FORUM RÉAGIR

 

VOUS AVEZ LA PAROLE !

Si vous désirez faire connaître votre opinion, communiquer une information, faire une proposition, donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Merci de nous tenir informés de vos réponses, des réactions, des résultats et des commentaires à hcf@noos.fr
Ecrivez votre texte dans l'email, après avoir cliqué sur le lien ci-dessous,
(A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)
Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans l'un des forums du site.
<<
précédente
 page 1/44 (du 08/12/2020au 05/03/2021 
suivante
>>
<<
<
page 1/44
>
>>
05/03/2021 J'ATTENDRAI !866

 

Vu la situation sanitaire nous ne sommes pas encore autorisés à reprendre nos concerts de Jazz en Ville (Villejuif F.94). 

 

Pour vous faire patienter, voici un Film de 1933 sur le thème musical J'attendrai, que vous n'avez probablement jamais vu : 

 

Après un Concert de l'orchestre de Leon Abbey à La Boîte à Matelots (Paris 9e) avec : Rogelio Barba (piano), Arthur Lanier, Roy Butler, C. Saddler (anches), Herb Flemming(trombone), James Bell et Crickett Smith (trompette),Florentino Frontela (batterie), Jose Riestra (contrebasse), vous pourrez assister à plusieurs présentations de : Django Reinhardt, Stéphane Grappelli et le Quintette du Hot Club de France.

 

Ce film est une merveille !

Dan VERNHETTES    Directeur Artistique de JAZZ EN VILLE

- Photo de Django Reinhardt extraite du film. Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

04/03/2021 DECES DU TROMBONISTE CHRIS BARBER (1930-2021)865

Nous venons d'apprendre le décès, à l'âge de 90 ans, du grand tromboniste et chef d'orchestre anglais Chris Barber, survenu mercredi 3 mars 2021. Chris Barber eut une grande influence sur la façon de mettre en valeur le trombone dans un orchestre de Jazz New-Orleans. Il fut, avec Sidney Bechet, l'un des musiciens qui contribua le plus au renouveau du Jazz Traditionnel New Orleans en Europe et particulièrement en Grande-Bretagne. En 1991, Chris Barber fut anobli par la reine Elisabeth II et a publié ses mémoires, en 2014, dans un livre intitulé Jazz me Blues.

 

Chris Barber aida à faire revenir la popularité du Jazz Traditionnel en Grande-Bretagne, avec Kenny Ball et Acker Bilk qui ont séparément fait revivre cette musique. On les appelait, à l'époque, les trois B. 

Chris Barber fut, dès 1949, le leader de son propre orchestre, le Chris Barber Jazz and Blues band. Il aida à lancer la carrière de nombreux musiciens, notamment de la chanteuse de blues Ottilie Patterson - comme le montre la vidéo - et du chanteur-banjoïste Lonnie Donegan, dont les apparitions au côté de Barber sont à l'origine de la vague skiffle des années 50. Lonnie Donegan obtint son premier succès transatlantique (Rock Island Line) alors qu'il jouait dans l'orchestre de Chris Barber. Cet orchestre n'avait pas de pianiste.

 

En 1985, l'association Jazzogie avait organisé à Lyon un concert avec Chris Barber, accompagné de musiciens Lyonnais. 

 

Jacky BOYADJIAN   Président de LA NOJA

-  La NOJA a consacré sa Jazzette N°367 de Mars 2021 à un Hommage à Chris Barber

- Entre Juillet 1991 et Mars 2011 Le Bulletin du HCF a chroniqué 6 CD de et avec Chris Barber (Voir l'Index des CD chroniqués dans le Bulletin du HCF)

- Photo de Chris Barber. Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

03/03/2021 LOUIS PRIMA FOREVER EN VIDEOS864

 

Jeudi 25 février 2021, le Concert en streaming de l'orchestre Louis Prima Forever - que nous avions annoncé sur Forum Dates - fut une belle réussite.

 

C'était du direct et le spectacle n'est plus visible sur Internet. Certains regrettent de l'avoir manqué, d'autres de ne pouvoir le revoir.

 

Nous vous informons que sous la rubrique Vidéos de ce site du Hot Club de France, nous avons sélectionné deux vidéos de Louis Prima Forever enregistrées en 2017, lors du 56e Festival du Jazz Club de Saint-Leu La Forêt *. Bien que beaucoup plus courtes, elles sont très représentatives du concert en streaming auquel nous avons assisté.

 

Rappelons que l'orchestre Louis Prima Forever (Hommage à Louis Prima) est composé de : Stéphane Roger : Leader et Batterie - Patrick Bacqueville : Trombone, Chant - Pauline Atlan : Chant - Michel Bonnet : Trompette/Chant - Claude Braud : Saxophone/Chant - Fabien Saussaye : Piano - Nicolas Peslier : Guitare - Enzo Mucci : Contrebasse.

Pierre ROBIN   Site Internet du Hot Club de France

* Photo : 6 musiciens de l'orchestre Louis Prima Forever à St Leu- La Forêt (de gauche à droite : Nicolas Peslier, Patrick Baqueville, Enzo Mucci, Claude Braud, Pauline Atlan, Michel Bonnet. Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

23/02/2021 ADIEU CLAUDE CARRIERE862

 

Claude Carrière nous quittés le 20 février 2020, à l'âge de 81 ans.

