LIVRES SUR LE JAZZ PAR THÈMES

LIVRES PAR TITRES

REVUES

PHOTOS

 

Quel ouvrage choisir pour en savoir plus sur un musicien ou un sujet particulier dans le domaine du jazz authentique ?

Certains de ces ouvrages sont épuisés mais encore trouvables chez des bouquinistes ou auprès d'amateurs.

Utilisez le FORUM-PROPOSITIONS pour vos offres comme pour vos recherches.

Choisissez une catégorie :

Albums - Photos Blues Danse Discographies
Filmographies Histoire Index - Dictionnaires Hugues Panassié
NOUVEAUX SUR LE SITE
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 340

 

MUDDY WATERS

Mister Rollin' Stone,

du delta du Mississippi aux clubs de Chicago

de  

Robert GORDON  

23,5 x 15,5 cm . 472 pages. 

Editions Payot & Rivages (2014) - Collection Rivages Rouge.  

Broché. En français - ISBN 978-2-7436-2920-5.  

 

 Découvert, en 1941, par les musicologues John Work et Alan Lomax, McKinley Morganfield, alias Muddy Waters, se rend deux ans plus tard à Chicago où sa rencontre avec Leonard Chess, patron de Chess Records, marque le début d'une prestigieuse carrière, narrée dans ses moindres détails par Robert Gordon.

 C'est également tout un contexte social, économique et culturel que l'auteur analyse à travers le parcours d'un jeune Noir, devenu le symbole des transformations d'un blues rural en une musique liée au milieu urbain. Ce que caractérise le passage de la guitare acoustique à l'emploi d'un instrument électrifié.

Cet ouvrage somme - complété par discographie, bibliographie et index - sur l'un des plus importants représentants du Chicago blues comblera tout amateur « désireux d'approfondir ses connaissances sur les mutations profondes de la musique noire à partir des années 40.» 

(chroniqué dans le Bulletin HCF n° 639, mars 2015)1.

Alain CARBUCCIA

1-L'édition anglaise, parue en 2002, a été longuement chroniquée par Roger Richard dans le Bulletin HCF n° 525, août-septembre 2003. 

 191

 

 

 

LE NOIR ET LE BLANC

par

Eddy WIGGINS

 

(29 x 23,5). 173 pages. 128 photos noir et blanc

Naïve, 2008. Relié, En français

 

ISBN 978-2-35021-119-0.

 

 

 

Originaire de La Nouvelle-Orléans, Edgar “Eddy” Wiggins (1904-1989) s'installe à Paris en 1933 comme correspondant du Chicago Defender, hebdomadaire pour lequel il signe une rubrique sur les activités artistiques des Noirs américains dans la capitale. Après la guerre, essentiellement dans les années 50 et 60, il photographie la vie nocturne parisienne, en particulier les coulisses de l'Olympia où se produisent des jazzmen aussi importants que Louis Armstrong, Count Basie, Duke Ellington ou Ray Charles. Tous ses clichés, totalement inédits,  sont ici réunis avec un texte introducteur du prix Goncourt 2007, Gilles Leroy.

Le titre de ce très bel album, doublement significatif, fait, bien sûr,  référence à la photographie, mais il rappelle aussi l'un des sujets de prédilection du photographe : les couples (amoureux ou non) « transfuges de l'ordre racial », comme le note le préfacier. C'est ce rapprochement entre Blancs et Noirs (célèbres ou anonymes) que capte avec émerveillement l'objectif d'Eddy Wiggins.

(chronique détaillée dans le Bulletin HCF 575, novembre 2008)

                                                                                                     Alain  Carbuccia

 

 320

Maurice Waller & Anthony CalabreseFATS WALLER

- en anglais, - Schirmer Books (Simon & Schuster Macmillan) Edition Américaine - broché – (155 x 230) – 236 pages – photos N&B - ISBN 0-8256-7182-5 et/ou 0-02-864885-4. 

Ce livre que Maurice, le fils de la deuxième femme de Fats Waller, dédie à sa mère Anita, raconte ses souvenirs d'enfance avec une foule de détails de la vie et du comportement de Fats Waller pas toujours connus du grand public. Après un premier chapitre consacré à la généalogie sommaire de la famille Waller de 1864 à 1904, date de naissance de Fats, le chapitre suivant couvre la période 1914-1919 pendant laquelle le jeune Fats découvre la vie nocturne de Harlem. En 1919, la maman de Fats décède, et Fats en est très affecté. Puis en 1920-1922 Fats rencontre James P. Johnson qui lui donnera ses premières leçons de stride sur les recommandations de Willie'The Lion'Smith. Fats épouse Edith Hatchett, mais ce mariage ne tiendra pas longtemps. En 1923, Fats fait la rencontre de Andy Razaf qui deviendra avec Clarence Williams son ami et son coauteur de nombreuses compositions. Sa vie presque essentiellement nocturne, sa participation aux'rent parties', et sa consommation immodérée de gin et de whisky seront les causes principales de la faillite de son mariage. Plus tard, il rencontre et épouse Anita Shepherd, la mère de l'auteur.Fats enregistreront beaucoup pour RCA, sera sollicité pour tourner dans quelques films, et deviendra riche et célèbre.La dernière partie du livre raconte la triste mort de froid de Fats dans le train. Suit une discographie détaillée, donnant outre les morceaux enregistrés, les dates et les personnels, puis une liste impressionnante des compositions par ordre chronologique, et ses rouleaux de piano mécanique entre 1923 et 1927. Last but not least, les partitions manuscrites de Ain't Misbehavin' , Anita et Got Religion in my Soul.

