LIVRES SUR LE JAZZ PAR THÈMES

LIVRES PAR TITRES

REVUES

PHOTOS

 

Quel ouvrage choisir pour en savoir plus sur un musicien ou un sujet particulier dans le domaine du jazz authentique ?

Certains de ces ouvrages sont épuisés mais encore trouvables chez des bouquinistes ou auprès d'amateurs.

Utilisez le FORUM-PROPOSITIONS pour vos offres comme pour vos recherches.

Choisissez une catégorie :

Albums - Photos Blues Danse Discographies
Filmographies Histoire Index - Dictionnaires Hugues Panassié
NOUVEAUX SUR LE SITE
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 194

JAZZ DANS L'OBJECTIF

de Noëlle RIBIÈRE avec une préface de Claude Bolling Éditions Du May, 2011 Relié - (28,5 x 22 cm) - 144 pages - 273 photos noir et blanc . En français - ISBN 978-2-84102-140-6

      La plupart des photos qui figurent dans les albums publiés sont l’œuvre de professionnels, ce qui signifie que beaucoup sont retouchées, voire mises en scène. Noëlle Ribière n’appartient pas au sérail : c’est une amatrice passionnée qui livre des clichés-coups de cœur d’une rare authenticité. Que ce soit sur scène ou dans l’intimité, tous les artistes sont saisis dans leur vérité, chaque instantané transmettant l’émotion de la photographe. Organisé en dix sections, le ement des photographies suit les moments importants de la vie de l’auteur dans le monde du jazz : le premier concert (Bill Coleman), la Parade du jazz de Nice (Buck Clayton, Benny Carter, Vic Dickenson…), le Festival de Montauban (Ray Charles, Fats Domino), la rencontre avec Claude Bolling (et son orchestre), l’univers du gospel (les Stars of Faith, les Barrett Sisters) , du blues (Memphis Slim, Mickey Baker) et de la danse (Bunny Briggs, Jimmy Slyde). Sans oublier les surprenants clichés du chapitre intitulé Instantanés (Dorothy Donegan perdant sa perruque sur scène!) et de beaux portraits glanés çà et là (Illinois Jacquet, Slim Gaillard et, surtout, Carrie Smith qui fait la couverture). Cet album révèle le talent d’une passion : celle de la photo alliée à celle du jazz. Les photographies qui le composent font pénétrer le lecteur au cœur d’un monde musical où règnent enthousiasme et amitié. C’est aussi un bel hommage à des artistes peu souvent pris par les flashes des professionnels. (chronique détaillée dans Bulletin du HCF N°605 de novembre 2011).

Alain CARBUCCIA

 193

PORTRAITS JAZZ

Photos de Jean-Pierre Leloir - textes de Stéphane Koechlin Éditions Fetjaine (2010) - (29,5 x 26,5 cm) - 130 pages - 167 photos noir et blanc et couleur. Relié - En français -ISBN 978-2-35425-198-7

      Le nom de Jean-Pierre Leloir (1931-2010) est, pour l’amateur de jazz, associé aux nombreuses photographies qui ornaient les pochettes de disques microsillons. Pour le présent album, le photographe a puisé dans ses archives et réuni des clichés qui illustrent, des années 50 aux années 70, son activité professionnelle, lorsqu’il fréquentait clubs, salles de concert et festivals (celui d’Antibes-Juan-les-Pins surtout). Si la part belle est faite aux musiciens bop, free et funk, on trouve également de beaux portraits des musiciens chers au Hot Club de France (Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Buck Clayton, Don Byas, Duke Ellington, Mahalia Jackson…), qui montrent combien Leloir savait saisir la « vérité » d’un artiste. «Plus que les textes qui accompagnent les photos, on appréciera souvent les souvenirs que le photographe livre çà et là sur ses relations avec les musiciens. ». (chronique détaillée dans le Bulletin du HCF n° 596, décembre 2010).

Alain CARBUCCIA

 192

BORIS VIAN

le swing et le verbe

 de

Nicole BERTOLT et François ROULMANN

(27 x 22 cm). 224 pages. 300 documents, 45 fac-similés noir et blanc et couleur.

Les Editions Textuel, (2008) - ISBN 978-2-84597-297-1

Broché. En français.

          

 

L’année 2009 marque le cinquantième anniversaire de la mort de Boris Vian, décédé en juin 1959.