 

Nous perdons un passeur de Jazz à la radio, un journaliste, un producteur phonographique, un pianiste recherché pour ses qualités d'accompagnement et un ami sincère. 

Au cours du dernier demi-siècle, Claude Carrière aura consacré son énergie, sa passion et son érudition à promouvoir le Jazz, avec bien sûr un penchant pour Duke Ellington dont il diffusa l'œuvre intégrale lors de 400 émissions à Radio France entre 1976 et 1984.

 

Officier des Arts et Lettres, Claude Carrière présidait La Maison du Duke, cofondée avec Christian Bonnet et dédiée à la mémoire de son grand homme, Edward Kennedy Duke Ellington. Sa légitimité ellingtonienne étant incontestable, il y a donné 30 conférences thématiques et signé la préface de la version française de l'autobiographie du Duke : Music is my mistress

 

Les obsèques de Claude Carrière se tiendront vendredi 5 mars 2021, en petit comité du fait des restrictions sanitaires.

 

François DESBROSSES   Président du Hot Club de France *

* François Desbrosses est également Membre du Conseil d'Administration de La Maison du Duke

- Claude Carrière - Photo Sophie Le Roux - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

 

13/02/2021 RAY NANCE - LE VIOLONISTE QUI JOUAIT DE LA TROMPETTE861

Ray NanceInternet nous réserve parfois de très bonnes surprises!

 

Je tiens à rappeler Jazz-Blues and Blog consacré au Jazz et au Blues dont le contenu me paraît toujours très intéressant. 

 

J'ai particulièrement apprécié son dernier article sur

Ray Nance quand il est au violon,

illustré par plusieurs excellents morceaux peu connus.

 

Ce blog est tenu par un amateur cherchant à faire partager sa passion. Sous un pseudonyme m'a-t-il dit, afin de se préserver d'éventuels débordements d'Internet.

 

Jazz -Blues and Blog est référencé dans notre page Sites Internet Sélectionnés .

 

Pierre ROBIN   Membre du Hot-Club de France

Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

12/02/2021 LA CHANTEUSE CAROL LEIGH NOUS A QUITTES860

Carol Leigh (1933-2020) était une chanteuse qui sortait de l'ordinaire…

Décédée le 22 décembre 2020 chez elle, à Ansonia (Connecticut), trois jours avant son 87ème anniversaire, Carol Ann Whitman-Leigh, née Karney, avait vu le jour dans une famille d'ouvriers d'origine irlandaise à Redwood City, banlieue sud de San Francisco, le jour de Noël 1933 .

Chanteuse beaucoup plus connue aux USA qu'en Europe, elle fut sur les planches dès l'âge de cinq ans, prélude à un parcours riche en collaborations huppées avec des gens aussi divers que Frank "Big Boy" Goudie, Turk Murphy, Cat Anderson, Henry Coker, Wingy Manone, Pops Foster, Wellman Braud, Little Brother Montgomery, Slim Gaillard, Kid Thomas Valentine, Capt John Handy, Franz Jackson, sans compter le pianiste Jim Dapogny ou les Original Salty Dogs, compagnons de route fidèles et réguliers.

 

Jusque dans les années 2000, elle faisait chaque année le tour de la planète en passant par l'Europe, l'Australie et le Japon, ce qui lui a aussi valu la fréquentation de Bent Persson (avec qui elle a gravé un superbe CD), de Bob Barnard (fameux trompettiste de Melbourne), de l'orchestre suédois Kustbandet et des New Orléans Rascals d'Osaka.

 

Carol Leigh avait très tôt découvert le blues, pour lequel elle avait une véritable passion. Nonobstant un teint de cachet d'aspirine, elle est considérée par beaucoup d'amateurs américains comme faisant partie des Black Pearls de la deuxième génération. Douée d'une mémoire étonnante lui permettant un répertoire de plus de quatre cents morceaux, sa culture jazzistique était hyperbolique et a stupéfié beaucoup de connaisseurs hexagonaux.

 

Elle fut pendant dix ans (1990-2000) l'inamovible chanteuse des Dumoustier Stompers, avec qui elle avait beaucoup d'atomes crochus*.

 

Un hommage musical lui a été consacré avec l'émission La Planèze du Jazz du 10 février 2021 (Radio-Margeride). Cet hommage radiophonique à Carol Leigh reste accessible en  

 

Podcast (Thème : La Planeze du Jazz - Rechercher - 10/02/21 - Télécharger) .

 

Laurent et Pascale VERDEAUX   

- L'émission radiophonique hebdomadaire La Planèze du Jazz de Laurent et Pascale Verdeaux est diffusée chaque mercredi à 17h30 sur l'antenne de Radio-Margeride (Ecoutez-nous). 

 

 * Enregistrements de Carol Leigh avec les Dumoustier Stompers 

CDBackwater blues, 1990 (Black & Blue) - Cakewalking babies, 1993/1995 (Black & Blue) - Agora stomp, 1999 (Black & Blue) - Inédits 1990/1999 (Jazz Odyssey Records) - On stage 1990/2000 (Jazz Odyssey Records) . DVD : Dumoustier Jazz n’ Blues, histoire d’un orchestre (Jazz Odyssey Records)

 

- Photo de Carol Leigh. Cliquez sur le visuel pour l'agrandir. 

