui ont pris pour nom celui d'un jazzman connu comme le Jazz Club Lionel Hampton, le Birdland, le Count Basie Theatre , le Django Bar... Mais qu'un personnage qui fut aussi controversé  que Mezzrow fasse l'affiche d'un club de jazz à New York ... Voilà du nouveau !
Mais le fait est là, Mitch Borden et le pianiste Spike Wilner ont fondé et nommé ce club, à la fin de l'année 2014, expliquant ainsi leur choix : Ce nom, bien sûr, est choisi en l'honneur du clarinettiste Mezz Mezzrow qui a joué avec nombre de stars du jazz comme Lionel Hampton et a acquis la célébrité. Mais il est aussi un écrivain et son autobiographie - Really the Blues - est, à mon avis, le meilleur livre de jazz. Nous avons pensé à de nombreuses dénominations pour ce club, mais c'est celui de Mezzrow qui qui s'est imposé : c'est une sorte de symbole  .

Le lieu est de qualité : une belle salle bien décorée avec une des affiches des concerts Mezzrow, et équipée d'un piano Steinway. Les propriétaires sont aussi ceux du Smalls voisin où jouent habituellement des musiciens comme Dan Barrett, Ehud Asherie, Bob Wilber, Harry Allen, Jon-Erik Kellso... et autres jazzmen de notre connaissance. Les deux endroits se complètent, l'un fermant à l'heure ou l'autre ouvre : les noctambules pour ce dernier, les couche-tôt pour le premier.
Ajoutons que le Village Vanguard et le Blue Note sont dans le voisinnage.

Jacques PESCHEUX

10/01/2015 - DECES DU BATTEUR GERARD FREMAUX 425


Né à Reims en 1944, le batteur Gérard Frémaux est décédé d'un cancer, le 10 janvier 2015 à Toulouse.
Après des études de violon au Conservatoire de Reims, il choisit la batterie en suivant des cours à Paris avec Dante Agostini. Batteur tout-terrain, il se tourne résolument vers le jazz et le blues à la fin des années soixante-dix en accompagnant le jeune pianiste Philippe LeJeune, encore amateur.
Memphis Slim l'engagea pour quelques concerts dans les années quatre-vingt jusqu'au décès de celui-ci en 1988. Il accompagna les guitaristes chanteurs Mickey Baker, Louisiana Red, et les pianistes Booker T.Laury et Ray Bryant.



- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

Il intégra la scène de jazz du Sud-ouest en s'implantant à Toulouse, en 1985. Il y donnait aussi des cours de batterie dans nombre d'écoles de musique. Il avait entrepris la rédaction d'une méthode de batterie qui restera inachevée.

Gérard Frémaux était un musicien passionné et généreux, toujours à la recherche de la perfection, toujours prêt à jouer, et qui restait positif en toutes circonstances.

Philippe LEJEUNE - Pianiste.

08/01/2015 - ADIEU CABU 424


Nous avons tous été sidérés d'apprendre l'effroyable assassinat de notre ami Cabu, dans l'attaque du siège du journal Charlie Hebdo.

L'ironie de Cabu allait de pair avec une extrême gentillesse et il était le parfait opposé d'un fanatique.Son talent de caricaturiste était à l'image de son amour de la musique de Jazz : Immense !

Il nous avait très gentiment offert ce dessin original , pour le 600e numéro du Bulletin du HCF :


- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

Cabu était présent au concert des 80 ans du Hot Club de France et le livret, du DVD de ce concert récemment édité, est illustré de caricatures qu'il fit ce soir-là.

Son ami Jean-Francois Pitet le définit parfaitement :
Cabu a partagé son amour du Jazz avec talent, humour et générosité. En dessin, comme dans la vie, Cabu était un homme bon que le Swing rendait encore meilleur !

Il nous manque déjà ?

François DESBROSSES - Président du Hot Club de France.

08/09/2015 CABU ASSASSINÉ423

Réalisation Jean Depoid - HCF Paris

 

01/01/2015 - Bonne année 2015422
François Desbrosses, président,
Les membres du conseil d'administration du
Hot Club de France,
Toute l'équipe de son site internet,
Vous souhaitent
Une agréale année 2015,
Pleine de Jazz Authentique
Avec beaucoup de découvertes.

