somjazzauthenn

FORUM RÉAGIR

 

VOUS AVEZ LA PAROLE !

Si vous désirez faire connaître votre opinion, communiquer une information, faire une proposition, donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Merci de nous tenir informés de vos réponses, des réactions, des résultats et des commentaires à hcf@noos.fr
Ecrivez votre texte dans l'email, après avoir cliqué sur le lien ci-dessous,
(A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)
Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans l'un des forums du site.
<<
précédente
 page 1/40 (du 22/08/2019au 03/12/2019 
suivante
>>
<<
<
page 1/40
>
>>
03/12/2019 DECES DE JACQUES MORGANTNI785

Nous apprenons, avec beaucoup de tristesse, le décès de notre grand ami Jacques Morgantini survenu lundi 2 décembre 2019 à la clinique Marzet de Pau, des suites d'une maladie. Il était né le 21 février 1924, et il avait donc 95 ans. Jacques Morgantini était membre du Hot Club de France et Président du Hot Club de Pau.

 

Le corps de Jacques Morgantini sera transporté à la Maison Mortuaire de Gan (F.64) où l'on pourra se recueillir à partir de jeudi 5 décembre 2019 à 9h30.

 

Jacques Morgantini sera incinéré à la Maison Funéraire de Pau (F.64) - située au nord de la ville - lundi 9 décembre 2019 : Hommages à 9h30, Crémation à 10h30. Les amis de Jacques Morgantini se réuniront ensuite, pour une collation, à la Brasserie L'Ombrière située près de la Maison Funéraire.

 

Le Hot Club de France présente ses sincères condoléances à la famille de Jacques Morgantini et à ses amis. 

HOT CLUB DE FRANCE      

09/12/2019 CLUBS DE JAZZ A NEW YORK 784

Voici mes recommandations des meilleurs Clubs de Jazz traditionnel (authentique) pour une semaine à New York.

 

- Les Lundi de 19h30 à 22h au Arthur's Tavern - 57 Grove street (à l'angle de 7th Avenue South) - vous écouterez  Peter Balance - le trombonniste du pianiste Donald Lambert - et Joe Licari à la clarinette (niveau Edmund Hall), avec The Grove Street Stompers un orchestre typiquement Newyorkais 50's comme Eddie Condon.

Et, à partir de 23h au Black Door - 126 West 26th Street  - le Septet de Terry Waldo.

- Les Mardi : au Mona's bar -  224 Avenue B, NY 10009 - à partir de 23h, Mona's Hot Foor

- Les Mardi, Mercredi et Vendredi : au Swing 46 - 349 West 46th Street  NY 10036 (entre 8e & 9e Avenue) - un excellent Mini Big Band présentant de grandes qualités de cohésion, de dynamique et de nuances. 

- Les Samedi, à partir de 19h30 : au Minton's Playhouse de Harlem - 206 West 118th Street - NY 10026 -  le J.C. Hopkins Mini Big Band

- Les Samedi soir dès minuit : Au Smoke de Harlem - 2751 Broadway NY 10025 - Johnny O'Neal, l'un des meilleurs pianistes de la planète ! (vérifiez qu'il n'est pas en tournée à l'étranger). 

- Les Dimanche matins : Gospel à la 2nd St John Baptist Church de Harlem - 141 West 118th Street - NY 10026 -  C'est une église non touristique où l'on joue du Gospel très traditionnel, avec un chœur de 8 chanteuses et des solistes. La moyenne d'âge est de 60 ans. A ne rater sous aucun prétexte.

- Les Dimanche soirs : Jazz classique au St Mazie - 345 Grand Street à Brooklyn.                                      -

 

De plus, les amateurs de piano stride peuvent souvent retrouver le pianiste Ehud Asherie au Mezzrow de Greenwich Village - 163 West  10th Street NY 10014 - ou au Fat Cat - 75 Christopher at 7th Avenue.                 -

 

Enfin, toujours en stride, on peut écouter les lundi soirs au Café Caryle (pour 150 $) - 36 East 76 street, entre Madison Ave et Park Ave - le pianiste Conal Falks accompagnant Woodie Allen, lui-même, qui joue encore très bien de la clarinette dans le style New-Orleans.

Jean-Baptiste FRANC    Piano Stride, Swing and Blues

Note du Site : Jean-Baptiste Franc est Lauréat du Concours International de Piano Stride 2018 organisé par l'université Ole Miss du Mississipi aux Etats-Unis.

 

Photo : J.C.Hopkins au Milton's Playhouse de Harlem. Cliquez sur le visuel pour l'agrandir 

07/12/2019 LE CHICAGO BLUES FESTIVAL A RODILHAN - PRES DE NIMES783

Pour le Chicago Blues Festival, c'est la tournée du 50e anniversaire de sa création. Et, depuis 50 ans, l'association nîmoise Jazz 70 accueille chaque année le Chicago Blues Festival !

Vendredi 29 Novembre 2019, le vaste Centre Culturel de Rodilhan était archiplein, ce qui rend particulièrement heureux les amateurs de Blues dont je suis. 