06/02/2021 JEAN-PAUL INTRONISE AU BOOGIE WOOGIE PIANO HALL OF FAME 859

 Voici le certificat que je viens de recevoir de la part du Boogie Woogie Piano Hall of Fame de Cincinnati (Ohio) USA.

 

 

 

Il était accompagné du message suivant  :

 

 J'ai l'honneur d'adresser à Jean-Paul Amouroux ce certificat attestant son intronisation, le 5 Février 2021, 

 

au Boogie Woogie Piano Hall of Fame de Cincinnati (USA).

 

Son extraordinaire contribution à l'Art du Boogie Woogie est sans précédent dans l'Histoire du Boogie-Piano.

 

Phil Leming - Président du Boogie Piano Hall of Fame

 

Dans le cadre du Boogie Woogie Piano Hall of Fame, le Docteur Philip D. Leming, Professeur en recherches cancerologiques,  passionné de Boogie, organise chaque année à Cincinatti (Ohio) USA - au profit de la recherche contre le Cancer -  le Festival THE ARCHES BOOGIE PIANO STAGE, auquel je participe. (pas en 2021, pour les raisons évidentes d'épidémie Covid). 

 

Jean-Paul AMOUROUX   Pianiste de Boogie Woogie

 - Cliquez sur le visuel du certificat pour l'agrandir

 

 

03/02/2021 DE BELGRADE - SERBIE858

 

Mes meilleurs Voeux de Nouvel An 2021 - avec un certain retard, il est vrai !

Mais c'est de Belgrade en Serbie, de la part d'un ancien membre dévoué du Hot Club de France. De la part de l'un des rares qui se souvienne encore de la voix d'Hugues Panassié et de ses émissions de radio.

Voici l'insigne acheté de son vivant (Photo) : Je pense que c'est celui qui est allé le plus loin à l'Est !

 

Jazz radio Swing FM, la radio du Hot Club de Limoges, est 7 jours sur 7 dans mon ordinateur...

 

Radomir JECINAC   

Photo :  Insigne du HCF (années 70) - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

03/02/2021 THE HOT BUNCH 857

L'Occitanie aime le swing  !  

 

Pour preuve encore, cette vidéo que

 

La formation THE HOT BUNCH

 

nous a envoyée par l'intermédiaire de la page Facebook du site du Hot-Club de France

 

 

Cliquez sur l'image pour lire la vidéo

 

Ce petit orchestre fort sympathique se compose entre autres de la très dynamique et swinguante  Ophélie Luminati à la batterie et d' Ezequiel  Celada,  un  très bon saxo alto inspiré de Johnny Hodges.

 

The Hot Bunch se produit autour d'Albi et plus généralement dans la région toulousaine, voire même au-delà. Une partie de ces musiciens a également joué sous le nom The Buddy Jazz Club.

 

Ils méritent d'être encouragés et engagés dès que les concerts seront à nouveau autorisés.

 

CONTACT

Claude BISSERIEX   

27/01/2021 GUILLAUME NOUAUX SE SENT HONORE856

 

 

Très beau diplôme, joliment encadré, reçu ce jour dans ma boîte aux lettres !

Pour mon Double CD :

Guillaume Nouaux & the Clarinet Kings

 

J'avais appris récemment qu'il aurait dû m'être remis lors d'une cérémonie en grande pompe en mars 2020, pendant le South Town Jazz Festival dont je suis le Directeur Artistique. En raison de Mr Covid 19 et de son premier confinement, cette édition 2020 avait été annulée et il n'avait donc pu m'être remis en main propre. Je croise maintenant les doigts pour que l'édition 2021 ait lieu, même si je ne vous cacherai pas qu'au fond de moi,  je ne suis plus du tout confiant.

En tout cas, cela m'a fait super plaisir de recevoir cette récompense au courrier. Alors, je voulais dire un Grand Merci à toute l'équipe du Hot Club de France pour son choix et un merci tout particulier à Bernard Jouan qui, en tant que membre du Conseil d'administration du Hot Club de France, fut l'instigateur de cet Envoi surprise.

Guillaume NOUAUX    - Musicien et Producteur

- PRIX du HOT CLUB DE FRANCE 2019 : Prix Spécial du Jury au Double Cd Guillaume Nouaux & The Clarnet Kings (Autoproduit par Guillaume Nouaux ). Disque Chroniqué dans le Bulletin du HCF 685  de Décembre 2019

- Cliquez sur Guillaume Nouaux & the Clarinet Kings (en bleu) pour voir et commander ce double CD

- Cliquez sur le visuel du diplôme pour l'agrandir. 

22/01/2021 TROIS TITRES SUR TROIS TEMPOS855

Une quintessence de Blues 

John Lee Hooker en 1969,  

à  Antibes Juan-les-Pins.

 

Une voix qui clame le Blues et une guitare qui lui répond, comme une seconde voix. 

Mais aussi, le piano volubile de Sunnyland Slim… avec un soutien puissant de l'immense (tant physiquement que musicalement) Willie Dixon à la contrebasse, de Clifton James aux « drums » et de Johnny Shines à la seconde guitare.