Alain Hautrive

 319

Maurice Waller and Anthony Clabrese –FATS WALLER préface de Michael Lipkin

en anglaisCassell Londres 1978 – relié (24x16cm) –235 pages avec 14 photos

ISBN  0-304-30033-0 –biographie – discographie – piano rolls

 318

Ed Kirkeby – AIN'T MISBEHAVIN' – THE STORY OF FATS WALLER

 en anglais – Dodd, Mead & Company, New York – 1985 - broché – 140 x 215 – 248 pages – photos N&B - ISBN 0-306-80015-2

L'auteur, de ce livre, est celui qui a été le manager de Fats Waller pendant les huit dernières années de sa vie, de 1935 à 1943. C'est donc un de ceux qui a le mieux connu Fats Waller. " Un des rois de l'école de piano-jazz ‘stride', dérivé du blues, Fats Waller a gagné sa réputation de parfait pianiste de jazz, avec son tempo impeccable, la maîtrise de son instrument, l'intensité de son swing et de son don de la mélodie ".C'est ainsi qu'est défini Fats Waller dans le Dictionnaire des Biographies Américaines.

Il est arrivé sur la scène lorsque le jazz inondait la nation américaine, et il a récolté réputation et fortune avec ses rouleaux de piano mécanique, enregistrements sur disques et ses tournées européennes panégyriques. Sa mort en 1943 a marqué la fin de l'époque swing.

Ce livre décrit d'une manière informelle la vie et la musique d'un génie musical et d'un personnage hors du commun. Passant en revue la vie de Fats, Ed Kirkeby révèle cette vie remplie de paradoxes d'un homme qui se trouvait aussi bien à l'aise dans son noyau familial de moyenne e allant à la messe que dans la sous-culture des bars clandestins de New York. Cet animateur recherché des 'rent parties' pouvait aussi de temps en temps s'isoler et se ressourcer auprès d'un orgue et jouer du Bach et des spirituals.

Kirkeby détaille la collaboration de Fats avec le parolier Andy Razaf, ses amitiés avec James P. Johnson, Willie' The Lion' Smith et Duke Ellington; ses incursions réussies dans des films ou des comédies musicales de Broadway, incluant 'Hot Chocolates' et 'Stormy Weather' avec Lena Horne.

En fin d'ouvrage, une discographie sélective représentant les principaux enregistrements de Fats, avec force détails de dates, lieux, personnels, numéros de prises et de matrices, etc..


Alain Hautrive

 

 321

Ethel WATERS with Charles Samuels – HIS EYE ON THE SPARROW autobiographie

en anglais – Da Capo press 1992 – Republication intégrale de l'ouvrage publié par Doubleday 1951 – broché (21x13,5 cm) – 278 pages

 323
EARL WATKINS
The Life of a Jazz Drummer

par Jim GOGGIN

Trafford Publishing, 2005. (27,5 x 18,5 cm).

167 pages. 370 photos noir et blanc. Broché. En anglais.

ISBN 141207484-3

Earl Watkins (né en 1920 et décédé le 1er juillet 2007)  est surtout connu des amateurs pour avoir été le batteur (de 1955 à 1963) de la petite formation dirigée par Earl Hines, aux côtés, entre autres, de Mugsy Spanier, Jimmy Archey et Darnell Howard, et pour avoir participé à deux séances d'enregistrement de Kid Ory (en 1957 et 1958). Jim Goggin, qui l'a longuement interviewé, détaille précisément sa carrière en 16 chapitres de quelques pages chacun. Il dresse ainsi le portrait d'un musicien attachant et nous renseigne sur la vie musicale de la côte ouest des Etats-Unis, essentiellement San Francisco et sa région dont Watkins était originaire et qu'il ne quitta que rarement.

 Mais l'essentiel de l'ouvrage consiste en une riche iconographie de plus de 370 documents correctement reproduits : photos, articles de journaux ou de magazines, programmes, affiches, etc. Bibliographie (sélective) et index complètent l'ouvrage d'un passionné, qui contribue à parfaire notre connaissance de l'histoire du jazz.

                                                                                                                 A.C.

 322

Stanley Dance – THE NIGHT PEOPLE   The Jazz life of Dicky WELLS

(la vie jazz de Dicky Wells)

en anglais - the Smithsonian Institution ,Washington 1991

broché (20x13,5cm) - 229 pages – 34 photos hors- texte ISBN  1 56098-067-2

 324
TEDDY WILSON TALKS JAZZ
 
par Teddy WILSON, Arie LIGHTART et Humphrey van LOO
Bayou Press, 1996 - (23,4 cm x 15,6 cm) -

180 pages. 10 pages de photos, hors texte.

Broché, En anglais

ISBN 0-8264-5797-5.

Au-delà de son autobiographie, le pianiste Teddy Wilson (1912-1986) livre une passionnante étude de son parcours musical : il détaille les caractéristiques de son , précise ses références pianistiques (Fats Waller, Earl Hines, Art Tatum) et analyse le jeu des musiciens qu'il a côtoyés et qu'il admire le plus (entre autres, Louis Armstrong comme soliste, Benny Carter comme arrangeur, l'orchestre de Chick Webb pour la danse…) . Il consacre un chapitre à Billie Holiday avec laquelle il enregistra abondamment, salue le travail d'animateur et de producteur de John Hammond, raconte son expérience, hélas ! trop courte, du grand orchestre qu'il forma en 1939, parle de son expérience hollywoodienne, évoque ses tournées à travers le monde… Ce sont soixante années d'une carrière particulièrement riche que le lecteur suit dans les moindres détails. Avec une préface de Benny Goodman, l'ouvrage comporte également une discographie très précise (une quarantaine de pages) des enregistrements effectués par Teddy Wilson .(chronique détaillée de Bernard Jouan dans le Bulletin du HCF 590, avril 2010).
 
Alain CARBUCCIA