Keep Swingin'


06/12/2014 - LES BATTEURS DE JAZZ PAR GUILLAUME NOUAUX 421


Samedi 22 Novembre 2014, dans le cadre des Cercles d'études du HCF Paris , Guillaume Nouaux a présenté et démontré les différents styles des batteurs New-Orleans et Swing.
Guillaume Nouaux est, aujourd'hui en France, l'un de mes batteurs préférés. Et, ils sont peu nombreux les très bons swingmen sur cet instrument! (soupir).

Sa présentation fut exemplaire dans sa forme. Constamment assis derrière sa batterie, il a, pour à peu près chaque musicien :
1)Expliqué avec des mots, la manière de jouer du musicien.
2)Joué sur sa batterie, ce qu'il avait expliqué avec ses mots.
3)Fait écouter le musicien, et ce sans grande manipulation, car tous étaient déjà stockés sur son ordinateur portable, posé sur son Tom basse, ou à côté.

Son exposé fut particulièrement clair, pédagogique et profitable pour les amateurs chevronnés présents.

Le 20 février 2015, au Mont-Dore, Guillaume Nouaux doit refaire une conférence sur la batterie jazz, lors du Sancy Snow Jazz .Je suis, maintenant, sûr qu'il y aura encore là, plein de nouvelles connaissances à acquérir!

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France.

24/11/2014 - UNE QUINZAINE JAZZ À PARIS ET DANS LA VALLÉE DE LA SEINE420


Quinzaine chargée, ce début novembre 2014, avec de nombreux concerts à Paris et dans la vallée de la Seine (Poissy, Gargenville, Carrière sur Seine). Je ne vais donc pas vous faire un compte rendu détaillé, mais vous donner quelques impressions.

- Nikki et Jules (à Gargenville - Maisonette des Soeurs Boulanger - 9/11) : Quels chanteurs! Quel pianiste! Le répertoire est très lié à leur dernier CD* . Je tenais à signaler un When the saints go marchin in, pris dans un style que je qualifierai de Funky New Orleans, avec un solo de piano qui m'a beaucoup ému, dans la lignée de Professor Longhair, James Booker, Dr John et autre Davell Crawford.

- China Moses (au Théatre Moliere de Poissy - 7/11) fut extraordinaire : Elle s'assoit en face de vous et vous donne un cours sur les chanteuses américaines : Bessie Smith, Lil Green, Ann Peebles, Ester Philips et sa très chére Dinah Washington. Un bien beau set!
J'ai moins aimé Liza Simone - la fille de Nina - en seconde partie.

- Evan Christopher Django à la Créole (au Duc des Lombards - 4/11). J'adore Evan, mais j'ai trouvé son guitariste pas assez Django : Denny Ilett - rencontré à Ascona - sonne plus comme Wes Montgomery ; je préférais David Blenkhorn dans ce rôle. Mais, ce fut un très beau concert.

- Jean-Paul Amouroux (au Petit Journal Saint Michel - 11/11) : En trio avec Claude Braud (sax) et Simon Boyer (dr). Un bon concert. Mais Jean Paul a été frustré de ne pouvoir admirer les extraordinaires danseurs qui étaient là ce soir. Une belle soirée!

- Michel Pastre(à Carriéres sur Seine - 14/11 - Jazz Club de la Boucle): Tribute to Charly Christian avec David Blenkhorn dans le rôle de Charlie Christian. Dans la belle Salle des Fêtes de Carrières sur Seine, le quintet a rejoué la musique de Charlie Christian avec des arrangements pour faire sonner les deux cuivres comme un big band.
Je tenais à signaler que nous avions, en France, un nouveau très bon trompette. Je l'ai découvert à cette occasion. Il est breton et se nomme Malo Mazurié. D'après Francois Abon, Malo Mazurié s'est très inspiré de Bill Coleman, d'Harry Edison - et de Charlie Shavers pour les ballades - ainsi que des trompettistes bop.
Très à l'aise avec les quatre vétérans que sont Michel Pastre, David Blenkhorn, Sébastien Girardot et Guillaume Nouaux, il démontre une fois de plus que ces jeunes musiciens ont - hélas! - un public beaucoup plus âgé qu'eux. C'est un problème pour le jazz que nous aimons. Et ce n'est pas, en l'occurrence, dû au prix des concerts.