3 titres sur 3 tempos différents pour bien démontrer, s'il en était besoin, que le Blues n'est pas un Slow!

Alain BARDE   - Jazz Hot Club Languedoc-Roussillon

- Cliquez sur John Lee Hooker en 1969 pour regarder et écouter la vidéo.

 

 

19/01/2021 ADIEU CLAUDE BOLLING854

 

Une bien triste nouvelle ! Beaucoup de souvenirs liés à mon père Georges Pétiard* qui appréciait beaucoup Claude Bolling. Je crois qu'ils étaient devenus amis pendant leur jeunesse et je n'oublie pas qu'il fut présent à l'enterrement de mon père.

Également, de nombreux souvenirs de concerts de Claude Bolling, vécus en famille avec mes parents, tant au Petit Journal St-Michel qu'à la grande époque du Jazz Club du Méridien. C'était à chaque fois exceptionnel, avec l'impression de vivre là de grands moments de musique.

 

Avec toutes mes condoléances à sa famille et une pensée profonde pour lui... au Paradis du Jazz.

Fabienne PETIARD   Membre du HCF-Paris

*Note du HCF : Georges Pétiard (décédé en 2005) fut, durant de nombreuses années, l'actif et efficace Vice-Président, puis Président , du HCF-Paris

- Photo : Georges Pétiard remettant à Claude Bolling le Grand Prix du disque de Jazz 1990 du Hot Club de France pour son enregistrement : Play Ellington Black Brown and Beige (Ades14168-2). Chroniqué dans le Bulletin du HCF N°385.

Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

14/01/2021 HOMMAGE A CLAUDE BOLLING853

Du piano solo au big band,

Claude Bolling défendra toute sa vie le vrai jazz que nous aimons.

 

Infatigable compositeur, arrangeur, chef d'orchestre, il propagera la bonne parole dans le monde entier, représentant le jazz français comme personne d'autre.

 

Personnellement, je retiendrai trois de ses disques, respectivement consacrés aux trois grands styles de piano Jazz : Original Ragtime (Philips 1966) - Original Boogie Woogie (Philips 1968) Original Piano Blues (Philips 1969)

 

J'avais engagé Claude Bolling au Festival International de La Roquebrou où il avait obtenu un gros succès, d'abord en piano solo, en 2004, puis en Big Band, en 2011. 

 

Claude est plus qu'un jazzman, c'est une légende, une star connue et appréciée de tous.

Jean-Paul AMOUROUX   Musicien

Photo : Claude Bolling et Jean-Paul Amouroux (La Roquebrou, 2004) Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

08/01/2021 BECAUSE OF SWING : NOUVEL ORCHESTRE AVEC BERND LHOTZKY852

 

Le pianiste et arrangeur Bernd Lhotzky m'a exposé l'évolution de sa participation orchestrale :

 

- Echoes of Swing tire sa révérence : " Après plus de 20 ans d'un travail d'équipe fructueux avec Echoes Of Swing, dans la même ligne de programmation, nous avons décidé - selon la devise Dans la vie, la seule constante est le changement - qu'il était temps de créer de nouveaux pâturages ! "

 

- Because of Swing (photo) : Suite à cette dissolution, trois anciens d'Echoes of Swing, Colin Dawson (tp, voc), Oliver Mewes (dr), Bernd Lhotzky (p), s'associent  avec Nina Plotzki (voc), Claus Koch (ts) et Henning Gailing (b) pour créer une nouvelle formation dénommée Because of Swing, qui célèbre le Jazz des années 30 et 40.

Pour cet orchestre Bernd Lhotzky précise : 

- " Nina Plotzki est un coup de chance incroyable, car... elle a choisi les bons modèles et elle a un énorme répertoire".  

- " Portez une attention particulière au saxophoniste-ténor Claus Koch. C'est un des meilleurs musiciens que j'ai rencontré. Quel swing et quel son ! Claus est fou de Chu Berry, de Don Byas et de Lucky Thompson " .

 

Quels compliments ! Vite, visionons 4 vidéos de Because of Swing*, toutes enregistrées en 2020 :

Sweet and Slow,   I Wan't Dance,   Pick Yourself Up,   You Go To My Head. 

Ralph BALLMER   

- Bernd Lhotzky (p) va aussi participer à la création d'une autre nouvelle formation : The Jam Cookies. Ce sera un Trio avec Claus Koch (ts) et Olivier Mewes (dr),

 

- Photo de l'orchestre Because of Swing - De gauche à droite : Olivier Mewes (dr), Nina Plotzki (voc), Henning Gailing (b), Colin Dawson (tp), Claude Koch (ts), Bernd Lhotzky (p). Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

 

* Trois vidéos de Because of Swing figurent, dés maintenant, dans la nouvelle Rubrique Vidéos du Site du Hot Club de France

05/01/2021 ADIEU CLAUDE BOLLING851

Nous avons appris, avec beaucoup de tristesse,

le décès de Claude Bolling, survenu mardi 29 décembre 2020, à l'âge de 90 ans

.

 

Claude Bolling fut l'un des plus grands musiciens du monde du Jazz.

 

Né en 1930, il se passionna très tôt pour la musique et s'intéressa au jazz dès sa treizième année, remportant en 1945 le premier prix de piano du tournoi amateur organisé par le Hot Club de France. La même année, grâce à ses premières compositions, il devint le plus jeune sociétaire de la SACEM. Très tôt en effet, il avait acquis des compétences poussées, en harmonie et composition, auprès du grand organiste Maurice Duruflé.