A cette occasion paraît un imposant album dont le sous-titre résume parfaitement l’activité du « Bison ravi » (anagramme de Boris Vian) : l’écriture, de romans bien sûr (L’automne à Pékin, L’écume des jours, J’irai cracher sur vos tombes...), mais aussi de poèmes, de pièces de théâtre, d’un opéra et de plus de 500 chansons (qui ne souvient de J’suis snob, de Fais-moi mal, Johnny qu’interprétait Magali Noël, ou bien du Déserteur  interdit d’antenne pendant la guerre d’Algérie ?). Quant à la musique, c’est-à-dire le jazz, elle est constamment présente : dès avant la guerre, « Boris joue du jazz » (de la trompinette), « écoute du jazz » (la révélation du grand orchestre d’Ellington lors d’un concert à Chaillot en 1939), « lit du jazz ». Bientôt il écrira sur le jazz (essentiellement, de 1946 à 1958, dans Jazz Hot) et deviendra directeur artistique (notamment chez Philips où il dirige la collection Jazz pour tous ).

Cette vie si foisonnante est retracée à l’aide de documents (photographies, textes autographes, coupures de presse, lettres, pochettes de disques...) provenant de la Fondation Boris Vian (gérée par Nicole Bertolt) et des archives personnelles de François Roulmann - qui prépare, avec Marc Lapprand, l’édition des oeuvres romanesques de Vian dans La Pléiade -

Par la richesse de son iconographie et la précision du texte qui l’accompagne, l’ouvrage rend un bel hommage au talent multiforme d’un artiste qui a, comme le souligne Marc Lapprand dans sa préface, « élevé le jazz au rang de musique noble ».

 

                                                                                                         Alain Carbuccia

 

 

 191

 

 

 

LE NOIR ET LE BLANC

par

Eddy WIGGINS

 

(29 x 23,5). 173 pages. 128 photos noir et blanc

Naïve, 2008. Relié, En français

 

ISBN 978-2-35021-119-0.

 

 

 

Originaire de La Nouvelle-Orléans, Edgar “Eddy” Wiggins (1904-1989) s’installe à Paris en 1933 comme correspondant du Chicago Defender, hebdomadaire pour lequel il signe une rubrique sur les activités artistiques des Noirs américains dans la capitale. Après la guerre, essentiellement dans les années 50 et 60, il photographie la vie nocturne parisienne, en particulier les coulisses de l’Olympia où se produisent des jazzmen aussi importants que Louis Armstrong, Count Basie, Duke Ellington ou Ray Charles. Tous ses clichés, totalement inédits,  sont ici réunis avec un texte introducteur du prix Goncourt 2007, Gilles Leroy.

Le titre de ce très bel album, doublement significatif, fait, bien sûr,  référence à la photographie, mais il rappelle aussi l’un des sujets de prédilection du photographe : les couples (amoureux ou non) « transfuges de l’ordre racial », comme le note le préfacier. C’est ce rapprochement entre Blancs et Noirs (célèbres ou anonymes) que capte avec émerveillement l’objectif d’Eddy Wiggins.

(chronique détaillée dans le Bulletin HCF 575, novembre 2008)

                                                                                                     Alain  Carbuccia

 

 190

60 ANS DE JAZZ AU CAVEAU DE LA HUCHETTE

par

Dany DORIZ et Christian MARS

l’Archipel, 2008

(29 x 25 cm). 160 pages. 185 photos noir et blanc et couleur. Relié. En français ISBN 978-2-8098-0033-3

Ce bel album, abondamment illustré, retrace les 60 ans d’existence de la plus ancienne “boîte de jazz” de Paris.

Situé en plein Quartier Latin, le Caveau de la Huchette a vu défiler un nombre impressionnant de grands jazzmen américains (de Sidney Bechet à Lionel Hampton, de Bill Coleman à Memphis Slim, de Trummy Young à Wild Bill Davis), sans oublier les formations françaises de Claude Luter, Claude Bolling et Maxim Saury.

Dany Doriz, l’actuel directeur et animateur de la Huchette, rend hommage à tous ces musiciens qui firent résonner les vieilles voûtes du Caveau d’une musique toujours swingante sur laquelle ont évolué des générations de danseurs, professionnels ou amateurs.

L’iconographie particulièrement riche n’est pas le moindre attrait de cet ouvrage, qui se complète utilement de la liste de tous les artistes (és par instrument) qui sont passés à la Huchette, ainsi que de la programmation (mois par mois) du Caveau entre1971 et 2007.

 

                                                                                              Alain CARBUCCIA

 189
EARL WATKINS
The Life of a Jazz Drummer

par Jim GOGGIN

Trafford Publishing, 2005. (27,5 x 18,5 cm).

167 pages. 370 photos noir et blanc. Broché. En anglais.