Jacques BESSE - Membre du HCF Paris

*CD Nikki et Jules - Brojar productions - Chroniqué dans le Bulletin du HCFN°631 page 18

21/11/2014 - THE CLAYTON-HAMILTON JAZZ ORCHESTRA A BAYONNE 419


Mardi 18 novembre 2014, Bayonne, Scène Nationale, 20h30 précises. La salle est pleine. Depuis les coulisses, notre ami Dominique Burucoa, directeur de la SNSA, prononce quelques mots et ? l'entrée simultanée des 19 musiciens du Clayton-Hamilton Jazz Orchestra produit le premier choc - visuel !- de la soirée.Le deuxième et le suivant seront musicaux.

En ouverture, attaque superbe de la section des trompettes, ensembles maîtrisés à la perfection et explosion finale qui laisse le public pantois et admiratif.
Un peu plus loin, un grand standard Back Home again in Indiana. Jeff Hamilton y est omniprésent, avec un jeu tout en nuances. Suit, Eternel Triangle - du saxophoniste Sonny Stitt - qui permet d'entendre les cinq saxophonistes, l'un après l'autre. Les deux ténors Charles Owens et Rickey Woodward y retiennent l'attention. John Clayton intervient peu souvent, préférant diriger l'orchestre depuis le devant de la scène de façon énergique et avec une gestuelle spectaculaire. Christophe Luty le remplace fort convenablement.
Juste avant l'entracte, une superbe version - adaptée pour un Big-Band - de Squatty Roo, thème écrit par Johnny Hodges pour son septet en 1955.


- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

La seconde partie débute avec un long, et parfaitement réussi, solo de Ira Nepus (lead, tb), présent dans la formation depuis ses débuts. Peu après, John Clayton entame un duo avec le pianiste Tamir Hendelman, pour un thème très mélancolique. Puis, vient le tour d'un standard ellingtonien, I ain't got nothing but the Blues (1937), qui met en vedette le jeune et talentueux guitariste Graham Dechter et le lead-trompette Bijon Watson, spécialiste du suraigu. Rickey Woodard, ténor trop peu connu, est le seul soliste de Georgia, un des sommets du concert.
Final, avec une version revisitée - en partie - de One o'clock jump, mais avec, quand même ? les indispensables trois petites notes.

Une magnifique soirée, achevée par une longue Standing Ovation, amplement méritée, pour cet orchestre qui, l'an prochain, fêtera ses 30 ans d'existence.

Michel LALANNE - Vice président du Bordeaux Hot Club

Composition du Clayton-Hamilton Jazz Orchestra : John Clayton(lead,b), Jeff Hamilton(dr) - Bijon Watson, Clay Jenkins, Gilbert Castellanoos, James Ford, Brian Schwartz(tp) - Ira Nepus, Ryan Porter, Andre Hayward, Stephan Warren Baxter(tb) - Keith Fiddmont, Jasper Van Damme(as) - Rickey Woodard, Charles Owens(ts) - Lee Callet(bs), Tamir Hendelman(p), Christophe Luty(b), Graham Dechter(gu).

17/11/2014 - LE VERSE DE FOUR OR FIVE TIMES (precisions) 418


Dans son commentaire sur le concert de Catherine Russell et son Quartet Français à Nancy, Pierre Ingrin fait référence au Verse de Four or Five Times interprèté par Philippe Baudoin, qui est effectivement peu connu.

A l'intention de ceux qui souhaiteraient plus de précisions au sujet de cette composition, il peut être intéressant de savoir que :
- Ce verse se trouve dans le Répertoire de Grilles de Philippe Baudoin et,
- On peut l'entendre dans l'enregistrement de Four or Five Times par les McKinney's Cotton Pickers de 1928 (Victor 21583), CD Classics 609.

Jacques PESCHEUX

12/11/2014 - CATHERINE RUSSELL PRIVEE D'AFFICHE A NANCY 417


Catherine Russell a chanté au festival Nancy Jazz Pulsations 2014 mais, pourtant, son nom n'était pas sur l'Affiche du festival !


Photo : Pierre Ingrin

- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

Que ce soit à l'Office du tourisme, sous les arcades qui séparent la Place Stanislas de la Place de la Carrière ou encore dans la rue en face à la Cathédrale, son nom n'apparaît jamais sur cette l'affiche . Alors, même, qu'elle clôturait le festival! Et que sa présence était programmée de longue date.