 

L'affiche était alléchante, avec ce Blues Band composé de : Wayne Baker Brooks (guitare et chant), fils de Lonnie Brooks à qui il ressemble beaucoup physiquement et par la vêture, chapeau compris. Russell Green (harmoniciste et chanteur) qui porte dans un sac à sa taille 12 harmonicas spécialement fabriqués pour lui. Maurice John Vaughan (guitariste, chanteur) et de plus aux claviers. Melvin Smith à la guitare basse, Willie Hayes aux drums. Truddy Lynn la plantureuse chanteuse, à la voix d'alto.

 

Après une intro musicale, chacun des musiciens du Blues Band s'exprima dans de nombreux morceaux. Voici certains de ceux que j'ai le plus appréciés : 

- Russell Green chante avec conviction et feeling : Believe in love, Going down south, Lover man. Pour Help me, son interprétation toute personnelle renouvela celle de Sonny Boy Williamson.

- Maurice John Vaughn s'accompagne au choix aux claviers ou à la guitare pour : I wanna be your spy, Help your fellow man et, avec sa touche personnelle, le fameux morceau de John Lee Hooker : Serve me right to suffer.

- Wayne Baker Brooks chante des morceaux de sa composition, mais ausi des blues traditionnels tels que : Hoochie Coochie man, Born under a bad sign, Baby what you want to do.

- Trudy Lynn (photo) affirme sa présence sur scène avec : Blues keep knockin', Blues ain't nothing, Rambling blues, et surtout Pityful.

 

La salle survoltée a bissé le Chicago Blues Festival et ce rappel fût l'apothéose, avec un medley des artistes composé de divers Blues connus de tous. 

Marie-France DEMBELE    Membre du Hot Club de France

- Photo : Truddy Lynn (voc) - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

06/12/2019 CONCERT DE MONTY ALEXANDER A BORDEAUX781

Au cours de sa nouvelle tournée européenne, Monty Alexander s'est produit vendredi 29 novembre 2019 à Bordeaux - Auditorium de l'Opéra - dans le cadre du 10e Festival L'Esprit du Piano.

Accompagné par le bassiste Hassan Shakur et le batteur Jason Brown, le pianiste et ses deux habituels partenaires ont donné un splendide concert qui a ravi un  public venu nombreux. Salle comble !

 

Fidèle à ses habitudes, Monty Alexander, en virtuose passionné mais aussi en musicien expressif a, sur chaque thème, raconté une histoire. De même, comme depuis toujours, il a alterné les tempos - avec des multiples citations - et les rythmes - avec quelques références à ses origines jamaïcaines -  les compositions personnelles, les medleys bienvenus et les standards copieusement revisités. Parmi ces derniers, furent particulièrement appréciés :

- Smoke gets in your eyes, une originale version de Sweet Georgia Brown (sur tempo rapide), 

- Et, avant le rappel, l'éternel Day-O (The Banana Boat Song) interprété au mélodica. Le célèbre chanteur Harry Belafonte en fit un immense succès en 1956.

 

Une longue ovation, persistante et amplement méritée, salua la sortie de scène du trio.

 

Michel LALANNE   Vice-président du Jazz Hot Club de Bordeaux

- MONTY ALEXANDER avec HASSAN SHAKUR à la contrebasse (Photo Michel Lalanne ). Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

06/12/2019 DENISE GORDON A MONTARGIS780

En arrivant au Tivoli de Montargis, dimanche 17 novembre 2019, Jean-Marc Berliere a croulé sous les compliments des gens qui le félicitaient pour le concert précédent de Nicki Parrott ... Et ils n'avaient pas encore tout entendu !

 

Denise Gordon est une Anglaise, originaire des Antilles Britanniques (l'île de Navis), vivant, dans la banlieue de Londres, à Northampton ville célèbre pour son orchestre centré sur la musique de La Nouvelle Orleans : le Ginger Pig Band. Denise Gordon est une habituée de JazzAscona où elle a donné une brillante prestation, en 2018, notamment avec le JazzAscona Social Club (Patrick Artero, Thomas L'Estienne, Guillaume Nouaux, Sebastien Girardot, David Paquette, Denny Illett et Ole Fessor Lindgren).

Denise a appris le chant à l'église et nous a donné un concert composé aux deux tiers de Gospel music et d'un tiers de chant du sud des États-Unis. Elle était accompagnée par Cesar Pastre (excellent à l'orgue), Drew Davies (en pleine forme au saxophone ténor) et Mourad Benhamou  swinguant à la batterie.

 

- La partie profane nous permit d'entendre : Mardi Gras in New Orleans, The Darktown struter's bal et Bourbon street Parade... 

- La partie sacrée : He's got the whole world in his hands, The Gospel train, On my way to Cannan, Just a closer walk with Thee ... Un répertoire très fortement inspiré par Mahalia Jackson ou Sister Rosetta Tharpe, qui sont ses deux références/influences qu'elle cite au cours du concert.

