LIVRES SUR LE JAZZ PAR THÈMES

LIVRES PAR TITRES

REVUES

PHOTOS

 

Quel ouvrage choisir pour en savoir plus sur un musicien ou un sujet particulier dans le domaine du jazz authentique ?

Certains de ces ouvrages sont épuisés mais encore trouvables chez des bouquinistes ou auprès d'amateurs.

Utilisez le FORUM-PROPOSITIONS pour vos offres comme pour vos recherches.

Choisissez une catégorie :

Albums - Photos Blues Danse Discographies
Filmographies Histoire Index - Dictionnaires Hugues Panassié
NOUVEAUX SUR LE SITE
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 120

Laurent Verdeaux - JAZZ-JAZZ

  Editions Max Milo 2003 - broché (140 x 215)

- en français - 318 pages – 16 planches, hors texte, de photos N&B – ISBN 2-84879-001-6.

Féru de jazz authentique, l'auteur a voulu apporter, par ce livre, un puissant témoignage de « son » aventure, qui l'a amené à collaborer avec Louis Panassié à la réalisation du célèbre film L'Aventure du Jazz.

Ce film avait été commandé par Hugues Panassié à son fils Louis, cinéaste globe-trotter et conférencier à Connaissance du Monde, pour:

- Fixer à jamais les images de musiciens de jazz célèbres encore vivants.

- Transmettre ainsi, aux générations futures, la naissance, l'histoire et le développement du jazz, musique du peuple noir américain.

La réalisation de ce film avec le concours de Claudine, l'épouse de Louis, a demandé plusieurs années. Ce sont toutes ces années que Laurent Verdeaux a vécues et qu'il nous fait revivre ici, dans leurs moindres détails. Le tout étant, bien entendu, situé dans un contexte de réflexions sur le jazz authentique.

En fin de livre, l'auteur a tenu à publier trois annexes qui, à ses yeux, sont chacune d'une importance capitale:

-Dans la première, il retrace le vrai portrait d'Hugues Panassié - tel qu'il l'a connu pendant douze ans de 1962 à 1974 – et inventorie tout ce que celui-ci a fait pour étudier et faire connaître le jazz, à tel point qu'il était mondialement reconnu comme le maître incontesté en la matière.

-La seconde annexe est une lettre de janvier 1967 adressée à Hugues Panassié par Edgar Battle, compositeur, arrangeur et multi instrumentiste américain, qui lance un véritable cri d'alarme en décrivant la triste situation du jazz aux Etats-Unis.

-Enfin, la troisième annexe est le texte in extenso d'une interview donnée par Charlie Parker à Down Beat en 1949. Ce pionnier  et créateur de la musique be-bop y développe sa propre vision du be-bop qui, dit-il très clairement, n'a aucune racine dans le jazz authentique, mais est une chose bien séparée et totalement indépendante de la vieille tradition.


Alain Hautrive

 

(Chroniqué dans le Bulletin du HCF 526 page 29)

 

 109

 

BORIS VIAN

le swing et le verbe

 

par

Nicole BERTOLT et François ROULMANN, préface de Marc LAPPRAND

Les Editions Textuel, 2008

(27 x 22 cm). 224 pages. 300 documents, 45 fac-similés noir et blanc et couleur.

Broché. En français.    ISBN 978-2-84597-297-1

           L'année 2009 marque le cinquantième anniversaire de la mort de Boris Vian, décédé en juin 1959. A cette occasion paraît un imposant album dont le sous-titre résume parfaitement l'activité du « Bison ravi » (anagramme de Boris Vian) : l'écriture, de romans bien sûr (L'automne à Pékin, L'écume des jours, J'irai cracher sur vos tombes...), mais aussi de poèmes, de pièces de théâtre, d'un opéra et de plus de 500 chansons (qui ne souvient de J'suis snob, de Fais-moi mal, Johnny qu'interprétait Magali Noël, ou bien du Déserteur  interdit d'antenne pendant la guerre d'Algérie ?). Quant à la musique, c'est-à-dire le jazz, elle est constamment présente : dès avant la guerre, « Boris joue du jazz » (de la trompette), « écoute du jazz » (la révélation du grand orchestre d'Ellington lors d'un concert à Chaillot en 1939), « lit du jazz ». Bientôt il écrira sur le jazz (essentiellement, de 1946 à 1958, dans Jazz Hot) et deviendra directeur artistique (notamment chez Philips où il dirige la collection Jazz pour tous ).

Cette vie si foisonnante est retracée à l'aide de documents (photographies, textes autographes, coupures de presse, lettres, pochettes de disques...) provenant de la Fondation Boris Vian (gérée par Nicole Bertolt) et des archives personnelles de François Roulmann (qui prépare, avec Marc Lapprand, l'édition des oeuvres romanesques de Vian dans La Pléiade). Par la richesse de son iconographie et la précision du texte qui l'accompagne, l'ouvrage rend un bel hommage au talent multiforme d'un artiste qui a, comme le souligne Marc Lapprand dans sa préface, « élevé le jazz au rang de musique noble ».

 

                                                                                                         Alain Carbuccia

 

 

 192

BORIS VIAN

le swing et le verbe

 de

Nicole BERTOLT et François ROULMANN

(27 x 22 cm). 224 pages. 300 documents, 45 fac-similés noir et blanc et couleur.

Les Editions Textuel, (2008) - ISBN 978-2-84597-297-1

Broché. En français.

          

 

L'année 2009 marque le cinquantième anniversaire de la mort de Boris Vian, décédé en juin 1959.

A cette occasion paraît un imposant album dont le sous-titre résume parfaitement l'activité du « Bison ravi » (anagramme de Boris Vian) : l'écriture, de romans bien sûr (L'automne à Pékin, L'écume des jours, J'irai cracher sur vos tombes...), mais aussi de poèmes, de pièces de théâtre, d'un opéra et de plus de 500 chansons (qui ne souvient de J'suis snob, de Fais-moi mal, Johnny qu'interprétait Magali Noël, ou bien du Déserteur  interdit d'antenne pendant la guerre d'Algérie ?). Quant à la musique, c'est-à-dire le jazz, elle est constamment présente : dès avant la guerre, « Boris joue du jazz » (de la trompinette), « écoute du jazz » (la révélation du grand orchestre d'Ellington lors d'un concert à Chaillot en 1939), « lit du jazz ». Bientôt il écrira sur le jazz (essentiellement, de 1946 à 1958, dans Jazz Hot) et deviendra directeur artistique (notamment chez Philips où il dirige la collection Jazz pour tous ).

Cette vie si foisonnante est retracée à l'aide de documents (photographies, textes autographes, coupures de presse, lettres, pochettes de disques...) provenant de la Fondation Boris Vian (gérée par Nicole Bertolt) et des archives personnelles de François Roulmann - qui prépare, avec Marc Lapprand, l'édition des oeuvres romanesques de Vian dans La Pléiade -

Par la richesse de son iconographie et la précision du texte qui l'accompagne, l'ouvrage rend un bel hommage au talent multiforme d'un artiste qui a, comme le souligne Marc Lapprand dans sa préface, « élevé le jazz au rang de musique noble ».

 

                                                                                                         Alain Carbuccia