 

Pianiste prodige, il s'était remarquablement assimilé le style d'Earl Hines, puis celui de Duke Ellington. Son jeu percutant, son swing, son invention étaient marqués de sa forte personnalité : réécoutons par exemple ses enregistrements avec Mezz Mezzrow, Lionel Hampton ou Cat Anderson, ainsi que tous ses nombreux disques en piano solo ou en trio, sous son nom. Il tenait d'ailleurs à jouer chaque mois avec son trio au Petit Journal Saint-Michel, bondé à chaque fois bien sûr. 

 

Dès la fin des années quarante, il dirigeait son propre petit orchestre, excellent groupe souvent choisi pour accompagner les grands solistes américains de passage - comme Rex Stewart - ou séjournant à Paris (comme Albert Nicholas). Avec Roy Eldridge, il nous livra, en 1951, de sensationnelles versions de deux duos trompette-piano qu'avaient immortalisés Louis Armstrong et Earl Hines.

En 1956, dans le cadre du Club Français du Disque, Frank Ténot lui donnera la possibilité de monter son propre grand orchestre et de concevoir, pour celui-ci, ses propres arrangements, en vue de l'enregistrement de plusieurs microsillons. L'un en particulier sera consacré à la musique de Duke Ellington, que Bolling devait rencontrer pour la première fois, en 1958. Sans être la seule, l'influence du Duke restera ensuite prédominante dans l'œuvre de Claude.  Celui-ci conserva son grand orchestre toute sa vie et remporta avec lui un énorme succès, permanent et justifié, tant auprès des amateurs que du grand public, composant aussi d'innombrables morceaux pour en renouveler le répertoire. Son concert du dimanche, lors du brunch du Méridien-Etoile, attirait la foule et restera à tout jamais dans nos mémoires. Parmi ses qualités de chef d'orchestre figurait aussi celle de savoir choisir les meilleurs interprètes et solistes possibles : énumérer les musiciens français qui ont fait partie de son Big Band reviendrait à établir le gotha du jazz français. Tous avaient pour leur chef une immense admiration et une indéfectible amitié. Par chance, le Claude Bolling Big Band a beaucoup enregistré et cette production de très haut niveau a fait l'objet de parfaites rééditions récentes par Frémeaux et Associés. 

 

Claude Bolling, ce sont encore bien d'autres talents:

- À l'instar de Benny Carter, il fut aussi un remarquable compositeur de musiques de films. Les deux Borsalino et, pour la télévision, Les Brigades du Tigre, sont les plus célèbres.

- Il fut aussi l'auteur d'œuvres baptisées « Crossover », mêlant classique et jazz, qui remportèrent un grand succès. Il intervint également dans ce que l'on appelait La Variété, notamment avec le groupe vocal Les Parisiennes mais aussi en tant qu'orchestrateur et responsable des enregistrements pour différentes vedettes de la chanson. Cette activité foisonnante lui valut la profonde amitié de stars de l'écran ou de la chanson qui avaient pu apprécier ses talents – et sa personnalité, cordiale et sans détour - dans les multiples milieux où il intervenait, disons même au sein du monde du show-biz en général, dont il était lui-même devenu un représentant. 

François ABON   - Vice-Président du HCF-PARIS

- Signalons Bolling Story, le passionnant livre que Claude Bolling rédigea en collaboration avec Jean-Pierre Daubresse (éditions Alphée/ Jean-Paul Bertrand 2008). Livre Chroniqué dans le Bulletin du HCF N° 569 d'avril 2008.

31/12/2020 MEILLEURS VOEUX ... MEILLEURS VOEUX850

François Desbrosses

Président du Hot Club de France

Les membres du conseil d'administration

Toute l'équipe de son site internet

Vous souhaitent une agréable année 2021

En espérant le retour rapide

des Concerts publics de Jazz authentique.

 

Keep Swingin'

21/12/2020 FESTIVAL JAZZ A BLAUZAC 2020849

Chaque année, la mairie de Blauzac (F.30) nous demande de faire un compte-rendu, avec photos, pour le bulletin municipal. 2020 étant une année un peu vide, nous  avons osé un autre moyen de communiquer que nous partageons avec vous. 

 

Jazz à Blauzac 2020

 

On avait tout prévu à la dernière AG

Un programme de titans qu'on avait concocté :

Avec du jazz manouche, du blues, du swing et autres,

Des concerts en plein air nous étions les apôtres !

 

Avec nos 300 membres pour nous accompagner,

Tout était sous contrôle, rien pour nous arrêter

Ah ! la vie était belle aucune horreur du vide

Jusqu'au moment béni choisi par la Covid !

 

Oh ! le virus infâme ! Oh ! la jolie bébête,

Festival 2020 ? Un gros coup sur la tête !

Et nos concerts de rue ? Annulés eux aussi !

Repli à l'Ombrière ? Non, monsieur ! Interdit !

 

Pas  de concert d'avril, pas de fête des Rois,

Pas  de verres partagés, tout est devenu froid !!

On est un peu perdus, bénévoles au grand cœur !