ISBN 141207484-3

Earl Watkins (né en 1920 et décédé le 1er juillet 2007)  est surtout connu des amateurs pour avoir été le batteur (de 1955 à 1963) de la petite formation dirigée par Earl Hines, aux côtés, entre autres, de Mugsy Spanier, Jimmy Archey et Darnell Howard, et pour avoir participé à deux séances d’enregistrement de Kid Ory (en 1957 et 1958). Jim Goggin, qui l’a longuement interviewé, détaille précisément sa carrière en 16 chapitres de quelques pages chacun. Il dresse ainsi le portrait d’un musicien attachant et nous renseigne sur la vie musicale de la côte ouest des Etats-Unis, essentiellement San Francisco et sa région dont Watkins était originaire et qu’il ne quitta que rarement.

 Mais l’essentiel de l’ouvrage consiste en une riche iconographie de plus de 370 documents correctement reproduits : photos, articles de journaux ou de magazines, programmes, affiches, etc. Bibliographie (sélective) et index complètent l’ouvrage d’un passionné, qui contribue à parfaire notre connaissance de l’histoire du jazz.

                                                                                                                 A.C.

 188

LE JAZZ ET SES MUSICIENS
par Gérard MONTARLOT
Hachette, 1963
(23,5 x 18,5 cm) - 96 pages. 82 photos noir et blanc et couleur Relié. En français

Le type même du livre dont l'auteur maîtrise assez mal le sujet. Hugues Panassié avait, à l'époque de la publication (Bulletin HCF 133, Décembre 1963), relevé les à-peu-près, les erreurs, les partis pris et autres jugements hâtifs du genre: "Hormis les grandes formations, le jazz d'entre 1935-1942 n'offre qu'un intérêt limité. Peu de grands solistes, de créateurs authentiques. Il y eut de bons pianistes (Art Tatum, Fats Waller), mais leur écoute est un peu lassante aujourd'hui".
Heureusement, l'ouvrage est abondamment illustré de photos en noir et blanc et en couleur, dont la plupart sont dues à l'objectif de Jean-Pierre Leloir.

                                                                                                         Alain Carbuccia

 187

PLAISIR DU JAZZ

 

par Michel-Claude Jalard (texte)

et Dennis Stock (photos)

 

La Guilde du Livre, Lausanne 1959

280 x 220 – 152 pages – en français

Photos N& B

 185
LOUIS ARMSTRONG

The offstage story of Satchmo

de

Michael COGSWELL

Collectors Press (USA), 2003. ISBN 1-888054-81-6.

(27 x 23,5 cm). 192 pages,

photos noir et blanc et couleur. Relié avec jaquette. En anglais.

Dans sa maison de Corona (Queens), devenue Musée de la Ville de New York, Louis Armstrong avait entassé une masse impressionnante d’archives personnelles, que Michael Cogswell a, pendant quatre ans, patiemment dépouillées et ées. C’est le résultat de ce travail gigantesque qui nous est présenté dans un magnifique album où chaque document (il y en a près de trois cents) est reproduit avec soin et précisément commenté. Parmi ces documents, pour la plupart inédits, les plus surprenants sont sans conteste les collages confectionnés par Armstrong pour illustrer les boîtiers des bandes magnétiques qu’il collectionnait.

Mais l’ouvrage n’est pas qu’un beau livre d’images : « Michael Cogswell, loin de limiter son travail – en soi considérable – au choix de l’iconographie, à son organisation et au strict commentaire des documents sélectionnés, les replace dans le contexte d’une vie, les met en perspective et en propose des analyses personnelles. » (Bulletin du HCF 533, juin 2004). Au final, un livre remarquable pour parfaire notre connaissance d’un musicien de génie.

A.C.

 184

Eric Kohler & Tony Benett – IN THE GROOVE

Vintage Records Graphics 1940-1960 (reproduction de pochettes de disque)

en anglais –Chronicle Books San Francisco - broché (23,5x23,5cm) – 131pages

ISBN :0-8118-2121-8.

 183
LES GRANDS ORCHESTRES DE MUSIC-HALL EN FRANCE

Souvenirs et témoignages

par Jacques HÉLIAN

Éditions Filipacchi, 1984

(30,5 x 24,5 cm)- 236 pages - 325 photos noir et blanc

Relié (jaquette illustrée) - En français

ISBN 2-85018-491-8

Qui mieux que Jacques Hélian pouvait raconter l’histoire des grands orchestres de music-hall en France, lui qui fut l’un des acteurs éminents d’une époque où jazz et variétés étaient étroitement liés 1?