Denise a un chant rugueux et très énergétique, un fort vibrato, un son très noir. Elle envoûte son public, là où Nicki Parrot cherchait à le séduire (voir compte rendu du concert du 10 Novembre). Elle nous montre que La Nouvelle-Orléans n'est que l'extrémité des Antilles et que les chanteurs et les musiciens antillais fournissent beaucoup de grands musiciens de jazz (citons, par exemple, le jamaïcain Monty Alexander).

 

Une bien belle soirée ! Quelle bonne idée de faire venir Denise et quelle meilleure idée encore de la faire accompagner par un jeune et brillant organiste. Vous avez peut-être remarqué que le président et maître de cérémonie du Hot Club du Gatinais avait un faible pour l'orgue... Si vous cherchez à faire un cadeau à Jean-Marc pour Noël !

 

Jacques BESSE   Membre du Hot Club de France

- Denise Gordon (Photo Jean-Marc Berlière) - Cliquez ur le visuel pour l'agrandir

05/12/2019 NICKI PARROTT A MONTARGIS779

Grâce au Hot Club du Gâtinais, nous avons eu la chance d'écouter, dans cette lointaine banlieue de Paris, deux remarquables concerts à une semaine d'intervalle. Je voulais faire un commentaire dans le genre : Deux divas à Montargis, mais j'ai trop de choses à vous dire pour pouvoir faire court. Donc, je vais faire long mais en deux commentaires.

 

David Blenkhorn guitariste langonais bien connu - mais aussi australien - a organisé une tournée pour sa compatriote australienne*. Il a regroupé autour de Nicki Parrott  (contrebasse et chant) un All stars comprenant Engelbrecht Wobel (saxophones et clarinette), Malo Mazurié (trompette), François Laudet (batterie). 

Donc, Dimanche 10 Nàvembre 2019, au Tivoli de Montargis, deux musiciens qui viennent rarement en France :

 

 Nicki Parrott et Engelbrecht Wobel

 

- Engelbrecht (cl) et David (gu) nous ont délectés dans le répertoire Charlie Christian/Bennie Goodman - Seven come Eleven et The wholly cats) - Engelbrecht (ss) évoqua bien sûr Sidney Bechet - Si tu vois ma mère - Sur les autres morceaux, il alterna clarinette et saxophone ténor. J'ai omis de vous dire qu'Engelbrecht - l'un des meilleurs musicien Allemand - ne se serait jamais produit en France.

Que c'est loin l'Allemagne !

- Mais, Nicki Parrott par son swing, son chant - inspiré des grandes chanteuses blanches, Peggy Lee entre autres - son charisme et sa gentillesse, fut celle qui a ébloui le concert. La tension monte sur Fever, s'installe sur The man I Love et se termine sur La Mer, accompagnée de sa seule basse puis par tout l'orchestre.

David Blenkhorn chante sur A Lucky So and So, puis Le blues ce n'est pas mal. Malo Mazurié se déchaîne dès qu'il prend un solo, porté par la fantastique section rythmique : Blenkhorn, Parott et Laudec. On ne doit pas faire mieux dans le monde aujourd'hui ! 

Une superbe soirée.

Jacques BESSE   Membre du Hot Club de France

- Souvenirs : Nicki Parott fut à JazzAscona la bassiste préférée du grand trompette Waren Vaché, est-ce toujours le cas ? C'est super, on va pouvoir lui poser la question dimanche  8 décembre 2019 au Tivoli de Montargis !

 - Nicki Parott (Photo Jean-Marc Berlière). Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

*Ne prenez pas un ticket pour Melbourne pour aller écouter Nicki, elle s'est installée aux Etats-Unis, dans le Connecticut. 

 

 

02/12/2019 PHOTOS DE JAZZASCONA 2019 PAR JEAN-CLAUDE DUCOMMUN778

Jean-Claude Ducommun a photographié pour nous les artistes du festival JazzAscona 2019.

Tous les amateurs de Jazz qui sont passés à JazzAscona connaissent bien Jean-Claude. Son béret basque, sa moustache, son appareil photo et sa grande gentillesse en font un personnage reconnaissable du festival. Festivaliers, vous avez tous entendu l'accent trainant de ce Suisse francophone de Neuchâtel !

 

Sur une page photos JazzAscona 2019 de ce site du Hot Club de France, nous avons regroupé 26 photos présentant quelques-uns des meilleurs musiciens de JazzAscona 2019. Attention ! Ils ne sont pas tous là : d'abord un problème de place - plus de 300 musiciens ont participé à ce Festival - mais aussi un problème technique qui nous a privé du reportage des trois premiers jours. Donc, en particulier, des photos du Big Band de Paolo Tomelleri et de l'orchestre de LeRoy Jones. Alors qu'elles auraient largement mérité de figurer dans cet album*.

J'espère que ses photos rappelleront de bons souvenirs à ceux qui étaient là... et donneront quelques regrets aux autres de ne pas être venus.