La lecture de cette affiche et du programme complet, montre, que ce festival devrait plutôt s'intituler : Nancy Musiques Pulsations. Ce qui serait plus proche de la réalité.
Heureusement pour nous, Catherine Russell était bien là!

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France.

06/11/2014 - CATHERINE RUSSELL ET SON QUARTET FRANÇAIS 416


Samedi 18 octobre 2014, au Nancy Jazz Pulsation, Catherine Russell(voc) était accompagnée par un quartet français composé de :Philippe Baudoin (p), Nicolas Peslier (gu), Pierre Maingourd (b), Sylvain Glévarec (dr).
C'était la première fois qu'ils accompagnaient Catherine Russell et, si ce n'est deux ou trois faux départs, il fut difficile de s'en rendre compte.

Catherine Russell put donner sa pleine mesure, à la fois dans des morceaux émouvants comme In The Dark, ou des morceaux très swingants comme Struttin' With Some Barbecue.

Particulièrement cocasse fut le départ de Four or Five Times, que Catherine annonça dans une version enlevée, inspirée par celle de Rosetta Tharpe quand elle était la chanteuse de Lucky Millinder.
Au lieu de faire une introduction standard, Philippe Baudoin (p) joua le couplet, que personne ne connaît et qui, de plus, est sur un tempo bien plus lent que celui attendu ! Tous se tournent alors vers lui et, qui de la tête, qui l'index levé, font signe que non, ce n'est pas Four or Five Times ! Ce que voyant, Philippe s'arrête et se lève pour leur expliquer, hors micro, qu'il joue le verse. Puis il reprend l'exposé de cette jolie mélodie que tous écoutent avec des yeux et des oreilles ? comme des soucoupes !
Non, mais! Il n'est pas encore né celui qui va apprendre le répertoire à Philippe Baudoin.

Des concerts comme celui-là ? j'en redemande !

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France.

04/11/2014 - JEAN-PAUL AMOUROUX BOOGIE BIG BAND A MONTARGIS 415


Dimanche 12 octobre 2014, au Tivoli de Montargis(F.45) - sous l'égide du Hot Club du Gâtinais - ces 13 musiciens formaient le Jean-Paul Amouroux Big Band :Gilles Berthenet (tp), Michel Bonnet (tp), Benoît de Flamesnil (tb), Jean-Claude Onesta (tb), Jean-Pierre Dumontier (tb , arr), Claude Braud (ts), François Penot (ts), Didier Desbois(as), Eric Levrard (bs), Jean-Paul Amouroux (p, lead), François Fournet (gu), Gilles Chevaucherie (b), Robert Ménière (dr).

)
Le Jean-Paul Amouroux Boogie Big Band
Photo : Pierre Ingrin

- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

Le Tivoli de Montargis est la meilleure salle de concerts que je connaisse en province. Les musiciens peuvent y jouer en acoustique.Même un big band peut s'y produire sans sonorisation . Surtout ce Boogie Big Band qui, par sa taille réduite, autorise même le contrebassiste à se passer d'un ampli!Une exception : le guitariste eut droit à un peu - juste ce qu'il fallait - d'électricité. Il faut dire qu'il fut souvent mis en avant, pour rappeler que le boogie woogie, c'est d'abord du blues. Il fallait là un spécialiste et un maître : ce fut François Fournet.
Deux trompettes seulement : pas de premier trompette pour écraser la musique par le haut ! Trois trombones, sans trombone basse pour écraser la musique par le bas ! Quatre saxos, pas cinq !
La musique y gagne en clarté et l'on jouit pleinement du piano et de ses basses. C'est la moindre des choses, quand le répertoire est entièrement dédié au boogie woogie.

Le cocktail fut extraordinaire et particulièrement savoureux :
-Un big band qui ne joue que du Boogie Woogie : Unique !
-Une salle à l'acoustique rare,
-13 musiciens, tous grands solistes et tous sollicités comme solistes.
Chaque set commença par un solo de piano mais, Jean-Paul Amouroux préferant jouer accompagné, les membres de la section rythmique le rejoignent un à un, pour un duo, un trio et un quatuor. Ce n'est qu'au cinquième morceau que le big band fut au complet sur la scène.

Outre Jean-Paul Amouroux, il faut remercier, Gilles Chevaucherie qui eut l'idée de ce Boogie Big Band et Jean-Pierre Dumontier, l'arrangeur.