Après deux chapitres consacrés à l’avènement du jazz et aux précurseurs français, l’auteur s’est attaché à retracer le parcours de sept grands orchestres, à savoir ceux de Grégor (et ses Grégoriens), de Ray Ventura, de Fred Adison, de Roland Dorsey, de Raymond Legrand, de Jo Bouillon et, bien sûr, de Jacques Hélian lui-même. La plupart accueillirent en leur sein la crème des jazzmen français (Alix Combelle, Django Reinhardt, Stéphane Grappelli, Philippe Brun, Michel Warlop, André Ekyan, etc.), ainsi que quelques musiciens venus d’outre-Atlantique, comme Ernie Royal, Don Byas ou Kenny Clarke. Le dernier chapitre rend également hommage à quelques formations de moindre renom (d’Alain Romans ou de Tony Proteau, par exemple) et à celles plus récentes de Raymond Fonsèque, de Maxime Saury ou de Claude Bolling. Hélian conclut en déplorant la disparition des grands orchestres et ajoute: « Si la musique est un art, le jazz est un don et beaucoup de jeunes musiciens doués sont prêts à en assurer la pérennité, la parole restant aux médias. » Plus de vingt ans après, il n’est pas sûr que cet appel aux médias ait été entendu !

L’ouvrage est également un magnifique album de photos qui ressuscitent un temps où «ces orchestres de scène interprétant des succès populaires permettaient en France de toucher un large public...» (Bulletin HCF 333, décembre 1985). Un index et deux discographies (celles de Jacques Hélian et de Ray Ventura) complètent un livre qui contribue grandement à l’histoire du jazz en France.

 A.C.

 181

 

REVUE JAZZ HOT recueil des numéros 1 (octobre 1945) à 12 (décembre 1946)

préface de Delfeil du Ton  

 Editions Jazz Hot / L'Instant, 1988. - (28 x 22 cm). -

280 pages. Nombreuses illustrations.

Relié, avec jaquette. En français.

   Pour lire (ou relire) ce qui s'écrivait sur le jazz de l'immédiat après-guerre, avec des articles signés Hugues Panassié, Charles Delaunay, Boris Vian, Frank Ténot.

Alain CARBUCCIA

 177

 

THE GOLDEN AGE OF JAZZ
par William P. GOTTLIEB
Da Capo Press, 1979 - ISBN 0-306-80237-6
(27 x 21 cm) - 158 pages. 198 photos noir et blanc
Broché. En anglais

Pendant une dizaine d’années (de 1938 à 1948), William P. Gottlieb (1917-2006) a photographié les musiciens de jazz dont il parlait dans ses chroniques publiées dans la revue Downbeat. La plupart de ces photos sont ici reproduites, ées et commentées par l’auteur lui-même. Si beaucoup d’entre elles peuvent être familières aux amateurs de jazz, c’est qu’elles ont illustré nombre d’ouvrages et de pochettes de disques. Les trouver ici réunies non seulement procure un plaisir pour les yeux, mais constitue aussi une très précieuse documentation iconographique.

Pour les “accros” du net, signalons le site américain de la Bibliothèque du Congrès qui propose, dans sa section 
Performing Arts, Music, un grand nombre de clichés de Gottlieb. De quoi se fabriquer son propre album !


                                                                                                                           Alain Carbuccia
 176

SATCHMO

Les carnets de collage de Louis Armstrong

par Steven BROWER

Éditions de La Martinière, 2009 (27 x 25 cm). 258 pages

Relié. En français.  ISBN 978-2-7324-3919-8.

Tout au long de sa carrière, Louis Armstrong a entassé une masse impressionnante d’archives personnelles, conservant notamment nombre d’enregistrements et de concerts sur des bandes magnétiques dont il ornait les boîtiers avec des collages constitués de photos et de textes découpés puis assemblés selon sa fantaisie. Ce sont ces compositions étonnantes (dont quelques-unes figuraient déjà dans l’ouvrage de Michael Cogswell, Louis Armstrong, the offstage story of Satchmo, paru en 2003) qui sont réunies dans cet album luxueux. Reproduits en pleine page, ces collages nous révèlent, au-delà d’un simple passe-temps, le véritable talent de graphiste de Louis Armstrong.

On relèvera cependant quelques erreurs dans les légendes qui accompagnent la plupart des documents :

- (page 47) La photo de Louis le représente dans le film Going Places (et non dans Pennies from Heaven). La seconde moitié de la photo se trouve page 173 !

- (page 68) Si l’acteur Steve Cochran joue bien dans le film A Song is Born (en français Si bémol et fa dièse), ce n’est pas lui qui se trouve sur la photo.

- (page 103) Mezz Mezzrow est bien sûr clarinettiste et non trompettiste !