Jacques BESSE   - Membre du Hot Club de France

- Jean-Claude Ducommun (Photo Jacques Besse) Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

 

* Les photos présentées (copyright Jean-Claude Ducommun) sont celles de : Monty Alexander (p), Simon Boyer (dr), Jason Brown (dr), Brenno Boccadoro (p), David Blenkhorn (gu,voc), Helen Birath (voc), Léon Brown (cnt), Pugsley Buzzard (p,voc), Geof Bull (tp),  Luis Colomna(p), Alcopley (p,voc), Pablo Campos (p,voc), Bob Cuverhous (p), Philip De Smet (ts,tb), Drew Davies (sax) Mma Ines (voc), Noja Jones (voc), Carl Lee King (p,voc), Jean Luley (p), Thomas L'Estienne (cl), Martin Lechner (voc), Frank Marsigliese (tp), Trixie Minx (danse), David Paquette (p,voc), Henrique Para (dr,voc), Adonis Rose (dr), Sandro Schnebelli (gu), Anita Scott (b), Hasan Shakur (b), Monique Thomas (voc), Thomas Winteler (sax), Christian Winteller (sax), Georges Washinmachine (viol,voc), Michel Watson (tb), Star Wax (voc) .

14/11/2019 HOMMAGE A PIERRE CHRISTOPHE - PRESIDENT D'HONNEUR DU HCMO777

Comme tous ses nombreux amis, je ressens un immense vide avec la disparition de Pierre Christophe (Membre du Hot Club de France et Président d'Honneur du Hot Club Marennes-Oléron). Je ne l'ai vraiment connu qu'un peu plus de dix ans, et j'ai été frappé par sa puissante personnalité très attachante dont je désire témoigner ci-dessous. 

 

En premier lieu, je dirais que Pierre était un connaisseur : s'il s'intéressait à quelque chose, c'était toujours pour en saisir toutes les nuances, toutes les tendances pour ensuite dégager sa propre opinion avec un goût sûr. 

Pierre avait de nombreuses passions mais celle qui dominait sans doute le plus était la passion de la musique et surtout du jazz. Il fut membre du Hot Club de Limoges, aux premières loges avec Jean-Marie Masse, à la grande époque où défilaient dans cette ville les meilleurs artistes américains. S'il était résolument pour le jazz façon « Hot Club » (mais en existe-t-il un autre ?) c'était avec un esprit très ouvert et une bonne connaissance de tout ce qui paraissait. Les musiciens actuels comme Wycliffe Gordon l'intéressaient beaucoup, et il appréciait aussi la musique classique, me parlant volontiers de son goût pour les compositeurs russes de la fin du XIX° siècle (Borodine, Moussorgski, …).

Et, de plus, il était doté d'une oreille quasiment infaillible qui identifiait les musiciens les plus inattendus. 

 

Que dire du vin ? Sa cave riche d'environ 1500 bouteilles voisinait avec sa collection de disques. Il avait son réseau de vignerons, surtout dans les vins de Loire qu'il chérissait tant. Il nous honorait généreusement chaque lundi d'une dégustation et sur sa table apparaissaient des étiquettes et des cépages inattendus sélectionnés avec soin. Ses goûts étaient aux antipodes des modes, comme celles incarnées par Robert Parker, le célèbre chantre d'un vin de Bordeaux formaté. "Ici on n'aime pas trop les Parker " disait-il ironiquement ! 

Pierre adorait aussi la cuisine et les bons plats. Il avait le génie d'improviser des mets succulents au gré de son inspiration. Le goût sûr ! 

J'étais toujours impressionné par la collection de Connaissance des arts  qui tapissait les étagères de son bureau. Pierre était incollable sur la peinture et peignait lui-même de très belles aquarelles ou huiles sur divers supports. Quelques-unes ornaient son salon, mais il avait aussi une collection de toiles de divers peintres d'une notoriété certaine qu'il accrochait ou décrochait selon son humeur. 

On pourrait parler aussi du marin et de son voilier, de l'amateur d'aviation (il faisait des maquettes), du fin lettré, du jardinier … 

 

Pierre était un battant, lui que la vie n'a pas toujours favorisé. Tour à tour instituteur dans la campagne limousine dans les années 50, officier en Tunisie, médecin de campagne remplaçant, il devint finalement pédiatre à force de travail acharné et de volonté. Chapeau ! 

Tout était passion chez Pierre, mais toutes ses passions ne l'empêchaient pas d'être ouvert aux autres avec simplicité et bienveillance quelle que soit l'origine de ses interlocuteurs. S'il pouvait être critique et ferme dans ses choix, il savait exprimer ses convictions avec courtoisie et respect d'autrui. 

 

Sa grande générosité l'incitait à partager largement son expérience et ses connaissances, ouvrant à tous les portes de son domicile.

Il aimait la vie, l'amitié, les autres … 

 

Je me plais à penser qu'il est à présent  In The Upper Room  chanté par sa chère Mahalia Jackson, lui, le chrétien agnostique, comme parfois il aimait à se définir avec humour. 

Claude BISSERIEX   

- Photo de Pierre Christophe en 1951, lorsqu'il était membre du Hot Club de Limoges.

26/10/2019 GUILLAUME NOUAUX & THE CLARINET KINGS 776

 

Le batteur Guillaume Nouaux a réalisé un nouvel album de 2 CD intitulé :

Guillaume Nouaux & The Clarinet Kings.