Et qu'est-ce qu'un festival sans un seul spectateur ?

 

Comme chaque année bien sûr nous ferons le bilan

Et reviendrons vers vous plus ambitieux qu'avant

De ce passé malsain nous ferons table rase

Pour proposer encore de grandes soirées de Jazz

 

Robert FRATI   Président des Soirées de Blauzac

            Dans le cadre des Soirées de Blauzac, ce 9e Festival JAZZ à BLAUZAC (F.30), près d'Uzès, est maintenant planifié du 2 au 4 juillet 2021. (voir les artistes)

13/12/2020 HOMMAGE A DOMINIQUE BRIGAUD MUSICIEN848

 

A côté de l'érudit, du collectionneur, du chercheur minutieux et d'une culture hyperbolique ne se limitant d'ailleurs pas à une seule forme d'art, il y avait aussi le Dominique Brigaud musicien. Jazzman pur et dur, Dominique était un bon guitariste soliste, mais un rythmicien exceptionnel.

Pendant les vingt ans du parcours des Dumoustier Stompers, sa présence puissante et efficace a tenu ensemble notre grosse machine de neuf personnes, avec cette autorité dans la pulsation qui est la marque des meilleurs. Sérieux mais souriant, exigeant et toujours positif, grand stabilisateur d'un groupe turbulent, il nous était particulièrement précieux.

Discret et modeste, en une douzaine d'albums et malgré nos demandes, il n'a enregistré qu'un seul morceau le mettant en vedette.

 

C'est par ce morceau – It had to be you – qu'a débuté sur Radio-Margeride l'émission La Planèze du Jazz du 9 décembre 2020, entièrement consacrée à rendre hommage à notre ami disparu par l'évocation de son parcours et de son talent de musicien. 

Au moment où s'achèvent soixante ans de collaboration et d'une amitié qui n'a connu aucun nuage, cet hommage était pour nous la moindre des choses. Avec l'humour que nous lui connaissions, Dominique aurait sans doute fait remarquer que, comme ça, on l'entendrait jusque dans les tracteurs…

Laurent et Pascale VERDEAUX   

- L'émission radiophonique hebdomadaire La Planèze du Jazz de Laurent et Pascale Verdeaux est diffusée chaque mercredi à 17h30 sur l'antenne de Radio-Margeride (Ecoutez-nous). 

Cet hommage radiophonique à Dominique Brigaud du 9 décembre 2020 reste accessible en Podcast 

- Photo (JazzAscona 2009). Cliquez sur le visuel pour l'agrandir. 

08/12/2020 HOMMAGES A DOMINIQUE BRIGAUD847

 *

 

04/02/21 - Après avoir beaucoup hésité, par discrétion... mais, après avoir lu les hommages rendus à Dominique Brigaud dans le dernier Bulletin du HCF(694),  je veux dire ici tout le chagrin que m'a causé sa disparition.

Je ne suis pas musicien,  je suis simplement adepte du Hot Club de France et disciple d'Hugues Panassié. Je n'ai rencontré Dominique que lors de réunions ou de concerts et pas dans l'intimité. Mais, j'avais une véritable empathie pour lui : j'avais compris l'étendue de ses connaissances en Jazz, son immense modestie, sa discrétion. Cependant, ce Bulletin du HCF m'en a appris encore plus à son sujet et je ne peux qu'être profondément touché par sa disparition. 

Adieu Dominique ! 

Michel DECROIX - Membre DU HCF-Paris

 

Mon père, Jacques Basmoreau - Membre du Hot-Cub de Limoges - très ému à l'annonce du décès de Dominique Brigaud, tenait à témoigner de sa profonde peine. 

Je me joins à lui, qui durant - des années attendait avec avidité ces fameux week-end organisés à Limoges, tout d'abord en mai puis à l'automne. Durant deux jours, Dominique Brigaud, Alain Carbuccia et Jacques Canérot transmettaient avec verve leur passion du jazz chevillée au corps. Fous de cinéma, la somme d'archives et de compilations récoltées en des décennies se retrouvaient ordonnancées et montées selon une écriture cinématographique subtile.

S'ensuivaient des échanges fructueux dont mon père ne manquait pas de me faire part. Il en était heureux. Très heureux d'avoir pu avoir des discussions constructives.

L'âge venant - difficultés à communiquer pour mon père, mais toujours l'œil aux aguets - les échanges se firent plus rares mais l'amitié et le respect restèrent indéfectibles.

Pour ma part, Dominique Brigaud restera un homme de culture, d'une courtoisie et d'une bienveillance extrêmes. Un homme d'une grande subtilité.

Sylvie BASMOREAU - Fille de Jacques Basmoreau

 

Je n'oublie pas Dominique Brigaud, son sourire tranquille et engageant. Je n'oublie ni le guitariste des bons moments passés avec les Dumoustier Stompers à Montauban, ni la cheville ouvrière du Bulletin du HCF. Soupir...

Pierre INGRIN - Membre du Hot Club de France

 

 C'est avec une énorme peine que j'ai appris la disparition de notre ami Dominique.

Avec lui, nous perdons, malheureusement, un musicien de talent mais aussi le Rédacteur en Chef du Bulletin du HCF dont il était incontestablement la cheville ouvrière.