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France.

Note du Site : Le Jean-Paul Amouroux Big Band jouera Dimanche 16 novembre 2014 à 15h00 au Sirocco de Saint romain de Colbosc (76) , invité par le
Hot Club Jazz - Le Havre .

26/10/2014 - THE CHARLIE CHRISTIAN PROJECT DE MICHEL PASTRE 414


Le génie de la guitare électrique - et je pèse mes mots! - s'appelle Charlie Christian.

Né à Dallas (Texas) le 29 juillet 1916 - issu d'une famille de musiciens - il a débuté comme contrebassiste dans l'orchestre d'Alphonso Trent. C'est sous l'influence d'Eddie Durham, tromboniste, guitariste et arrangeur, qu'il adopte la guitare amplifiée dont il va faire ce qu'elle deviendra dans l'histoire du jazz.
Admiré par tous, il entre dans le sextet de Benny Goodman en 1939, à 23 ans, sextet que l'on entend à travers tous les USA par le network des radios qui diffuse quotidiennement les enregistrements du Roi du Swing pour lequel Charlie Christian invente ces thèmes-riffs. .Retitrés et signés par Benny Goodman, ils deviendront autant de chefs d'oeuvre : Seven Corne Eleven , Six Appeal , Solo Flight.Son style, sa manière de jouer, immédiatement reconnaissables, ont influencé tous les guitaristes de Wes Montgomery à Jimi Hendricks en passant par BB King et Kenny Burrel.
La carrière de ce météorite s'interrompt à 26 ans : Charly Christian meurt de la tuberculose à New York, le 2 mars 1942.

C'est donc fort opportunément, qu'avec son Charlie Christian Project, Michel Pastre a décidé de rendre hommage à ce musicien.Reconstituant le style des petites formations menées par Benny Goodman qui ont abondamment enregistré de 1939 à 1941, souvent avec des invités de prestige. I1 suffisait, pour cela, de trouver les musiciens capables de swinguer et jouer cette musique. Ce sont : David Blenkhorn (gu), Michel Pastre (ts), Malo Mazurié (tp), Sebastien Girardot(b) et Guillaume Nouaux (dr).

Nul n'est mieux placé que David Blenkhon, aussi à l'aise pour évoquer Django que Kenny Burrel, pour tenir le rôle-titre. Parmi les autres musiciens, un tout jeune trompettiste que tous ses aînés considèrent déjà comme l'un des meilleurs d'entre tous ? Malo Mazurié!

Jean-Marc Berlière - Président du Hot Club du Gatinais.

The Charlie Christian Project, de Michel Pastre, sera au Tivoli de Montargis (F.45), Dimanche 16 Novembre à 17h (spectacle organisé par le
Hot Club du Gatinais)

01/10/2014 - PAPA DON WASHINGTON AU CAVEAU DE LA HUCHETTE 413


Monsieur Washington passe deux jours à Paris. Il a donc joué, lundi 29 et mardi 30 septembre 2014, au Caveau de la Huchette.Le concert démarre à 22 heures, ce qui est bien tard pour ceux qui travaillent le lendemain! Le caveau est loin d'être plein et c'est dommage... pour les absents.

Papa Don était, ce soir-là, très bien entouré par : Simon Boyer à la batterie, Claude Braud - en grande forme - au saxophone ténor et Thibaud Chopin à la contrebasse. Nous sommes au Caveau de la Huchette et les musiciens jouent pour les danseurs. Donc, le programme comporte un grand nombre de classiques du rock n'roll : Shake ratle and Roll, High heel sneakers, I'm on fire - du Ray Charles (Haleluyah) - du jazz (Take the A train) et des blues.
Papa Don Washington est chanteur et pianiste : il a une belle voix chaude, son jeu de piano est robuste, parfois brillant. Mais, en ce soir là, pour les danseurs il recherche plus l'efficacité que la virtuosité.

Une soirée très agréable!
Monsieur Washington, revenez vite nous voir?

Jacques BESSE - Membre du HCF Paris

Note du site : PAPA DON WASHINGTON est lauréat du Prix du Hot Club de France : Prix Découverte 2007 pour son disque autoproduit
The Blues is my Story.