 

Au fil de 24 morceaux, Guillaume Nouaux y accompagne 11 clarinettistes dont :

Evan Christopher, Engelbert Wrobel, Aurélie Tropez, Jérôme Gatius, Frank Robersheuten,

Jean-François Bonnel ...

 

Cet album paraîtra fin novembre 2019, mais il est déjà possible de le précommander auprès de Guillaume Nouaux.

 

Guillaume Nouaux & The Clarinet Kings sera chroniqué dans un prochain numéro du Bulletin du HCF.

Bernard JOUAN    - Président du Jazz Hot Club du Bassin d'Arcachon (JHCBA)

- Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

21/10/2019 HCMO : DECES DE PIERRE CHRISTOPHE775

 

C'est avec une profonde tristesse que le Hot Club de France vous fait part du

 

Décès de Pierre Christophe survenu, le 20 octobre 2019, à l'âge de 89 ans. 

 

Pierre Christophe était :

- Membre du Hot Club de France 

- Président d'honneur du Hot Club de Marennes-Oléron (HCMO) dont il fut le fondateur.

 

Toujours aussi actif et enthousiaste du Jazz Authentique auquel il s'était voué sans compter, l'âge ne semblait pas avoir de prise sur lui. 

 

Sa disparition laissera un grand vide parmi les amateurs éclairés de notre musique.

Dominique BRIGAUD    - Secrétaire Général du Hot Club de France.

- Les obsèques de Pierre Christophe seront célébrées Jeudi 24 Octobre 2019 à 15 h en l'église de Saint-Trojan-Les Bains (Île d'Oléron F.17 - Charente-Maritime).

 

- Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

14/10/2019 - RETARD DU BULLETIN DU HCF 682774

À la suite d'un problème technique, la parution du numéro 682 du Bulletin du HCF (Août-septembre 2019) est en retard. Il a été posté Lundi 14 Octobre 2019 et nos abonnés français devraient le recevoir courant de cette semaine. Nous nous excusons de ce retard.

 

Au sommaire de ce numéro 682 :

- Propos, par François Desbrosses

- Leroy Carr (Blues) - Le Révolutionnaire calme, par Jacques Morgantini.

- Sourdines, pour quoi faire ? (2e partie), par Laurent Verdeaux 

- Johnny Simmen (interview de 1983)

- CD chroniqués (6).

- De retour du festival Boogie et Blues de LaRoquebrou 2019, par Alain Charbonnier.

 

Nous avons pris nos dispositions pour que le numéro suivant (683-Octobre 2019), actuellement en cours d'impression, ratrappe ce retard.

Dominique BRIGAUD   Rédacteur en Chef du Bulletin du HCF

- Le Bulletin du HCF est l'organe musical du Hot Club de France.

 

- Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

10/10/2019 EMISSION LA PLANEZE DU JAZZ SUR RADIO MARGERIDE773

Radio-Margeride est une station associative qui émet depuis les confins de la Lozère et du Cantal, et qui couvre sept départements sur  la fréquence Fm 94.1 . Mais elle est aussi mondialement accessible via Internet. 

 

Au sein de cette radio, Laurent et Pascale Verdeaux - qui résident dans le Cantal - sont les producteurs de l'émission La Planèze du Jazz, diffusée chaque mercredi de 17 h 30 à 18 h 30 (sauf en juillet, août, septembre), qui a repris sa diffusion 2019/2020, le 9 octobre *. Cette émission existe depuis 1987 et connaîtra bientôt sa 1300 e.

 

Jingle de l'émission :

 

 

Le but de La Planèze du Jazz est de donner à un public populaire une idée de ce qu' est le Jazz-Jazz et de lui faire apprécier cette musique jusque dans les étables et sur les tracteurs ! C'est pourquoi les paramètres des enregistrements diffusés ne sont donnés qu'exceptionnellement. D'innombrables retours de l'environnement immédiat, mais aussi du reste de la France et de l'étranger, montrent que cet objectif est atteint. 

 

Les thèmes des émissions de La Planèze du Jazz découlent parfois de l'actualité musicale, mais aussi essentiellement de l'humeur du moment. De temps en temps, l'émission fait appel à des concerts enregistrés. Elle peut aussi fonctionner avec des cycles sur tel ou tel orchestre ou musicien.

 

Le site de Radio Margueride  permet aussi d'acceder aux émisions podcastées de La Planèze du Jazz .

Laurent VERDEAUX   

* Note du Site (Commentaire reçu le 12/10/2019) : Pour cette émission du 9 octobre 2019, je donnerai - en plus d'à la musique évidemment - la palme aux anecdotes : les pp de Louis Armstrong chez Fletcher Henderson, la couverture de Bessie Smith lors d’un enregistrement, ou encore la pétition signée par Nat King Cole dans un quartier chic (réservé aux Blancs) de sa ville...