Mais, c'est avant tout, l'homme et son côté humain, chaleureux, au rire spontané qui est parti  et que je regrette tout particulièrement.

Eu égard à la distance qui nous séparait, nous échangions au téléphone, souvent fort longuement, avec beaucoup de passion sur le microcosme de notre petit monde du jazz. Cela me manquera.

Nous continuerons, un de ces jours, là-haut.

Christian SABOURET - Président du Jazz Hot Club de Bordeaux

 

Cher Dominique, notre peine est immense ! 

Que de souvenirs surgissent, musicaux, jazzistiques... ou pas ! Au cours de rencontres au sein du HCL, mais aussi campagnardes, festivalières et autres...

Cher Dominique, vos appels au secours pour trouver in extremis une photo pour le Bulletin vont nous manquer...

Noëlle et Jacques RIBIERE - Membres Hot Club de Limoges

 

Je pleure un être très cher, dont chaque rencontre était source d'enrichissement dans la bonne humeur. Nous avions des goûts communs : le Jazz, bien sûr, mais aussi le cinéma et la bande dessinée, dont il collectionnait albums et magazines.

Les mots sont impuissants à traduire l'immense tristesse que provoque sa disparition soudaine. Demeure le souvenir d'une longue et indéfectible amitié.

Alain CARBUCCIA - Membre du Hot Club de France

                                                                                                                    

 Le mail qui m'annonça, lundi 6 décembre, la disparition de Dominique m'a pétrifié… même si… Voilà plus d'un demi-siècle que datait notre rencontre, fort amicale dès le début. Un frère en jazz. Lorsqu'il me succéda à la rédaction du Bulletin, en octobre 2007 (n° 565) nos relations devinrent très régulières, toujours positives et parfois drôles. Et elles se poursuivirent au cours de sa longue hospitalisation et, lors de mon dernier appel, il avait beaucoup ri.

Au revoir Dominique. A bientôt !

André VASSET

 

Nos pensées vers Dominique Brigaud. Nous ne pouvons pas nous rendre à la Cérémonie prévue dans quelques minutes ! De notre enfermement (notre confinement), nous jouerons quelques disques en l'honneur de Monsieur Brigaud. Par exemple, Blood Count d'Ellington Strayhorn, ou encore Blue Serge (Ellington et Ben Webster), voire plus.

Richard MERLI - Membre du HCF-Paris

 

Grande tristesse .... Dominique manquera a nous tous.

Prions pour le repos de son âme. Sincères condoléances à sa famille. 

Philippe ABBAL - Président du Hot Club Languedoc-Roussillon

 

Je n'oublierai pas celui qui nous a quitté et avec qui j'ai beaucoup collaboré. Je vous adresse le témoignage de ma sincère affection et prends une vive part à votre chagrin.

Jean-Pierre ROCHES - Maquettiste du Bulletin du HCF

 

Avec Dominique Brigaud, nous avons été parfois voisins de table lors des soirées du Hot Club de France auxquelles j'ai participé pendant de nombreuses années à Paris. Et, je me sentais tout petit par rapport à sa connaissance encyclopédique du Jazz que nous aimons. Mais, il l'exprimait toujours sans prétention et avec une clarté remarquable dans ses propos. Clarté et connaissances que l'on retrouvait régulièrement dans le Bulletin du HCF.

Je l'ai aussi apprécié - notamment au Festival de La Roquebrou - en guitariste-rythmicien dans l'orchestre des Dumoustier Stompers. Discret toujours, comme dans la vie, mais efficace.

Une grande perte pour la mémoire vivante du Jazz !

Alain BARDE - Hot Club Languedoc-Roussillon

 

J'ai éprouvé infiniment de peine à la nouvelle de la disparition de Dominique qui était, de fort longue date, un ami aux qualités exceptionnelles et, bien sûr, un amateur de jazz incomparable.

On ne saurait en quelques mots traduire l'admiration que suscitait son engagement en faveur de la musique que nous aimons.

Jacques CANÉROT - Membre du Hot Club de France

 

C'est une grande tristesse que la disparition de Dominique Brigaud, rencontré pour la première fois lors d'un de ces inoubliables " Stages d'éducation jazz " au 65 Faubourg du Moustier.

D'un naturel chaleureux - et son rire franc en était le reflet - il était aussi réservé.

Nous lui devons énormément d'avoir consacré l'essentiel de son temps à la parution du Bulletin du HCF et au maintien du haut niveau de sa qualité rédactionnelle, depuis de nombreuses années. Il nous manquera beaucoup.

François ABON - Vice-Président du HCF-Paris

 

Dominique Brigaud nous était aussi précieux pour ses qualités humaines que pour sa grande connaissance du jazz et son oreille exceptionnelle.

Sa disparition représente une immense perte pour le Hot Club de France.

Claude-Alain CHRISTOPHE - Président d'Honneur du Hot Club de Limoges

 

La disparition de Dominique est une grande perte pour beaucoup.

J'aimais la rigueur, toute en délicatesse, qu'il avait lors de ses corrections apportées à mes quelques articles. La dernière fois il m'avait dit : "C'est bien, je n'ai rien à changer" et j'en ai été fier, un peu comme un élève face à son maître. Car j'appréciais son jugement éclairé lié à sa grande connaissance du Jazz et à sa longue pratique en tant que Rédacteur en chef du Bulletin du HCF.