30/09/2014 - C'EST UN BONHEUR ET UNE SATISFACTION... 412


Quel bel été indien! Heureusement qu'on a ça, car vue la morosité qui règne dans l'actualité, ça fait pas de mal... Je me dis toujours dans ces moments-là que la musique me sauve et me fait du bien.


AU COOLIN (dr)
Photo :

- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

Des soirées comme celle d'hier soir au Coolinl'échange avec les danseurs de lindy hop ou de swing crée une explosion d'ondes positives. Des soirées comme le concert à La Chope des Puces de Saint-Ouen le 19 septembre dernier ou celle du 4 septembre a La Fabrique.

C'est un bonheur et une satisfaction de donner du plaisir aux gens et d'être récompensé par de merveilleux sourires. Là, les gens oublient tout, la politique, les guerres, les conflits, les maladies...
Nous sommes tous égaux finalement et avons besoin des mêmes choses. Si seulement ça pouvait être si simple !

Aurore VOILQUÉ - Aurore Quartet

Note du Site : Aurore Quartet joue vendredi 10 Octobre 2014 au
River Jazz Café d'Issy les Moulineaux(92)

21/09/2014 - BERNARD BROSSE NOUS A QUITTES - TÉMOIGNAGE 411


Mon ami Bernard Brosse est décédé ce 18 septembre 2014. Il avait 86 ans.(Cf. Forum - Dates).

Bien que plus âgé que moi, Bernard était un ami très cher, avec lequel je partageais, outre le jazz, de nombreux goûts.

Je suis sûr que tous ceux qui l'ont côtoyé s'en souviendront comme d'un homme de culture, absolument charmant, et d'une civilité d'un autre temps : Un vrai gentleman à la française.

Christian DECOMBE

15/09/2014 - DISPARITION DE GERARD BAGOT - AOUT 2014 410


Are you ready ?
À cette question, lancée comme un cri de guerre, au début de chaque concert des nombreux festivals américains auxquels Paris Washboard participa, les quelque 5000 personnes de la foule répondaient invariablement par une clameur enthousiaste.


Gérard Bagot (dr)
Photo : Louis Mazetier

- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

Gérard Bagot, dressé les bras levés derrière un bastion de cymbales, cloches, woodblocks ... et enfin une planche à laver, interpelait ainsi le public, et je ne l'ai jamais vu plus heureux qu'en ces moments de communion musicale et d'allégresse.

Gérard était un musicien attentif et désireux d'apprendre et d'apporter sa contribution personnelle à la musique de l'orchestre, même après 20 ans de collaboration. Son enthousiasme communicatif et son sens du spectacle furent pour une grande part dans la popularité de notre groupe. Mais c'était surtout son swing, son écoute et sa pulsation qui nous mettaient tous à l'aise. Et puis Gérard était pour moi plus qu'un collaborateur musical. C'était un ami attentionné et disponible, comme lorsqu'il m'aida à monter ma cuisine, à mon déménagement.
Il s'était, depuis environ quatre ans, retiré dans le Lot où il avait acheté une maison qu'il aménageait avec soin. Et, c'est lors d'un de ces travaux, début août, qu'une stupide série de morsures de guêpes entraîna son décès, à l'âge de 66 ans.

Heureusement, il nous reste de lui une foule de souvenirs joyeux et de beaux moments d'amitié et de musique.

Merci Gérard, pour toute cette tranche de vie passée en ta compagnie.

Louis MAZETIER - Musicien

23/08/2014 - SWINGIN' BIG BANDS À LA ROQUEBROU 409


De nos jours, pour un organisateur, programmer un big band relève d'un joli défi. En réunir deux, et sur la même scène, tient de la gageure. C'est pourtant ce que nous a proposé, le 8 Août 2014, Jean-Paul Amouroux directeur artistique du Festival International de Boogie Woogie de la Roquebrou.
Nous lui devons un grand merci! Il nous a permis de vivre d'intenses moments de pur jazz en réunissant, simultanément sur la même scène, son propre orchestre le Boogie Big Band et le Michel Pastre Big Band. Pareille fête ne nous avait pas été donnée depuis la réunion des orchestres d'Illinois Jacquet et de Claude Bolling. C'était à Bayonne, il y a de cela une vingtaine d'années...