Car, Pascale et Laurent Verdeaux, animateurs érudits de la Planèze du Jazz sur Radio Margeride, ont vraiment l’art de raconter les anecdotes. Eric Grossenbacher

07/09/2019 BARJAC EN JAZZ - CHARLIE OLYMPE HOMMAGE A FATS DOMINO772

Hommage à Fats Domino Concert du dimanche 25 Août 2019

 

Chaque année, à Barjac - petit village du Gard réputé pour sa brocante annuelle du 15 août (de renommée mondiale) et ses repas bio servis aux enfants des écoles - se tient Barjac en Jazz, un festival de jazz dans la cour du château. Bob Mazarguil en est le directeur artistique. Ce festival met toujours en valeur des artistes interprétant du jazz authentique. 

 

Cette année, mon emploi du temps ne m'a permis d'assister qu'au dernier concert : Hommage à Fats Domino par Charlie Olympe, pianiste et chanteur accompagné de son orchestre comprenant une très bonne section rythmique : Didier Marteau (dr) et Mathieu Cassagne (b), et les sidemen Philippe Massieux (ts) avec deux trombones : Olivier Codart et François Mintronne.

Les quelques informations recueillies sur Internet nous apprennent que Charlie Olympe est un autodidacte influencé par Champion Jack Dupree, Professor Longhair  et …Fats Domino.

 

Charlie Olympe entremaille ses chants de l'histoire de Fats Domino. Ainsi, il nous précise que c'est Hugues Panassié qui fit connaître Fats Domino en France. Charlie Olympe se coule parfaitement dans le rôle de Fats Domino avec toutefois une différence de taille : il est tout en longueur et minceur alors que Fats Domino était tout en rondeurs ! Il joue du piano et chante avec conviction et feeling de nombreux succès de Fats. Le saxo-ténor intervient, tout en douceur, entre un solo de chacun des trombones. Le rendu de ces interprétations est tel qu'en fermant les yeux, j'avais l'impression d'entendre l'orchestre de Fats Domino tel que je l'ai entendu - sans trompette - à l'un des Festival de Jazz de Nice.

Le public est conquis, l'orchestre, très applaudi, revient en nous jouant le traditionnel « Oh when the Saints…»

 

- Charlie Olympe Hommage à Fats Domino : Un ensemble à recommander aux organisateurs de concerts 

- Barjac en Jazz : Un festival à soutenir par la présence de nombreux amateurs de Jazz Authentique.

Marie France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Charlie Olympe (vidéo) puis Fats Domino (audio) sur You Tube

 

- Charlie Olympe (photo MFD) Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

 

03/09/2019 Boogie Woogie de Laroquebrou 2019 (8) PIANISTES DE LA DERNIERE SOIREE771

Soirée du 10 Août 2019

 

- Une mention spéciale pour le jeune couple de pianistes suisses - Jojo, à la chevelure flamboyante et Jack Carpenter, son époux - car, il est rare de voir et d'entendre une si frêle femme jouer du Boogie Woogie. L'avenir pianistique leur appartient !

 

- Je m'interroge encore sur le pianiste anglais Dany Vincent qui, nous a-t-on dit, serait inspiré par Memphis Slim : je n'ai rien trouvé de cette influence dans son jeu.

 

-  Sébastien Troendlé, assis sur un énorme ballon, nous a fait une démonstration convaincante de ses talents de pianiste, de compositeur, d'arrangeur et d'interprète, en solo ou avec l'orchestre du festival, en jouant : Low Society de Ray Charles, Mary's boogie de Mary Lou Williams, Saint-Louis Blues à la manière d'Earl Hines... Toutefois, Le pédagogue se devine toujours au travers de son répertoire et ses interprétations. 

 

- Mention toute spéciale au batteur Torsten Zwingenberger qui nous a fait revivre avec la batterie les divers sons émis par les vieux trains à vapeur, au démarrage, dans les montées et à l'arrivée en gare. C'était « bluffant » !

 

- Et puis, le Révérend Jo Schumacher - Eh oui, il est pasteur - Voilà un artiste d'une élégance discrète, né en 1965 en Allemagne, formé à la musique classique, qui eut un véritable coup de foudre pour le Boogie Woogie après avoir entendu le pianiste Axel Zwingenberger. Jo Schumacher et le batteur Torsten Zwingenberger s'épousent parfaitement pour nous délivrer une musique si swingante, que le public exprime sa joie par une standing ovation bien méritée. Par son jeu ce pianiste nous a dévoilé, avec pudeur, une grande sensibilité. Il a vraiment tout compris du jazz authentique. 

 

Le 21eFestival International de Boogie Woogie 2019 s'achève sur une jam session des musiciens présents. 

Et maintenant, Vive le 22e Festival de 2020.

Marie France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Jojo et Jack Carpenter (Photo MFD) . Cliquez sur le visuel pour l'agrandir. 

02/09/2019 Boogie Woogie de Laroquebrou (7) - LES PIANISTES DE L'OUVERTURE DU FESTIVAL770

Soirée du 8 Août 2019

 

À Laroquebrou, le festival débute toujours avec des pianistes de Boogie Woogie :

 

 - Ce sont Les French Boogie Boys, le très charmeur Bruno Duyé et le plutot sérieux Christophe Benz, qui ont "ouvert le bal " avec notamment : Careless Love, Red sails in the sunset, Twenty Finger Boogie, Cincinatti Stomp, Rose Blues for Mrs Rose. 