Nous nous sommes parlé au téléphone la dernière fois il y a 3 ou 4 semaines et, malgré un certain fatalisme, il manifestait le désir de continuer cette tâche.

C'est sûr, tu nous manqueras Dominique.

Bernard JOUAN - Président du JHCBA

 

 Dominique Brigaud, ce fut d'abord pour moi un titre : Le Brigaud, précieux ouvrage qui répertorie tous les disques chroniqués dans le Bulletin du Hot Club de France. Puis, lorsque j'eus rejoint le HCF-Paris, ce fut un visage amical et souriant.

Ses conférences - qu'il réalisait et présentait avec Jacques Canérot - étaient solidement travaillées. Il a fait partie de ceux qui ont sauvé le Bulletin, menacé de disparition. Rédacteur en chef, ce n'est pas rien : c'est la cheville ouvrière, le maître de l'ouvrage. Un énorme boulot, jamais achevé, un numéro poussant l'autre, avec un chemin jalonné d'échéances à respecter. Dominique Brigaud n'a jamais lâché le manche !

Il va nous manquer beaucoup, lui dont la rencontre, avec sa gentillesse et son humour, était toujours un plaisir.

Jean CAILLOUX - Membre du HCF-Paris

 

J'ai appris avec grande tristesse le décès de notre ami Dominique Brigaud.

J'ai connu Dominique dans les années 70, lorsqu'il jouait dans l'orchestre des New Orleans Dippers de Gilbert Rost. Il se produisait très souvent à la Cave du HCF, rue Pavée à Paris, avec des musiciens comme André Villéger, Daniel Barda, Roland Lobligeois...

Après une quinzaine d'années d'intermède liées à mes activités professionnelles, j'ai eu l'occasion de le fréquenter souvent lorsque j'ai pris des responsabilités au sein du HCF Paris, d'abord au Comité directeur puis en tant que Trésorier et Président.

J'appréciais beaucoup Dominique. C'était quelqu'un de très aimable, droit et rigoureux, qui avait une grande culture jazzistique et une oreille exceptionnelle. J'attachais toujours une grande importance à ses chroniques et textes. Il nous manquera cruellement.

Michel STOCHITCH - Camille Productions

 

Cher Dominique,

We'll meet again... avec Gilbert Rost, avec Bernard Artault, avec Jean-Marie Hurel et quelques autres, en compagnie de qui on a vécu des heures tellement belles. Ah ! au piano on demandera à Christian Azzi de venir et s'il n'est pas libre, alors Olivier Lancelot.

Je te quitte pour réécouter le CD Sweet Lorraine des New Orleans Dippers

Jimmy DOMANGE - Musicien 

 

Depuis quinze ans, par téléphone ou par mail, nous avons tellement échangé, Dominique et moi, sur les chroniques, les disques, les musiciens !

Je mesure aujourd'hui tout ce qu'il m'a apporté musicalement et humainement, non de façon fulgurante mais de manière discrète et incontestable. Nous n'étions pas toujours entièrement d'accord mais, avec Dominique, nous pouvions exposer chacun notre point de vue dans l'écoute et le respect mutuel. Son portrait : un mélange subtil d'implication, de rigueur, de sensibilité et d'humour.

Raphaël AUBIN - Chroniqueur au Bulletin du HCF

 

Le décès de Dominique Brigaud peine chacun d'entre nous au Hot Club de Limoges.

D'autant que la vie de notre association a été marquée par la personnalité de Dominique, lors de sa venue à Limoges dans nos réunions et à l'occasion de nos concerts. 

Sa force de travail, ses compétences et sa gentillesse vont beaucoup nous manquer. 

Un frère s'en est allé…

Alain CHARBONNIER - Président du Hot Club de Limoges 

 

Un ami ! 

Un grand connaisseur de la musique que nous aimons, 

Des talents, dont ceux de dessinateur et de guitariste... 

Et celui d'artisan du Bulletin du HCF (qui n'était pas une mince affaire!), 

Mille pensées.

Daniel JANISSIER - Membre du Hot Club de France

 

Ce départ m'attriste. C'est une très grande perte pour le Jazz et pour le Hot Club de France.

Dominique Brigaud nous a montré la voie, à nous de la poursuivre avec force et vaillance.

Marie-France DEMBÉLÉ - Membre du Hot Club de France

 

J'ai eu la chance de rencontrer Dominique Brigaud lorsque j'ai rejoint le Hot Club de France. Puis, de collaborer avec lui dans le cadre de l'association.

Dominique avait plusieurs passions artistiques pour lesquelles il possédait de solides connaissances : Notre Jazz bien sûr mais aussi, entre autres, les œuvres de Jules Verne qu'il collectionnait...

C'était un homme d'une grande honnêteté intellectuelle qui avait la volonté de toujours bien accomplir ce dont il avait la charge. 

Il était devenu un ami agréable et de bons conseils. Je regrette son départ qui m'attriste beaucoup. 

Pierre ROBIN   

* Illustration : Coussin de deuil "A notre ami Dominique - Hot Club de France" pour la cérémonie du 14 décembre

(Cliquez sur le visuel pour l'agrandir).


HOT CLUB DE FRANCE 2020