Entendre neuf saxophonistes jouer, à l'unisson, le fameux Blues In Hoss Flat est un pur bonheur. Bien sûr, festival de Boogie oblige, une large place était faite à ce style : Basie Boogie, Red Bank Boogie, Cow Cow Boogie, les deux orchestres rivalisant de swing. Le saxophoniste-ténor Michel Pastre, a déroulé une splendide de version de Harvard Blues, rejoint par son alter ego Claude Braud pour un superbe chase sur Night Train. Sur la presque totalité des morceaux, les deux pianistes Jean-Paul Amouroux et Philippe Milanta se produisirent en solistes et leur prestation fut de haute volée.
Enfin, last but not least, un somptueux Hamp's Boogie clôturait de belle manière cette exceptionnelle rencontre réunissant notamment, sur le devant de la scène, les six trombonistes des deux orchestres avec, en vedette, le toujours fringant Patrick Bacqueville.

Une bien belle soirée!

Christian SABOURET -Vice-Président du Hot Club de France

18/08/2014 - LA ROQUEBROU 2014 - ZOOM SUR L'ENTERTAINER JULIAN PHILLIPS AND THE ENGLISH CONNECTION 408


Nombreux sont les festivaliers qui, dès leur arrivée à La Roquebrou, vont s'assurer que le sympathique et talentueux Julian Phillips est bien présent, devant son piano, dans l'un des établissements de la commune, le long de l'Avenue des Platanes.
Cette année, il est une nouvelle fois venu passer une semaine dans le Cantal, en compagnie de plusieurs de ses amis musiciens anglais - The English Connection - et ils nous ont offert de réjouissantes heures de musique durant les quatre jours du Festival International de Boogie Woogie de La Roquebrou (7 au 10 août 2014).


Julian Phillips (dr) et Big John Carter (p)
Photo : Michel Lalanne

- Cliquez le visuel pour l'agrandir.

L'English Connection au grand complet, s'est produite dans le cadre du OFF, samedi 9 août à 12h au Joker. Ce fut pour un long set avec un programme composé de boogies, de blues et de thèmes louisianais. Le groupe comprenait :
- Julian Fingers Phillips, pianiste et chanteur mais aussi accordéoniste, voire batteur. Il est également organisateur d'un Festival de Boogie Woogie en Angleterre (1).
- Big John Carter, pianiste aujourd'hui bien connu des Cantaliens et principal partenaire de Julian Phillips pour les duos de piano.- Chris Boogie Box Bass Davidson, autre fidèle des lieux, avec son étrange contrebasse : monocorde en ficelle et cube en bois pour caisse de résonance.
- Tom Lewer, un jeune pianiste de 21 ans, talentueux, dont c'était la quatrième venue.
- Ronald Ron Meldrum - citoyen écossais né à Kilmarnock - est un batteur sobre et précis.

Pour l'occasion, ils avaient accueilli Richard Génipa, un blues-shouter, admirateur et imitateur de Big Joe Turner. Il y avait aussi un très plaisant joueur de Washboard.Lors de chacun des passages de l'English Connection, plusieurs musiciens du festival sont toujours présents :
- Vendredi 8 août, à 17h, ce furent Jean-Pierre Bertrand, puis le jeune prodige Lucien Oisel (14 ans seulement et un probable bel avenir).
- Dimanche 10 août, Au Joker, à midi, ce fut au tour de Ricky Nye, magnifique pianiste et chanteur originaire de Cincinnati (USA)...
Et, chaque soir le 107 réunissait pianistes anglais et passionnés. Les nuits 100 % boogie se poursuivaient, jusque fort tard, dans une réjouissante ambiance. Atmosphère joyeuse! Ici on est entre amis et connaisseurs.

Indispensables animateurs des cafés de La Roquebrou, infatigables dispenseurs de Blues et de Boogies, The British ont fait, une fois encore, l'unanimité auprès des spectateurs. Beaucoup, parmi ces derniers, ont regretté que l'English Connection ne soit pas conviée à se produire sur la grande scène du festival. Car, que se passerait-il, dans la journée et lors des après-concerts, si Julian, Big John et leurs camarades n'étaient pas là?

Michel LALANNE - Vice-président du Bordeaux Hot Club.

-(1)- organisé par Julian Phillips et son équipe, le 11e UK Boogie Woogie Festival aura lieu du 3 au 5 juillet 2015 à Sturminster Newton - Dorset (cf page
Festivalsde ce site).


HOT CLUB DE FRANCE 2021