 

- Puis, ce fut au tour de l'américain Louisianais Mitch Woods, déjà venu à Laroquebrou, de nous bercer avec vigueur de la voix et du piano, avec : Let's the good time roll, Rock'n Roll and Boogie Woogie too, Caledonia, Jambalaya et plusieurs morceaux de Fats Domino. Les danseurs du festival nous firent alors une belle démonstration de Boogie Woogie, agrémentée de figures de Lindy Hop.

 

Il est à remarquer que, lorsque l'Orchestre du festival accompagne les pianistes, outre une section rythmique impeccable - Torsten Zwingenberger (dr), Gilles Chevaucherie (b), Christophe Davot (gu) - Pierre-Louis Cas, au ténor ou à l'alto, nous montre, avec passion, inspiration et force swing ce qu'est un saxo-hurleur. Et, quand Christophe Davot à la guitare joue un solo, les danseurs se déchaînent. 

 

- Julien Brunetaud, tout aussi inspiré au piano qu'à la voix, en duo avec Jo Schumacher (p), ont interprété Hello girls that you remember me. 

 

Les pianistes présents ce soir-là - y compris notre maître des cérémonies, Jean-Paul Amouroux - ont tous exprimé à 4 mains, 6 mains, 8 mains... voire plus, leur joie de vivre grâce au Boogie Woogie.

 

A Suivre...

 

Marie France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Bruno Duyé et Chritophe Benz . Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

01/09/2019 Boogie Woogie de Laroquebrou (6) FRANCK DIJEAU BIG BAND769

                                               Le Grand Orchestre de Franck Dijeau  -  Concert du 9 Août 2019

 

Ce Festival de Laroquebrou nous réserve toujours des surprises de taille...et de quelle taille ! Cette année, ce fût le Franck Dijeau Big Band : un orchestre de 17 musiciens. Quand on sait combien il est difficile de monter un grand orchestre et de le faire vivre, nous pouvons affirmer qu'il s'agit là d'un véritable exploit. De plus cet orchestre comprend de nombreux jeunes musiciens, ce qui est particulièrement encourageant pour l'avenir de notre musique.

 

Jean-Paul Amouroux nous le présente, comme le seul grand orchestre jouant régulièrement du Boogie Woogie... Et, en effet l'orchestre, dans un bel ensemble, débute son concert par le très swinguant Hamp's Boogie Woogie Mais on constate rapidement que cet orchestre manque de pratique régulière de concerts publics. De ce fait les solos pris par les jeunes musiciens sont trop souvent académiques, alors qu'ils devraient être l'occasion d'exprimer spontanément, avec l'instrument, des ressentis personnels. 

 

Si au début je fus un peu gênée car le piano n'était pas suffisamment audible,  tout s'est arrangé rapidement, et j'ai ainsi pu apprécier le jeu de Franck Dijeau ... et sa grande capacité à diriger vigoureusement son si grand orchestre. 

Notre ami Laurent Verdeaux qui écoutait le son en accoustique, côté souffleurs depuis les coulisses, pour entendre le vrai son, m'a dit que les ensembles et particulièrement les trompettes étaient plutôt bons. L'un des trompettes (?), s'est même particulièrement illustré dans un solo qualifié de « foudroyant » par Jean-Paul Amouroux.

 

A Suivre...

Marie France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

28/08/2019 SHAKE 'EM UP JAZZ BAND768

Six Fabuleuses Musiciennes

 

Si vous aimez les femmes, fermez les yeux et écoutez chanter Chloe, Marla, Molly, Haruka, vous les aimerez encore plus et vous souhaiterez en ouvrant les yeux que la caméra cadre Defne ou Julie ! 

Vous ferez alors, vôtres, les mots de Trevor Stent : "Elles sont des musiciennes fabuleuses et elles sont adorables".

Trevor Stent est l'organisateur du Festival de Châteauneuf-du-Faou, en Bretagne. Il les avait déjà programmées en 2018 et les a fait revenir le 5 juillet 2019 à Pleyben. Visiblement elles ont apprécié car, le lendemain, elles donnaient un concert impromptu au Tal à Pont, un bar de Châteauneuf-du-Faou, partenaire du festival.

 

Fabuleuses !

Trevor a dit : "Fabuleuses" Comme il a raison ! Pour vous en convaincre, je vous propose :

- Sur le site internet de Bandcamp, l'écoute de leur dernier album : "The Boy In The Boat"

Notez que sur ce site internet Bandcamp, vous pouvez acheter l'album complet ou acheter le morceau de votre choix. En plus, vous pouvez écouter gratuitement avant d'acheter ! On en rêvait, ils l'ont fait !

- Sur YouTube, une vidéo faite par OffBeat Magazine

- Sur YouTube, les vidéos faites à Pleyben et au Tal Ar Pont de Châteauneuf-du-Faou.