- (page 124) Le violoniste aux côtés de Louis n’est pas Stéphane Grappelli.

- (page 136) Louis est en compagnie de Madeleine Gautier, la traductrice de Ma Nouvelle Orléans.

- (page 165) Le « trompettiste anonyme » joue en réalité du trombone !

- (page 173) Seconde moitié de la photo de la page 47. Allen Jenkins joue dans Going Places et non dans A Song is Born.

- (page 220) En 1968, Armstrong rend visite à Paul VI et non à Pie XII (décédé en 1958) !

- (page 244) Il s’agit de Mezz Mezzrow et non de Joe Glaser.

 175

HEROS DU BLUES, DU JAZZ ET DE LA COUNTRY

par

Robert CRUMB

(19 x 15 cm). 241 pages. 112 portraits en couleur.

Editions de La Martinière, 2008. ISBN : 978-2-7324-3765-1

Relié, En français

 

 

Dans les années 80, le dessinateur de BD américain Robert Crumb - créateur de Fritz the Cat - composa, sous forme de cartes postales, trois séries de portraits des principales figures du blues (Heroes of the Blues), du jazz (Early Jazz Greats) et de la country (Pioneers of Country Music).

Ils sont ici réunis accompagnés chacun d’une courte notice biographique. La plupart des principaux bluesmen (Blind Blake, Big Bill Broonzy, Leroy Carr, Memphis Minnie, Skip James, Roosevelt Sykes...) et des jazzmen des années trente (King Oliver, Louis Armstrong, Jelly Roll Morton, Earl Hines, Coleman Hawkins, Fletcher Henderson, Fats Waller, James P. Johnson...) figurent dans cette galerie. Crumb l’a réalisée à partir des photographies que l’on trouve dans la plupart des histoires du jazz et qui ont souvent orné les pochettes des anciens vinyles.

L’ouvrage est complété par un CD contenant 21 enregistrements extraits du catalogue de Yazoo Records (à l’origine, les cartes dessinées par Robert Crumb devaient être vendues avec les disques de cet éditeur).

Malgré quelques imperfections de traduction - par exemple « le son de bonne fidélité permettait de faire entendre son jazz de piano délicat » (à propos de Tiny Parham, page 126) ou bien encore « l’hymne de son groupe Take the A Train » (notice sur Duke Ellington, page 128), ce petit recueil intéressera l’amateur d’art aussi bien que de musique (ce qui, bien sûr, n’est nullement incompatible !).

Alain Carbuccia.

 

 174

SWING ERA NEW YORK

  the Jazz Photographs of Charles Peterson

Commentées par 

W. Royal Stokes

 (20x25cm) -220 pages - 229 photographies

Temple University Press , USA (1994)  - ISBN : 1-56639-297-6.

Relié. En anglais 

 

 

 

A la demande de Royal Stokes, pour constituer cet album, Don Paterson sélectionna 229 photographies réalisées par son père Charles Paterson. Elles donnent une image vivante de la scène du jazz pendant les années trente et quarante.

Les illustrations sont commentées par Royal Stokes et précisent les noms des musiciens, les lieux et dates où les photos ont été prises. Devant nous défilent les clichés d'artistes mythiques comme Fats Waller, Louis Armstrong, Sidney Bechet, Benny Carter, Zutty Singleton, Sister Rosetta Tharpe ….Vous y découvrirez également des illustrations montrant Hugues Panassié pendant son séjour à New -York en 1938-39.

Swing Era New York  est riche d'une documentation de référence mais, et c'est le plus important, il permet aux vivantes photos de Charles Peterson de composer leur propre hommage pictural au grand photographe de jazz qui mourut en 1976.

 

Jean Labaye



 173

 

OVER TIME

the Jazz Photographs

de  

Milt Hinton

26x32cm cm -163 pages de Photos avec Commentaires 

(1991)  - ISBN 0-87654-818-4.

Relié. En anglais 

 

 

 

 

 

 172

BASS LINE

the Story and Photographs of Milt Hinton

de

Milt HINTON & David BERGER

(24 x 27 cm). 328 pages 

Temple University Press (1988) - ISBN 0-306-80159-8

Relié. En anglais.

 

 

Milt Hinton n'était pas seulement un grand musicien, bassiste chez Cab Calloway, mais il est aussi connu pour avoir photographié ses collègues du monde du jazz, de façon intime et merveilleuse, dont une grande partie sont dans ce volume.
C'est une autobiographie fascinante et bien écrite. Lire l'enfance de Milt à Chicago et s'émerveiller du riche environnement musical qui prévaut ici.

 

 

Bernard Brosse