 

Quand Shake 'Em Up Jazz Band n'est pas en tournées, on peut entendre ses musiciennes à la Nouvelle-Orléans dans cette formation ou dans d'autres orchestres, car elles sont très demandées, tant pour leurs improvisations collectives à trois voix (trompette-clarinette-trombone), leurs solos, leurs chants et la section rythmique.

Pierre INGRIN   Membre du Hot Club de France

- Sur la photo du Shake'em up Jazz band : De gauche à droite, Haruka Kikuchi (tb, voc), Defne Incirlioglu (wb), Marla Dixon (tp, voc), Julie Schexnayder (b), Chloe Feoranzo (cl, voc) Molly Reeves (gu, voc), Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

 

L'association orléanaise du blues O' swing souhaite programmer Shake 'Em Up lors de la saison Septembre 2020-Mai 2021. Puissent cet article et ses liens convaincrent aussi d'autres organisateurs de concerts français...

 

 

 

25/08/2019 Boogie Woogie de Laroquebrou 2019 (5) THE BLUES SISTERS767

The Blues Sisters - Concert du 10 Août 2019

 

Voilà deux chanteuses - Sylvia Howard et Shanna Waterston (photo) - qui ont baigné toute leur enfance et leur jeunesse dans le Gospel, formidable école pour les chanteuses de Blues : 

- École de la liberté d'expression de la voix encouragée par les fidèles, dans un cadre bien défini, 

- École de l'aisance à passer du chœur au solo. 

C'est tout cela qu'elles nous ont montré à LaRoquebrou dans le cadre du Blues.

 

Elles chantèrent tout d'abord séparément, avant d'être réunies, accompagnées de l'orchestre du festival, avec : au piano Jean-Paul Amouroux himself , Pierre-Louis Cas aux saxes, Christophe Davot à la guitare, Laurent Vanhee à la basse et Torsten Zwingenberger à la batterie.

Shanna Waterston, de sa belle voix d'alto, puissante et chaude, interprète tout d'abord « Everyday I have the blues » et « Route 66 ». Puis c'est au tour de Sylvia Howard, qui prend possession de la scène et de l'orchestre avec maestria pour nous chanter un « Stormy Monday » inhabituel et un rare « I got my Mojo Working » féminin.  Comment une voix aussi puissante et expressive peut-elle sortir d'une femme si menue ?

Il est manifeste qu'une fois réunies pour chanter ensemble « Kansas City » et « Rock me baby », c'est Sylvia, la plus expérimentée sur scène, qui dirige avec l'accord de Shanna, le chant et l'orchestre. Sylvia donne le tempo et fait participer la salle. Le public est conquis.   

 

Je regrette toutefois que, dans le final de la soirée, nos deux chanteuses de Blues n'aient pas pu être accompagnées aussi par les deux harmonicistes, Youssef Remadna et Vincent Bucher.  Ce sera peut être pour une autre fois ! 

 

A suivre...

Marie France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Shanna Waterston (photo : L'Alsace) . Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

22/08/2019 Boogie Woogie de Laroquebrou (4) - NIREK MOKAR766

DE L'ECLOSION A L'ENVOL   (Concert du 9 Août 2019)

 

Jean-Paul Amouroux, le Directeur Artistique du festival, nous a présenté le pianiste

Nirek Mokar -17 ans- comme un jeune Mozart ayant découvert le Boogie Woogie à 4 ans !

 

J'ai entendu pour la première fois Nirek Mokar, en soliste, à Laroquebrou, alors qu'il n'était âgé que de 14 ans. J'avais alors été frappée par sa remarquable technique pianistique, pour un si jeune homme. Je l'ai revu ultérieurement, à l'âge de 16 ans, lors du festival Jazzabar, accompagné déjà de l'orchestre des Boogie Messengers. Cette année, à Laroquebrou, je peux mesurer combien de progrès Nirek a accompli dans l'expression personnelle au piano et dans sa capacité à booster l'orchestre, sous l'œil bienveillant de Simon Boyer, le batteur.

Dès le premier morceau - Central Avenue Breakdown de Lionel Hampton - le tempo est donné par Nicolas Peslier à la guitare, Claude Braud se déchaîne au sax-ténor, bien soutenu par la section rythmique. Les danseurs sur la piste de danse s'en donnent à cœur-joie. 

Nirek nous annonce, avec une émotion qu'il a du mal à contrôler, qu'il va chanter pour la première fois. Cela est certainement devenu possible car, à son âge, sa voix a fini de muer. Il se lance... et le public est ravi ! C'est Claude Braud (ts) qui joue les premières notes du song : Careless Love. Dans son jeu de piano, Nirek nous montre alors combien il est imprégné de l'interprétation de Ray Charles. Puis Pierre-Louis Cas (as) se joint à l'orchestre pour l'interprétation de Swannie River

 

Nirek est sorti du nid, accompagné par les Boogie Messengers, il lance ses premiers trilles et prend maintenant son envol sur la route du Blues, du Boogie Woogie et du rock. A suivre et à encourager.

 

A Suivre...

Marie France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Cliquez sur la photo de Nirek Mokar chante pour l'agrandir (Photo : Christian Chapotat)


HOT CLUB DE FRANCE 2019